vendredi 5 août 2016

Tactiques militaires de l'EI-synthèse 7

La synthèse n°7 porte sur les vidéos 31, 32, 33, 34 et 35 analysées avec le questionnaire mis au point depuis maintenant 6 mois environ.

L'échantillon conserve, comme le précédent, un partage plus équilibré qu'auparavant entre les théâtres irakien et syrien. Cette fois-ci, l'Irak est majoritaire avec 3 vidéos sur 5, mais il y a tout de même deux vidéos du théâtre syrien. Preuve encore une fois que la situation de l'EI sur le théâtre irakien ne s'améliore pas. En Syrie, la wilayat Halab fournit à nouveau une production, preuve de l'importance de ce front pour l'EI ; quant à la wilayat Dimashq, qui livre moins de vidéos militaires, elle est cette fois représentée. En Irak, sans surprise, on retrouve les wilayats Kirkouk et Dijlah qui sont parmi les plus productives. En revanche, il y a cette fois-ci la wilayat al-Furat que l'on n'avait pas vu depuis longtemps et qui améliore manifestement la qualité de ses vidéos militaires, même si ses opérations sont limitées (la wilayat ne montre d'ailleurs pas les combats ayant conduit à la déroute de la Nouvelle Armée Syrienne formée par les Américains). Dans l'ensemble, on retient la vidéo de Dijlah qui souligne aussi, comme Halab en Syrie, l'importance du front au sud de Mossoul pour l'EI, autour de Sharqat.



L'écart entre la mise en ligne des vidéos et les opérations montrées reste considérable. Toutes les vidéos de l'échantillon ont été mises en ligne au mois de juillet. La wilayat Halab montre des combats du mois d'avril, tout comme la wilayat Dimashq. Je n'ai pas déterminé les dates des vidéos des wilayats Kirkouk et al-Furat mais l'écart est au minimum de 3 semaines/1 mois, et probablement plus. En revanche, les opérations de la wilayat Dijlah ne datent que d'un mois à peine : preuve que ce front est important, puisque c'est la vidéo où l'écart est le plus court. Il faut observer aussi que le rythme des vidéos se ralentit : l'EI publie moins de vidéos militaires qu'avant. Par contre, les montages sont parfois plus longs, comme dans le cas de Halab, ou de Dijlah.




On remarque une différence assez nette entre les théâtres irakien et syrien quant aux types de vidéos. En Syrie, à Halab, l'EI est clairement à l'offensive contre le régime sur le front de Khanasser ; face aux rebelles syriens, autour d'Azaz et vers la frontière turque, l'EI joue au jeu du chat et de la souris avec les rebelles, les villages étant pris, repris, perdus de nouveau, met avec toujours des contre-attaques. A Manbij, l'EI se défend contre les assauts kurdes avec snipers et VBIED. L'EI est toujours dans une dimension pour partie conventionnelle dans les affrontements en Syrie comme le montre l'emploi de véhicules blindés et de pièces d'artillerie. En Irak en revanche, depuis plusieurs mois au moins, l'EI repasse progressivement à la guérilla/insurrection : les vidéos de Kirkouk et al-Furat montre des raids motorisés/mécanisés d'ampleur limités, visant des objectifs faibles. A Dijlah, sur le front de Sharqat, l'EI est clairement dans une position défensive, et mène des contre-attaques réduites tout en utilisant de nombreuses armes antichars contre les formations blindées/mécanisées de l'armée irakienne, allant jusqu'à employer une katiba antichar complète avec différents modèles de lance-missiles.

Mitrailleur PK-wilayat Dijlah.

Technical avec DSHK -wilayat Dimashq.



Position irakienne observée avec un drone pour préparer l'attaque-wilayat al-Furat.

Sur les deux théâtres, le nombre d'adversaires est toujours important, et leurs caractéristiques différentes. A Halab, l'EI s'affronte à la fois au régime syrien, pourvu d'un important armement conventionnel et de moyens plus légers, aux rebelles syriens surtout équipés de technicals, et aux Kurdes qui disposent d'un armement parfois plus lourd. A noter que lors de combats à Khanasser contre le régime, les corps et prises montrés par l'EI prouvent la présence de la milice chiite irakienne Harakat Hezbollah al-Nujaba et de la brigade Fatemiyoun composée d'Afghans chiites recrutés par l'Iran. En Irak, dans les 3 vidéos, c'est l'armée irakienne qui est en face de l'EI quasiment à chaque fois. On remarque toutefois les moyens importants engagés par l'armée irakienne sur le front de Sharqat au sud de Mossoul : T-72, BMP-1, nombreux véhicules blindés ou plus légers... à Dimashq, l'EI s'oppose au régime syrien, soutenu par au moins un hélicoptère de combat Mi-24 et qui dispose de chars et de véhicules blindés, et aux rebelles syriens des Forces des martyrs Ahmad al-Abdo, de l'est du Qalamoun.


Drapeau de Liwa Fatemiyoun capturé-wilayat Halab.
Combattant du régime tué portant l'écusson d'Harakat Hezbollah al-Nujaba-wilayat Halab.

T-72 de l'armée irakienne - wilayat Dijlah.
Portait de Hafez el-Assad piétiné-wilayat Dimashq.

Humvee détruit-wilayat al-Furat.

Les effectifs reflètent en général la nature des opérations. A Halab, l'infanterie de l'EI est nombreuse (on voit plus de 30 hommes ensemble dans une seule séquence), en particulier face au régime syrien à Khanasser. A Kirkouk et al-Furat, les effectifs sont limités pour des raids de faible ampleur (quelques dizaines d'hommes seulement). A Dimashq par contre, dans l'est du Qalamoun, l'infanterie est à nouveau importante : 4 séquences de la vidéo montrent des effectifs dépassant à chaque fois la vingtaine de combattants et allant pour 2 d'entre elles jusqu'à plus de 40 hommes. Sur le front de Sharqat, à Dijlah, important pour l'EI, les moyens humains sont conséquents bien qu'en défensive : plusieurs dizaines d'hommes dans les séquences de combat.

Wilayat Halab.


Wilayat Dijlah.



Les moyens d'appui engagés montrent là encore une nette différence entre théâtres irakien et syrien. A Halab, l'EI déploie contre le régime syrien des canons M-46 et D-30, des lance-roquettes de 107 mm, un lance-missiles antichars, un mortier de 82 mm, un canon sans recul SPG-9. Les moyens sont moins importants à Dimashq avec seulement une DSHK sur affût et un lance-missiles antichars Kornet. Toutefois, en Syrie, l'EI se permet encore d'employer de l'artillerie lourde de manière conventionnelle. Rien de tel en Irak : la vidéo de Kirkouk ne montre aucun moyen d'appui, celle d'al-Furat un seul mortier lourd. A Dijlah, les moyens sont très légers : un mortier, un canon sans recul SPG-9. En revanche, en défense, pour éliminer les chars, véhicules blindés et bulldozers de l'armée irakienne, l'EI engage une katiba antichar équipée d'au moins un lance-missiles Metis-M, d'un Kornet et d'un TOW et probablement d'autres pièces. On retrouve donc le glissement vers l'insurrection probablement en raison des frappes aériennes et d'un adversaire devenu plus solide : l'EI privilégie les moyens légers et mobiles.

Canon D30-wilayat Halab.
Canon M-46-wilayat Halab.

Canon M-46-wilayat Halab.

Lance-missiles Metis-M-wilayat Dijlah.
Lance-missiles TOW-wilayat Dijlah.
Lance-missiles Kornet-wilayat Dijlah.

On retrouve les mêmes oppositions au niveau des véhicules. A Halab, l'EI déploie des chars T-72 et T-55, des technicals de différents modèles dont certains lourd (un camion avec canon S-60 de 57 mm). A Dimashq, le constat est identique : chars T-55 et T-72, nombreux technicals avec DSHK, ZU-23, KPV (dont un ZPU-4). En Irak en revanche les chars ne sont pas présents : l'EI se sert de pick-up et technicals à Kirkouk, de technicals à Dijlah. A al-Furat, en plus des pick-up et technicals, on voit pour la première fois des véhicules de transport de troupes improvisés, avec blindage renforcé et surtout fentes de tir intérieures pour le tir latéral et protégé dans le véhicule. Encore une fois, l'EI se sert en Irak de moyens plus légers et plus mobiles, preuve que l'appui-feu adverse (aérien surtout) est redouté.



T-55-wilayat Halab.

ZU-23 sur Land Cruiser-wilayat Dimashq.
KPV sur Hilux-wilayat Dimashq.
ZPU-4-wilayat Dimashq.


Dans l'échantillon, une seule des 5 vidéos ne montre pas de kamikaze sur VBIED, celle d'al-Furat. Il y a en tout 16 VBIED visibles dans les 4 vidéos, dont 12 pour la seule vidéo d'Halab qui montre des VBIED jetés par vagues sur les mêmes objectifs, des positions des rebelles syriens, un sur une position du régime à Khanasser et 2 sur les positions kurdes autour de Manbij. 12 kamikazes sont identifiés par leur nom de guerre : 6 sont des Syriens, 2 sont des Irakiens, 1 vient du Maghreb, 1 des Emirats Arabes Unis, 1 est Ouzbek et 1 Palestinien. Les deux tiers des kamikazes sont donc des locaux. Les VBIED sont des pick-up surblindés, des camions renforcés de blindage artisanal ou des 4x4 blindés de manière improvisée. Le VBIED de Dimashq par contre est un BMP-1 détourellé. A Halab, les VBIED sont utilisés pour harceler les positions rebelles dans les villages conquis, ou les positions kurdes autour de Manbij ; l'un d'entre eux ouvre la voie à un assaut contre les positions du régime à Khanasser. A Kirkouk et Dimashq, les VBIED servent également à préparer l'attaque des combattants de l'EI. A Dijlah, le VBIED est employé de la même façon ; plus tard, lors d'un combat antichar contre un véhicule de l'armée irakienne (BMP-1), un inghimasi se fait probablement sauter près du véhicule déjà frappé par des tirs antichars pour accroître les destructions occasionnées.


Kamikaze ouzbek-wilayat Halab.
Explosion de son VBIED près de Manbij-wilayat Halab.


Kamikaze palestinien-wilayat Dijlah.
Son VBIED-wilayat Dijlah.
Le VBIED (BMP-1) de la wilayat Dimashq.


4 des 5 vidéos montrent assez bien les groupes de combat de l'EI : à Kirkouk, le petit raid engage un groupe comprenant 1 ou plusieurs tireurs PK et des tireurs AK. A Halab, les groupes de combat semblent disposer d'une quinzaine d'hommes, soit plus que la moyenne généralement visible, bien pourvus en équipement collectif (PK, RPG-7 voire RPG-26). Sur le front de Manbij, un sniper opère avec M-16 à lunette. Au nord du district industriel de Sheikh Najjar, contre le régime, les combattants de l'EI intervenant en combat urbain sont eux aussi bien armés, avec grenades, PK et RPG-7. A Dijlah, de par le contexte défensif et la présence de formations mécanisées de l'armée irakienne, les hommes de l'EI sont bien pourvus en armes antichars : nombreux tireurs RPG-7, lance-roquettes M79 Osa et AT-4... pour les séquences de raids en revanche, l'armement redevient plus conforme à la norme de l'EI : PK, RPG-7, AK et M-16, et tireur SVD. A Dimashq, les groupes de combat de l'EI sont standard : contre le régime, à Tishrin, on est en présence d'inghimasiyyi. A noter la présence dans ce dernier cas d'une RPK et d'un combattant armé d'un fusil de chasse ou assimilé (!), ce qui est rare. A al-Furat, les groupes de combat sont standards mais on note deux particularités : d'abord l'emploi d'un lance-roquettes improvisé pour roquettes air-sol S-5K ; et l'engagement d'un groupe de 3 mitrailleurs PK en simultané dans l'une des séquences.

Wilayat Halab.
Tireur PK-wilayat Halab.


Sniper avec M-16 à lunette-wilayat Halab.

Tireur SVD Dragunov-wilayat Dijlah.
Tireur PK-wilayat al-Furat

A part la vidéo de Halab, les 4 autres montrent des destructions de véhicules adverses. A Kirkouk, 2 pick-up sont incendiés lors du raid nocturne. A Dijlah, le contexte de combat antichar fournit de nombreuses destructions de véhicules : outre de nombreux véhicules blindés BAE Caiman, 1 BMP-1 est détruit en combat rapproché, et 3 chars, 1 BMP-1, 1 BAE Caiman et d'autres véhicules dont des bulldozers sont pulvérisés par les missiles antichars de la katiba spécialisée. Des Humvees sont également détruits. A Dimashq, un camion et un automoteur d'artillerie 2S1 sont détruits, de même qu'un BMP-1 avec un missile antichar. A al-Furat enfin, 2 Humvees sont détruits.

BMP-1 détruit en combat antichar rapproché-wilayat Dijlah.

T-72 incendié avec un missile antichar.


BMP-1 détruit au missile antichar Kornet.


Hormis dans la vidéo de Kirkouk, toutes les autres opérations rapportent du butin matériel à l'EI. Celles de Halab livrent le butin le plus conséquent : sur les rebelles, plus d'une trentaine de fusils d'assaut AK-47/AKM, deux M-16, six lance-roquettes RPG-7, deux M-72 LAW, trois lance-grenades RBG-6 et un lance-grenade bulgare Arsenal MSGL. Une mitrailleuse de calibre .30 sur trépied, ainsi que deux M2 Browning .50, les deux montées sur pick-up Land-Cruiser, sont également capturées. Six autres 4x4, dont trois sont armés (avec un canon 2A14 de 23 mm, une mitrailleuse W85, et probablement une ZPU-1) ont également été abandonnés par les rebelles syriens. Un mortier US M120 de 120 mm, sur remorque M1100 récemment livré est saisi, au côté d'un mortier de fabrication artisanale. Le tout avec une quantité importante de munitions de différents calibres, allant du 7,62 mm au 12,7 mm, des obus de mortiers de 60 mm, des munitions de 105 mm pour le canon sans recul M40, des obus de chars, des grenades, etc. Sur le régime sont pris plusieurs véhicules 4x4 et camions légers civils de transport, au moins 2 camions GAZ-3308, dont l'un est armé d'une mitrailleuse lourde ZPU-4, et un camion Tatra 815. L'artillerie lourde exposée comprend un canon de campagne Type-59-I de 130 mm, un obusier D-20 de 152 mm, un lance-roquette multiple de 107 mm Type 63, tandis que l'un des 2 lance-roquettes multiples BM-21 sur Ural-375D, filmés dans la séquence 5 sont à nouveau montrés. Des dizaines d'armes légères et de munitions de différents calibres, y compris un important stock de roquettes Grad de 122 mm s'ajoutent au butin amassé. A Dijlah, en plus d'un Humvee au moins, l'EI met la main sur de nombreuses munitions, dont des caisses pour lance-grenades Mk 19 de 40 mm, une mitrailleuse M2 cal. 50, 1 M-72 LAW, 2 Mk 19, 5 mitrailleuses, 1 RPG-7, 2 M-16, une mitrailleuse lourde DSHK, 1 RPG-26, puis 2 mitrailleuses PK et 6 AK. A Dimashq, ce sont un pick-up avec mitrailleuse lourde KPV de 14,5 protégée par un bouclier et un ZSU 23/4 Shilka. L'EI capture un canon M-46, un technical aux couleurs du régime, un BMP-1, un technical avec bitube ZU-23, un véhicule des Faucons du Désert (pick-up avec tourelle arrière embarquant une mitrailleuse KPV), un char T-55, de nombreuses caisses de munitions dont des obus de chars de 125 mm. Enfin, à al-Furat, il récupère 2 PK, 1 RPG-7 avec roquettes, 1 AK, 1 PK, 1 AK et des munitions.

2S1 capturé-wilayat Halab.
Lance-grenades de prise dont un RGB-6 et un Arsenal-wilayat Halab.

Partie du butin-wilayat Dijlah.


A l'exception de la vidéo al-Furat, toutes les vidéos montrent des corps adverses. 5 corps de rebelles syriens sont visibles à Halab, ainsi qu'au moins 7 corps de combattants du régime ; l'EI capture également un de ces derniers. A Kirkouk l'EI filme 5 corps de l'armée irakienne dont un officier. La vidéo de Dijlah montre au moins 5 tués de l'armée irakienne. Dans la vidéo Dimashq, 16 corps de combattants du régime sont visibles.

3 vidéos sur les 5 filment des morts de l'EI. A Halab, on voit 2 combattants manifestement du groupe qui ont été tués. La vidéo de Dijlah rend hommage à Abu Fatima Al A'alamia, le responsable média de la brigade Nihawand, qui a peut-être filmé les images du début de la vidéo. Enfin la vidéo Dimashq loue Abu Khadija al-Faransi (Français), probablement membre des inghimasiyyi.

Outre les nombreux discours audio de grandes figures de l'EI incrustés dans les vidéos, on note les combattants lisant le Coran dans la vidéo de la wilayat Halab et la prière d'un soldat de l'EI face contre terre à la fin du combat de rues dans la vidéo de la wilayat Dijlah.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire