mardi 3 janvier 2017

Mourir pour le califat 66/Le bouclier de la croix-Wilayat Halab

Merci à https://twitter.com/green_lemonnn et https://twitter.com/ruffthecrimedog?lang=fr

Titre : Le bouclier de la croix.

Durée : 19 minutes.

Lieu(x) : le front d'al-Bab est explicitement mentionné dans la séquence 2. La séquence 3 parle de la campagne au nord d'Alep. Dans la séquence 4, le BMP-1 détourellé utilisé comme VBIED est lancé contre un cantonnement turc à l'ouest d'al-Bab.

Date (sûre par recoupement ou estimée) : . Un des tirs de missiles antichars de la séquence 3 semble correspondre à une vidéo Amaq du 28 novembre 2016. Le VBIED de la séquence 4 (BMP-1 détourellé) a son explosion filmée le 7 décembre 2016 par Amaq (on reconnaît les images de la vidéo dans celle-ci). Un autre VBIED filmé ensuite dans la même séquence semble correspondre à une vidéo Amaq du 23 novembre. Les images de la séquence 6 montrant les victimes des bombardements turcs correspondent à une vidéo Amaq du 12 décembre 2016. Un des tirs de missiles antichars de la séquence 6 correspond à une vidéo Amaq du 4 novembre 2016. Il n'y a donc pas de cohérence chronologique dans le montage de l'EI, comme souvent : mise en ligne le 22 décembre, la vidéo reprend des opérations étalées sur 2 mois, dans le désordre.

Type de vidéo : c'est une vidéo de défense agressive, l'EI contre-attaque l'assaut turc sur al-Bab avec VBIED et missiles antichars notamment.

Découpage (séquences) :

1 : 15''-2'16'', introduction.
2 : 2'16''-4'59'', combats à al-Bab.
3 : 4'59''-8'08, VBIED à al-Bab, tirs de missiles antichars.
4 : 8'08''-10'18'', VBIED.
5 : 10'18''-10'51'', tirs de missiles antichars.
6 : 10'51''-12'05'', victimes des bombardements turcs.
7 : 12'05''-19', exécution de 2 soldats turcs.



Forces attaquées/adversaires : l'armée turque et les rebelles syriens que celle-ci appuie.

Effectifs engagés : limités dans cette vidéo.

Moyens d'appui utilisés (canons, mortiers, armes artisanales...) : dans la séquence 3, un missile antichar (Konkurs/Fagot) frappe un Land Cruiser. Un second tir frappe un autre Land Cruiser. Un lanceur TOW touche ensuite des véhicules rebelles syriens. Un autre tir frappe un char turc M-60T Sabra, incendié, puis un deuxième, et un troisième sont touchés.















Dans la séquence 5, un tir de missile antichar vise un char turc. Un autre véhicule est ensuite frappé par un missile antichar. Un autre missile touche un M-60T Sabra. Un missile antichar frappe enfin un bulldozer.











Véhicules utilisés (chars, véhicules blindés, technicals...) : le groupe de combat de la séquence 2 est appuyé par un technical avec KPV. Un Hilux avec KPV appuie aussi les fantassins.




Dans la séquence 4, un bitube ZU-23 sur véhicule est utilisé de même qu'un ZPU-2 sur Hilux.




Kamikazes (identité) :

1 : Abu Abd Al Rahman Al Atharia

2 : Abu Omar Al Hashemi (Jordanien?)



Véhicules kamikazes (types, impact) :

1 : un VBIED explose contre un groupe de rebelles syriens.

2 : Abu Abd Al Rahman Al Atharia semble pilote un 4x4 blindé artisanalement.

3 : Abu Omar Al Hashemi pilote un BMP-1 détourellé (un bandeau précise qu'il monte "son étalon"), avec blindage SLAT sur les côtés, et qui porte un emblème de l'EI avec le numéro 225 à l'arrière. Il se jette sur un cantonnement turc où stationne une dizaine de véhicules.




4 : un véhicule blindé de manière artisanale vise lui aussi un cantonnement turc à l'ouest d'al-Bab.

5 : 2 VBIED explosent dans la campagne au nord d'Alep.

Armes légères et lourdes (fusils d'assaut, mitrailleuses, RPG, etc) - groupes de combat et leurs tactiques : dans la séquence 2, un groupe de combattants débarque d'un véhicule pour se jeter dans le combat. Ce groupe de combat comprend au moins 2 tireurs PK (dont un arme avec individuelle supplémentaire dans le dos).




Destructions de véhicules adverses : dans la séquence 2, 5 pick-up et 1 van des rebelles syriens sont détruits par l'explosion du premier VBIED.

Butin matériel : le Land Cruiser criblé de balles de la séquence 2 est capturé avec sa M2HB.



Morts/prisonniers/blessés adverses : dans la séquence 2, un Land Cruiser avec M2HB des rebelles syriens arrive juste devant le technical de l'EI à côté duquel se tient le combattant avec PK qui filme en GoPro. Les 3 rebelles qui l'occupent sont fusillés à bout portant.

Dans la séquence 3, l'EI filme 19 corps de rebelles syriens. Comme de coutume, les cadavres sont mis en scène : l'un a un couteau sur le dos, l'autre un tas de billets sur le torse, un autre des cigarettes. Un des corps porte l'emblème de manche de l'Armée Syrienne Libre.

Morts/blessés de l'EI : néant.

Effets visuels/montage/techniques de propagande : la louange à Allah est suivie de la nouvelle forme pour l'entame des vidéos longues de l'EI : la mention « Islamic State », suivie du logo de la wilayat sous-titré en anglais.



La séquence 1 insiste sur les liens entre Erdogan et les Américains, puis les Russes. On voit des images de véhicules blindés Kirpi de l'armée turque, ainsi que de MaxxPro utilisés par la même armée en Syrie. L'EI reprend aussi des images d'archives, de la première vidéo longue sur la bataille de Mossoul et quelques autres. L'EI montre ensuite les images d'un de ses attentats à Diyarbakir (sans doute celui du 4 novembre 2016).

L'assaut de la séquence 2 est filmé en GoPro sur un tireur PK.

Dans la séquence 5, l'EI insiste sur les victimes civiles provoquées par les bombardements turcs (un des sauveteurs dans les décombres porte une GoPro : toujours la mise en scène pour la propagande).

Dans la séquence 7, un combattant turcophone de l'EI (Abu Hassan Al Turki) prend la parole dans sa langue natale (sous-titrée en arabe). Il qualifie Erdogan de « Tagout ». L'EI montre ensuite 2 soldats turcs prisonniers qui vont être brûlés vifs : le premier, né à Konya, 26 ans, travaille dans le renseignement des garde-frontières à Tikirdag (frontière avec la Bulgarie). Le second est un soldat turc de 21 ans. Avant leur exécution, les 2 soldats sont obligés de répéter un discours de l'EI : l'EI somme la Turquie de retirer ses troupes de Syrie sous peine de représailles, indique que c'est la politique d'Erdogan qui conduit aux attentats et à cette exécution. Le verset 126 de la sourate An-Nahl est utilisé pour justifier cette dernière. Le combattant de l'EI turcophone reprend la parole après l'exécution pour menacer la Turquie.



Religion : la séquence 1 commence par un discours du « calife » autoproclamé, Abu Bakr Al Qurayshi (et non Baghdadi, ce qui est intéressant).

Dans la séquence 3, au moment du trajet d'un VBIED, on entendu un discours d' Ibn Hasan Muhajir, le porte-parole de l'EI.

Abu Hasan Al Muhajir parle encore dans la séquence 4.

Nasheeds (poèmes chantés) présents dans la vidéo :

1 : ?

2 : ? (nasheed en turc)

3 : 2'41''-4'53'' Hayya Inghamis


5 : 6'22''-8'02'' Adajah



8 : ?

9 : ?

10 :?

Commentaires particuliers : le titre de la vidéo renvoie à une accusation portée contre la Turquie par l'EI, d'être la « protectrice des croisés » (d'où la forme de bouclier derrière le titre de la vidéo). La défense agressive de l'EI à al-Bab montre que l'armée turque n'a semble-t-il pas anticipé (comme d'autres armées : on le voit avec l'armée irakienne à Mossoul en contexte urbain, même si cette dernière a maintenant davantage d'expérience) la menace sérieuse posée par les VBIED, y compris hors cadre urbain : on ne voit pas de lance-missiles antichars positionnés pour arrêter les VBIED. En outre, les véhicules blindés et les chars turcs s'exposent face aux tirs de missiles antichars de l'EI. Enfin, l'infanterie est surtout fournie par les rebelles syriens qui bien que soutenus par les Turcs, n'ont pas les mêmes moyens. Surtout, l'exécution insoutenable de la fin de la vidéo, couplée aux images montrant les victimes civiles des bombardements turcs, sert à l'EI pour dissuader la Turquie de continuer son intervention en Syrie, de même que les attentats. Cette vidéo confirme que la propagande de l'EI se reprend après la crise de l'été, mais les vidéos militaires longues sont toujours moins nombreuses.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire