samedi 4 février 2017

Soldats d'Assad [Mathieu Morant] 5/L'équipement de la 104ème brigade de la Garde Républicaine à Deir-es-Zor

Lors de leur déploiement à l'automne 2014 sur les lignes de front de Deir ez-Zor, les éléments de la 104ème apparaissent comme équipés d'un armement individuel de qualité : celui-ci est même au-dessus des standards de certaines des autres unités d'élite du Régime, qu'il s'agisse de la Garde Républicaine, de la 4ème Division ou encore de certains régiments de forces spéciales. Bien que les éternels AK-47, AKM, AKMS, et autres Type-56 semblent alors rester les fusils d'assaut standards, de nombreux soldats de Zahreddine sont équipés d'AK-74M, flambant neufs, pour certains équipés de lance-grenades GP-30. L'AKS-74U est lui semble-t-il réservé aux officiers, et à la garde rapprochée du général druze de la 104ème.



 

Garde républicain de la 104ème à Deir ez-Zor, armé du fusil d'assaut AK-74M. Photo publiée en février 2015.

Garde républicain de la 104ème à Deir ez-Zor, armé d'u fusil d'assaut Type-56-I, et d'une AK-74M équipé d'un lance-grenade GP-30M. Photo publiée en février 2014.
Des fusils d'assaut HK G3A3 et HK G3A4 sont utilisés pour le tir de précision, ainsi que des FN FAL, le fusil de précision standard aux mains des gardes républicains déployés à Deir ez-Zor étant le SVD-S Dragunov, et pour le sniping lourd, l'AM-50 Sayyad. Quelques OSV-96 sont également utilisés, ainsi qu'à partir du début de l'année 2015, le fusil de sniper Mts-116M.

Ce soldat de la 104ème est armé du fusil SVD-S Dragunov. A noter le patch du Hezbollah, porté sous le patch « Anti-terrorisme » / « COMANDOS » (sic).

Fusil de sniper Mts-116M mis en œuvre par un soldat de la Garde Républicaine. L'arme équipe également les S.M.F. du ministère de l'Intérieur. Photo publiée en mars 2015.

Au côté d'un pick-up Nissan Frontier, ce soldat de la 104ème présente fièrement son fusil anti-matériel AM-50 Sayyad. Photo publiée en février 2015.


L'armement d'appui est constitué de mitrailleuses légères PKM / PKMS, tandis que quelques lance-grenades automatiques AGS-17 sont également déployés. Différents modèles de RPG équipent la 104ème, dont des antiques RPG-2, le plus classique RPG-7 (y compris le modèle iranien), et le RPG-29. Les lance-missiles antichars utilisés comprennent le Milan franco-allemand, le Metis-M, le Konkurs, et le Fagot.

Missile antichar 9K111 Fagot semble-t-il mis en œuvre par une unité de la Sécurité militaire syrienne. Photo publiée en janvier 2017.

Si la 104ème est déployée à Deir Ez Zor avec a priori un armement léger de qualité, l'armement lourd est constitué uniquement des matériels récupérés sur place. Seuls quelques pick-up, en particulier les Nissan Frontier équipant la Garde Républicaine, ont fait le voyage, armés à la base de mitrailleuses PK. Un armement qui sera complété sur place à l'aide de mitrailleuses DShK, KPV, ZPU et bitubes ZU-23. 

Un pick-up Toyota Hilux de la 104ème, armé d'un ZU-23-2, ouvre le feu sur les positions de l'EI, durant les combats dans le secteur du cimetière de Deir ez-Zor. Janvier 2017.

Aux côtés de ces Technicals, différents Guntrucks sont largement utilisés, sur châssis de camions civils ou militaires. Ces camions sont armés en particulier de ZU-23-2 , de canons de 57 mm AZP S-60, et de canons M1939 de 37 mm, pour la plupart récupérés sur les stocks restant de la 113ème Brigade de Défense aérienne.

Un canon AZP S-60 de 57 mm, filmé en janvier 2017, intervient en tir direct contre l'EI : il est monté sur le châssis d'un camion-benne civil Mercedes-Benz.

GAZ-3308, équipé d'un bitube ZU-23-2. Photo publiée en octobre 2016.

Chars et blindés (T-55, BMP-1, AMB-S) intervenant en appui des éléments de la 104ème proviennent pour l'essentiel des éléments rescapés de la 17ème Division (93ème et 137ème Brigades) : une division durement éprouvée par les combats dans la province, et dont certaines unités ont été déployées dans d'autres secteurs de la Syrie. Toutefois, d'autres modèles de chars sont également présents dans la poche de Deir Ez Zor : T-55AMV, T-72 et T-72M1, dont quelques-uns sont équipés du système TURMS-T. Si certains sont mis en œuvre par des équipages de la 104ème, il semblerait que d'autres unités de l'armée syrienne fournissent également du personnel, comme par exemple la 91ème Brigade de la 1re Division.

Char T-55 déployé à Deir ez-Zor : il s'agit d'un rescapé de la 17ème Division. Photo publiée en octobre 2016.

Un char T-55 s'apprête à ouvrir le feu sur les positions de l'EI, durant les combats dans le secteur du cimetière de Deir ez-Zor. La tourelle est sommairement protégée de sacs de sable, le tout étant recouvert de grillages. Janvier 2017.

Un char T-55AMV, mis en œuvre par les défenseurs de Deir ez-Zor : l'état des briques de blindages réactifs, où de ce qu'il en reste, donnent une idée de la dureté des combats. Photo publiée en janvier 2017.

L'artillerie lourde, pour l'essentiel des D-30 de 122 mm et M-46 de 130 mm, provient également des restes de la 17ème Division : les servants étant quand à eux parfois des membres de diverses unités de l'armée comme, par exemple le 141ème Régiment de la 1re Division. Quelques obusiers automoteurs 2S1 de 122 mm sont alignés par l'armée syrienne et la Garde dans la poche de Deir ez-Zor, tandis que des ZSU-23/4 sont utilisés pour les tirs contre des objectifs terrestres. Aux côtés de quelques lanceurs « Volcano », et il est possible que des BM-21 soient toujours à disposition des défenseurs de la poche de Deir ez-Zor.

Un obusier D-30 de 122 mm ouvre le feu, à Deir ez-Zor, en janvier dernier.

Tandis que le général Zahreddine s'installe dans le poste de pilotage, un obusier automoteur 2S1 de 122 mm s'apprête à faire feu. Photo publiée en janvier 2016.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire