samedi 11 février 2017

Mourir pour le califat 73/Des clients, pas des chefs religieux-Wilayat Ninive

Titre : Des clients, pas des chefs religieux

Durée : 23 minutes 23 secondes.

Lieu(x) : Mossoul. Dans la séquence 4, le 1er VBIED explose dans le quartier d'al-Intisar (sud-est) ; le 2ème explose dans le quartier de Muthana (nord-est) ; le 3ème à Bahwiza (nord-est) ; et le 4ème à al-Furqan (centre-est).

Date (sûre par recoupement ou estimée) : la vidéo a été mise en ligne le 9 février 2017. Un des kamikazes de la séquence 4 s'est fait sauter le 7 janvier, un autre le 12 janvier. Certaines images de combat correspondent à des vidéos Amaq des 5,10 et 13 janvier.

Type de vidéo : c'est une vidéo mixte, mêlant quelques images de combat et de VBIED à de la propagande.

Découpage (séquences) :

1 : 16''-3'38'', dénonciation de clercs sunnites « apostats ».
2 : 3'38''-8'34'', discours de jeunes combattants, victimes civiles des bombardements.
3 : 8'34''-10'13'', hommage aux cadres décédés de l'EI.
4 : 10'13''-15'55'', VBIED.
5 : 15'55''-16'56'', discours d' Abu Abd Albar Al Iraqi.
6 : 16'56''-18'11'', séquence variée.
7 : 18'11''-23'23'', propagande.



Forces attaquées/adversaires : dans la séquence 4, 2 fantassins avec AK, dont une avec chargeur tambour, tire sur un EC-635 de l'aviation irakienne.



Effectifs engagés : groupes de combat d'une dizaine d'hommes.

Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : néant.

Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : dans la séquence 4, on voit un Hilux avec ZPU-2 en tir antiaérien.



Dans la séquence 7, un Land Cruiser avec bitube ZU-23 ouvre le feu, il y a un Hilux avec KPV.



Kamikazes (identité) :

1 : Sheikh Abu Bilal Al Misri (Egyptien)



2 : Abu Zaid Al Azeri (Azéri)

3 : Abu Omar Al Maslawi (Irakien, Mossoul).

4 : Abu Noor Al Iraqi (Irakien).

Véhicules kamikazes (types, impact) :

1 : Humvee de la Golden Division renforcé de plaques de blindage, blindage SLAT sur le sommet de la tourelle (on ne voit pas l'explosion).



2 : pick-up avec blindage improvisé. Explose près d'un Humvee et d'un bâtiment abritant des soldats irakiens.

3 : 4x4 SUV blanc avec blindage artisanal. Explose au milieu de véhicules et de soldats irakiens.

4 : Abu Omar Al Maslawi explose au milieu d'un regroupement de véhicules (Humvees et un MaxxPro).

5 : Camion, explose entre 2 Humvees.

Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) - groupes de combat et leurs tactiques : dans la séquence 4, les combattants de l'EI tirent dans les rues avec AK-47, AKM, AKMS. On voit aussi 2 tireurs PK dont un porte en plus une AKMS. Plus loin un autre tireur PK a également une AKS-47 avec embout de lance-grenade ou silencieux dans le dos. Un autre combattant porte un M-16, un fantassin 2 AK-47/AKMS.

Dans la séquence 7, parmi les nombreux fantassins qui tirent, un porte le drapeau de l'EI sur le dos. On voit également un mitrailleur avec une M240.




Destructions de véhicules adverses : néant.

Butin matériel : néant.

Morts/prisonniers/blessés adverses : néant.

Morts/blessés de l'EI : néant.

Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivie de la mention Islamic State et du logo de la wilayat sous-titré en anglais.

Dans la séquence 1, l'EI qualifie « d'apostats » toute une série de dignitaires religieux sunnites : Youssef al-Qardaoui (théologien d'origine égyptienne, vivant au Qatar, qui intervient sur al-Jazeera, condamné à mort par contumace par l'Egypte en raison de ses liens avec les Frères Musulmans), Salmad Al Ouda (un clerc saoudien qui intervient fréquemment à la télévision saoudienne et dans la presse), Mohamed Hassan (chef salafiste égyptien), Abd Al Aziz Al Fawzan (un clerc saoudien), Aly Jomaa (clerc et juriste égyptien, grand mufti d'Egypte entre 2003 et 2013), A'ath Al Qarni (clerc saoudien qui a peut-être été victime d'une tentative d'assassinat inspirée par l'EI en mars 2016 aux Philippines), Mahdi Al Samidai (un cheikh irakien), Abdul Latif Al Hamim (un clerc sunnite irakien), Ahmad Badreddin Hassoun (grand mufti de Syrie depuis 2005, qui collabore avec le régime syrien), Ahmad al-Kabissi (prédicateur et religieux sunnite irakien), Mohamad Said Raslan (cheikh salafiste égyptien très hostile aux Frères Musulmans), Ali Hasan al-Halabi (cheikh salafiste jordanien), Yassir Barhami (clerc salafiste égyptien), Saleh Al Maghamsi (clerc saoudien, imam d'une mosquée de Médine), Sa'ad Al Shatri (clerc saoudien), Sadiq Al-Ghariani (grand mufti de Libye depuis 2012), Sa'ad Al Barik (cheikh saoudien). Un tweet de ce dernier (20 février 2014) sur des crimes commis par l'EI est inséré dans la séquence. L'EI utilise une citation de Ibn Qayyim al-Jawziyya (1292-1350), un juriste et mufti sunnite rattaché à l'école hanbalite, originaire de Damas, très influencé par Ibn Tamiyya, une des références classiques de l'EI : « On parle ici de savants corrompus qui sont sur les portes du paradis appelant les hommes à travers leurs mots mais leurs actions les guident vers le feu de l'enfer. A chaque fois que leurs mots appellent le peuple au Paradis, leurs actions ne sont pas confirmées par leurs mots. Si ces mots étaient vrais, ils les auraient suivis eux même. Ils semblent être des savants mais en réalité c'est des bandits de grand chemin. », pour discréditer ces clercs sunnites.

Dans la séquence 2, l'EI fait parler un combattant assez jeune, Abu Raqiya Al Shami (Syrien), pour discréditer encore davantage les clercs sunnites évoqués précédemment. Des photos des clercs environnés de flammes, ou discutant avec des hommes politiques américains, comme John Kerry, sont insérées au milieu du discours du combattant. On voit plus loin des images de rebelles syriens (13ème division de l'ASL) et de victimes de bombardements de la coalition dans les zones tenues par l'EI (enfants, un bébé en particulier). Suit le discours d'un autre combattant assez jeune, Abu Nouris Al Iraqi (Irakien). On revoit la photo d'un des clercs environné de flammes, de même qu'une autre d'Erdogan (le combattant fait référence au front d'al-Bab et au bombardement turc des quartiers tenus par l'EI où se trouvent des civils).




Dans la séquence 3, l'EI fait l'éloge de ses chefs « historiques » : Zarqawi, Abu Omar al-Baghdadi, Abu Hamza al-Mujahir, Abu Anas Al Shami (compagnon de Zarqawi, mentor d'al-Adnani, tué par les Américains en septembre 2004), Abu Abdullah al-Muhajir (tué en novembre 2016 par une frappe américaine), Abu Ali al-Anbari (tué par un raid des forces spéciales américaines en mars 2016), al-Adnani, Abu Malik Al Tamimi (clerc de l'EI tué en mai 2015). La séquence se conclut par deux photos inédites d'Abu Ali al-Anbari.



Dans la séquence 5, l'EI fait à nouveau parler un jeune combattant, Abu Abd Albar Al Iraqi (Irakien), sur fond de photos des clercs « apostats » environnés de flammes.



Dans la séquence 7, Abu Maria Al Iraqi prend la parole, suivi d'Abu Zeinab Al Iraqi. Les deux hommes semblent évoquer un sheikh tué dans les combats de Mossoul, Faris Al Mawsili (Mossouliote), dont on voyait les dernières images et le corps dans la deuxième vidéo longue sur la bataille, « La promesse de Dieu », mise en ligne le 14 novembre dernier. On voit encore des photos des clercs sunnites environnés de flammes.

Religion : dans la séquence 3, on voit 2 combattants lire le Coran.

Dans la séquence 3, l'EI cite Sufyan ibn `Uyaynah (725-814), un érudit de La Mecque spécialiste des hadiths et de l'exégèse du Coran : apparemment une référence à la sourate de l'Araignée (al-Ankhabut), verset 69 : « Ceux qui combattent pour Notre Cause, Nous les guiderons assurément sur Nos sentiers, car Dieu est avec ceux qui s’appliquent à accomplir des œuvres salutaires. » .

Dans la séquence 4, le Sheikh Abu Bilal Al Misri (Egyptien, porte une ceinture d'explosifs), avant son attaque suicide, fait un discours, sur fond de photos des clercs sunnites dénoncés avec des flammes ; on reconnaît aussi sur une photo Ammar al-Hakim, dirigeant chiite du Conseil Suprême Islamique d'Irak.

Dans la séquence 6, l'EI incruste une citation du prophète : « Allah a élevé grâce à ce livre (le Coran) certaines nations et a descendu d'autres ». Il est question du Sheikh Ibrahim al-Nama'a, membre du Parlement irakien.

La séquence 7 qui conclut la vidéo se termine avec un montage qui scande : « Tuez l'imamat de l'incrédulité ».

Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo :

1 : ?

2 : ?


4 : 14'10''-16'03'' A'qululaha

5 : 21'51''-22'56'' Hilafati gatda Jalla

6 : 22'57''-23'23'' Come come

Commentaires particuliers : cette 7ème vidéo longue sur la bataille de Mossoul, moins longue que les précédentes, est la première à ne pas être centrée sur les combats. On note aussi que les images de combat et de VBIED datent de début janvier : l'EI ne communique pas comme de coutume sur ses revers, ici la chute des quartiers Est. Il faut noter toutefois que dans les derniers combats, l'EI a engagé des technicals en tir tendu ou antiaérien, ce qui a été plutôt rare dans les quartiers Est. Il n'y a que 4 VBIED montrés, soit beaucoup moins qu'auparavant (2 Irakiens, 2 étrangers), et pas de drones armés, cette fois. Les VBIED eux-mêmes sont plus disparates. On remarque le mitrailleur avec M240, rarement vue entre les mains de l'EI à Mossoul. Ici, l'EI fait surtout œuvre de propagande : il jette le discrédit sur les clercs sunnites des pays environnants faisant partie de la coalition, met en contrepoint de jeunes combattants engagés dans le djihad, souligne les victimes civiles dues aux frappes aériennes. On insiste aussi sur les chefs tués au combat et les exemples de « martyrs » durant la bataille de Mossoul. Comme de coutume, le groupe appuie son discours sur des références religieuses précises.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire