lundi 6 juin 2016

Tactiques militaires de l'EI-Synthèse 4

La quatrième synthèse analyse les vidéos 16 à 20 traitées avec le questionnaire. Comme lors du dernier échantillon (vidéos 11 à 15), nous sommes en présence de 4 vidéos sur le théâtre irakien et d'une seule sur le théâtre syrien. Je reprends comme d'ordinaire les éléments du questionnaire dans l'ordre pour procéder à l'analyse.

Le théâtre irakien, encore une fois, garde une nette prépondérance (rapport de 4 vidéos pour 1 en Syrie) mais à nouveau, les vidéos irakiennes se répartissent entre 4 wilayats différents, le nord de l'Irak se taillant toutefois la part du lion. En Syrie, c'est la wilayat de Homs qui produit beaucoup de vidéos de propagande militaire. On remarque que l'EI tient à présenter ses opérations dans des secteurs où il a parfois reculé : à Homs, après la chute de Palmyre, l'EI tient encore sous son feu la base aérienne et a attaqué au nord-est, ce que l'on peut voir dans la vidéo. On retrouve la même volonté pour Bashir, dans la wilayat Kirkouk, repris à l'EI par ses adversaires. Plus surprenant encore, l'EI a mis en ligne une vidéo sur son opération contre les Kurdes au nord de Mossoul, de grande ampleur, mais qui s'est terminée en désastre : l'organisation limite néanmoins la vidéo aux succès initiaux, ce qui était de toute façon l'effet recherché.



Les 5 vidéos ont été mises en ligne au mois de mai 2016. Comme toujours, ces vidéos étant des montages élaborés, il y a un écart important entre les opérations montrées et la mise en ligne. Dans le cas de la wilayat Ninive, le délai d'environ 20 jours en moyenne est respecté. Pour les wilayats al-Janub et Kirkouk, pas de recoupement trouvé mais on est au moins dans la moyenne, c'est évident. Certaines images de la vidéo de la wilayat al-Jazirah datent d'au moins un mois et demi avant la vidéo, on est donc bien au-delà. Le montage le plus sophistiqué de l'échantillon est la vidéo de la wilayat Homs : certaines images datent du 6 mai (un peu plus de 10 jours avant la mise en ligne, on est en-dessous de la moyenne habituelle), d'autres du mois d'avril et d'autres enfin du mois de mars.

Combattants de l'EI avant l'attaque, dont un lit le Coran à droite - wilayat al-Janub.


Les différences dans le type de vidéos montrent surtout l'évolution sur chaque théâtre d'opérations. En Irak, pour les wilayats al-Janub et al-Jazirah, on a deux vidéos similaires avec des tactiques de guérilla, l'emploi de snipers, d'IED (chose assez rare dans les vidéos de l'EI), de VBIED et la prise de petites positions face à un adversaire restreint. La vidéo de la wilayat Kirkouk à Bashir se rattacherait presque à cet ensemble si ce n'était l'insistance sur l'aspect contre-attaque alors que le groupe est en position défensive, et l'embuscade réussie contre plusieurs dizaines de miliciens chiites qui provoque de nombreux tués. La vidéo de la wilayat Ninive tranche évidemment avec ce panel puisqu'on est en présence ici d'une offensive avec beaucoup de moyens : plusieurs centaines d'hommes, plusieurs dizaines de véhicules, mais relativement peu d'appuis, par contre. Enfin, pour la wilayat Homs, on voit surtout les moyens d'appui lourds et les véhicules de l'EI en action, preuve qu'en Syrie l'EI subit visiblement moins les effets des frappes aériennes qu'en Irak et qu'il n'hésite pas à employer ses véhicules lourds.

Canon D30 de 122 mm de l'EI tirant sur la base aérienne de Palmyre - wilayat Homs.


Comme toujours, les adversaires de l'EI sont multiples. A al-Jazirah et à Ninive, l'EI se bat contre les peshmergas irakiens. Il faut noter lors de la grande offensive à Ninive l'important soutien aérien américain accordé aux peshmergas : F-15, UH-60 (dont un sanitaire), CH-47, AH-64, B-52, F/A-18. C'est d'ailleurs, sans doute, la vidéo où j'ai vu le plus d'appareils américains. A al-Janub, comme souvent, c'est l'armée irakienne qui est la cible de l'EI. Pour Homs, l'EI s'affronte aux troupes du régime syrien soutenues par des hélicoptères russes ; il n'est pas impossible qu'il ait eu en partie à faire à des troupes auxiliaires sur une partie de la vidéo, peut-être les Afghans de Liwa Fatemiyoun qui ont bien été présents à Palmyre. A Kirkouk, l'EI se bat contre des miliciens turkmènes du Hashd mais aussi contre une milice chiite, la Al-Abbas Fighting Division.

On reconnaît l'insigne d'épaule de la Al-Abbas Fighting Division dans cette vidéo capturée par l'EI. - wilayat Kirkouk.

Hélicoptère AH-64 Apache américain appuyant les peshmergas - wilayat Ninive.


Dans 4 des 5 vidéos, les effectifs engagés ne sont pas très nombreux. Dans la vidéo d'al-Jazirah, on voit au maximum une quinzaine de combattants simultanément. Dans celle d'al-Janub, le groupe de combat le plus important comprend environ 13 hommes : quelques dizaines ont peut-être été engagés dans l'attaque des positions fixes. Dans la vidéo de Homs, très peu de fantassins sont visibles, mais on peut supposer que les effectifs sont plus importants au vu des matériels déployés (et de la présence de nombreuses équipes antichars). A Kirkouk, par contre, les effectifs sont également faibles. La vidéo de la wilayat Ninive tranche évidemment avec l'ensemble : l'offensive au nord de Mossoul mobilise plusieurs centaines d'hommes (peut-être 300) et la vidéo montre de nombreux groupes de combat de 8 à 13 hommes ; une scène en intérieur montre un chef de groupe s'adresser à 18 hommes rassemblés autour de lui.

Discours par le chef de groupe à ses hommes, en intérieur. On remarque que la plupart sont armés de M-16. - wilayat Ninive.


Les moyens d'appui sont très inégaux : ils apparaissent maintenant beaucoup plus faibles (ou moins présents en tout cas, moins montrés dans les vidéos) en Irak qu'en Syrie. Pour al-Jazirah, on ne voit qu'un canon KPV sur affût, un canon de 23 mm modifié pour le tir anti-matériel et un canon sans recul SPG-9. La même arme est utilisée à al-Janub avec un "canon de l'enfer" et un mortier moyen, ainsi qu'un lance-missiles antichars qu'on ne voit pas et qui tire sur un char de construction soviétique. A Kirkouk, l'EI aligne seulement des roquettes artisanales, un mortier moyen et un canon avec frein de bouche monté sur roues (calibre difficile à apprécier : 37 mm ?). A Ninive, et malgré le contexte de grande offensive, les moyens d'appui sont singulièrement limités : quelques mortiers lourds et moyens, un canon D30 monté sur camion (122 mm), un canon de 23 mm avec frein de bouche adapté pour le tir anti-matériel, quelques mitrailleuses DSHK, et c'est tout. Dans la wilayat Homs en revanche, l'EI étale ses moyens d'appui lourds : 2 canons D30 de 122 mm, plusieurs mortiers lourds de 120 mm, un "canon de l'enfer". Il déploie également de nombreuses équipes de missiles antichars : 7 tirs de HJ-8 (un sur un T-72, un sur un véhicule indéterminé, 2 sur un pick-up, 2 sur BMP-1 et 1 sur un T-62 avec kit de déminage KMT) et 1 tir de Metis-M sur un pick-up avec ZPU-4 semble-t-il. L'EI utilise donc davantage ses appuis en Syrie, preuve qu'il y craint moins les frappes aériennes et qu'il en dispose peut-être de plus ici (ceux retirés de Palmyre, sans doute).

Automoteur d'artillerie 2S1 en action - wilayat Homs.

Canon D30 monté camion. - wilayat Ninive.
Canon modifié pour le tir au sol et monté sur affût roulant... calibre indéterminé (37 mm ?) - wilayat Kirkouk.


Pour ce qui est des véhicules, on note que les colonnes mécanisées ne sont pas l'apanage de quelques wilayats comme celle de Salahuddine, spécialiste des véhicules improvisés en Irak. La wilayat al-Jazirah engage 1 M1117 avec mitrailleuse M2HB et au moins 3 Humvees dont l'un armé d'une mitrailleuse DSHK. La vidéo montre un certain nombre de technicals avec KPV et un avec DSHK. A al-Janub, ce sont surtout des technicals que l'on voit, avec ZU-23. A noter que pour la première fois ils sont camouflés avec des branches de palmier, ce qui ne s'était pas encore vu jusqu'ici : l'EI craint manifestement l'action de l'aviation. Dans cette vidéo il y a également un bulldozer utilisé pour des tâches du génie, manifestement. A Kirkouk, il y a relativement peu de technicals mais on trouve un camion-benne lance-roquettes Grad comme celui déjà vu dans la wilayat Salahuddine, et un camion embarquant un canon AA S-60 de 57 mm. La wilayat Homs en Syrie est le seul à employer des chars ou des véhicules blindés : 1 ou 2 automoteurs d'artillerie 2S1 Gvozdika (122 mm), 1 T-72M1, 1 T-55, plus les habituels technicals avec ZU-23 et ZPU-2 ici. Encore une fois, l'EI emploie des chars et des véhicules blindés uniquement en Syrie, même si ici ils ne servent que de plate-formes d'artillerie. L'offensive au nord de Mossoul, dans la wilayat Ninive, implique les unités mécanisées de l'EI constituée avec des véhicules improvisés bâtis sur les stocks pris à l'armée irakienne en 2014 lors de la chute de la ville. On retrouve le "Storming Battalion" déjà rendu célèbre par la fameuse vidéo récupéré par Vice News, de même que le "Shield Battalion" et ses véhicules peints en noirs dont certains ont été prêtés au premier. La vidéo montre au total plus d'une vingtaine de véhicules différents. On voit entre autres des M1114 modifiés pour accueillir une tourelle avec 3 hommes, comme ceux de la vidéo Vice News. Une colonne de 3 Humvees camouflés est également visible. L'EI déploie aussi un "battle wagon" dont on ne distingue même pas le type de véhicule sur lequel il a été bâti... un bulldozer est armé d'une mitrailleuse de 7,62 mm à son sommet. Le véhicule le plus original est assurément le Humvee porte-pont que l'EI emploie pour franchir la tranchée protégeant la première ligne défensive des peshmergas. On observe que la projection de véhicules blindés (ici improvisés pour la plupart) en avant correspond toujours à la vieille doctrine de l'armée de Saddam après 1973 ; la tactique est la même que dans la vidéo de Vice News de décembre 2015, seules quelques améliorations ont été apportées (comme le porte-pont).

Colonne de Humvees - wilayat al-Jazirah.

Technical avec ZU-23 en tir antiaérien et camouflé avec des branchages - wilayat al-Janub.

T-72M1 en action - wilayat Homs.

Camion avec S-60 de 57 mm - wilayat Kirkouk.

Humvee porte-pont - wilayat Ninive.


3 des 5 vidéos, comme dans l'échantillon précédent, montrent des kamikazes sur VBIED. Seuls 3 sont identifiés : 2 Irakiens et 1 Saoudien. C'est peu, car on en compte 8 non-identifiés. C'est d'autant plus étonnant que 5 participent à l'offensive au nord de Mossoul dans un convoi de VBIED du "bataillon suicide", l'unité qui appuie les formations mécanisées de l'EI à Mossoul. Difficile de fournir une réponse sur cette moindre identification : l'EI recherche-t-il davantage le secret pour ses kamikazes ? Ou cela montrerait-il qu'il y a moins d'étrangers qui arrivent à gagner son territoire ? A al-Jazirah et Kirkouk, les VBIED (5 en tout) sont tous des pick-up surblindés à l'exception d'un véhicule un peu plus léger type 4x4. A Ninive, le Saoudien opérant seul pilote un Humvee bourré d'explosifs ; les 5 VBIED du convoi du "bataillon suicide" sont tous ou presque des pick-up surblindés (dont l'un au moins est frappé de l'emblème du bataillon). Seul un semble être un véhicule sans plate-forme arrière. Pour ce qui est de l'utilisation, les VBIED sont employés, à Kirkouk et al-Jazirah, soit pour harceler les lignes adverses dans un contexte de guérilla ou de défense. A Ninive, au contraire, les VBIED servent encore une fois à pallier le manque de moyens d'appui et à ouvrir la voie aux véhicules blindés ou aux fantassins. Le Humvee piloté par le Saoudien explose devant l'infanterie alors que la première ligne de défense kurde n'est pas encore tombée. Les 5 VBIED du convoi, par contre, sont tous jetés sur les lignes kurdes près d'une localité située en arrière de la première ligne de défense.

VBIED piloté par un Irakien. On note les plages pour protéger les pneus arrière. - wilayat al-Jazirah.

VBIED du convoi du "bataillon suicide" de Mossoul, dont on reconnaît l'emblème sur le véhicule. Ce bataillon accompagne les formations mécanisées de l'EI de la ville. - wilayat Ninive.

Un des VBIED du convoi du bataillon suicide s'approche des lignes kurdes. Un missile antichar file vers lui et est visible à gauche. - wilayat Ninive.


Comme l'échantillon précédent, l'accent est moins mis sur les fantassins dans celui-ci mais on observe un certain nombre de points. Les combattants de l'EI sont toujours surarmés : les tireurs à la mitrailleuse PK, par exemple, portent quasi systématiquement une arme individuelle dans le dos, de même que les tireurs RPG-7. Sur le théâtre irakien, on note un mélange plus important entre M-16 et AK-47 dans les armes individuelles (de plus en plus de M-16 étant équipés de lunette de visée). Le groupe de combat de la wilayat al-Janub (au moins 13 hommes) comprend 2 tireurs PK et 1 tireur RPG-7. A noter dans cette vidéo un matériel peu fréquent : un fusil de sniping M39 EMR semble-t-il, version modernisée du M-14, sans doute pris à l'armée irakienne. C'est aussi à al-Janub que pour la première fois, je vois des explosifs improvisés utilisés au lieu de grenades à mains : un petit bidon d'essence et un seau de peinture. A Kirkouk aussi, le groupe de combat d'assaut nocturne comprend au moins 2 tireurs PK et un tireur RPG-7 puisqu'on voit le pourvoyeur. Pour l'embuscade contre les miliciens chiites, le groupe de combat dispose de 2 RPG-7. En ce qui concerne l'offensive au nord de Mossoul, les groupes de fantassins accompagnant les véhicules des bataillons mécanisés de la ville sont parmi les mieux équipés de l'EI en raison des stocks pris à l'armée irakienne en 2014. Cela se voit à la protection des hommes : nombreux casques, comme dans la vidéo de Vice News, gilets pare-balles et autres éléments de protection... de nombreux groupes de combat sont visibles au vu de l'effectif engagé. Les groupes de 8 à 13 hommes comprennent tous au moins un tireur PK et un tireur RPG-7 (voir plus). Le groupe de 18 hommes qui entend le discours de son chef dans une pièce en intérieur est armé majoritairement avec des M-16 (12 sur 14 hommes armés). L'EI utilise aussi d'autres armes comme une mitrailleuse MG-3 ; on trouve parfois dans les groupes de combat des tireurs d'élite sur SVD Dragunov. Un des tireurs RPG-7 emploie une roquette HEAT Cobra. A noter lors de l'entrée dans la localité après la percée de la première ligne de défense kurde que les Humvees et le M1117 sont accompagnés par plusieurs tireurs RPG-7 opérant de concert de même que 3 tireurs PK.

Tireur PK avec M-16 dans le dos - wilayat al-Jazirah.

Tireur à l'AK-47 - wilayat al-Janub.
Ce qui semble être un fusil de sniping M39EMR. -Wilayat al-Janub.


Le butin matériel et les destructions de véhicules adverses ne sont pas très importants sauf dans la vidéo de Homs en raison des tirs de missiles antichars. Ils sont nuls dans la vidéo d'al-Jazirah. A al-Janub, l'EI capture probablement un Humvee, quelques mitrailleuses PK et quelques RPG-7, de nombreuses armes légères et un mortier léger. A Kirkouk, l'embuscade contre les miliciens chiites permet de prendre un AT-4, un VHS-K et un Orsis T-5000. Lors de l'offensive au nord de Mossoul, l'EI s'empare d'une DSHK, d'un RPG-7 et d'un vieux lance-roquettes M57 yougoslave semblable à celui dont les munitions sont capturées à Deir-es-Zor en janvier dernier sur le régime syrien. A Homs, les missiles antichars touchent un T-72, un bulldozer, 3 pick-up, 2 BMP-1, un T-62 ; on distingue par ailleurs les carcasses de 4 BMP, un bulldozer et un T-62. Lors d'un assaut nocturne, l'EI prend aussi des mitrailleuses PK, des munitions de RPG-7 et un RPO-A Shmel russe. Concernant les morts ou prisonniers ennemis visibles, ils sont plus nombreux que dans l'échantillon précédent. La vidéo d'al-Jazirah ne montre que 2 peshmergas tués. A al-Janub en revanche, ce sont au moins 11 corps de soldats irakiens qui sont filmés dont un se fait trancher la gorge par un combattant de l'EI. La wilayat Homs montre un prisonnier et 4 corps au moins. A Kirkouk en revanche, on peut voir 10 corps au moins de miliciens turkmènes tués lors d'un assaut de nuit, et surtout entre 20 et 30 corps au moins de miliciens chiites abattus lors de l'embuscade (dont l'un est d'ailleurs qualifié de peshmerga combattant aux côtés des chiites...). La vidéo de Ninive par contre ne montre aucun corps (sauf les images du Navy Seal Charles Keating IV tué pendant l'offensive), ce qui confirme que les Kurdes, pris par surprise, ont préféré battre en retraite plutôt que de s'accrocher au terrain.

VHS-K - wilayat Kirkouk.

AT-4 - wilayat Kirkouk.

Orsis T-5000 - wilayat Kirkouk.

RPO-A Shmel - wilayat Homs.


On remarque que l'EI honore toujours ses morts. Dans la vidéo d'al-Janub, c'est Abu Qasim Al Shami, un combattant du groupe d'assaut vu au début lorsque le chef fait son discours, et qui a été tué pendant les combats. Pour Ninive, il s'agit du sheikh Abou Ali Al Anbari, cadre très important de l'EI tué en mars 2016 par les forces spéciales américaines en Syrie et qui donne son nom à toute une série d'opérations lancées par l'EI à partir du 30 avril 2016, dont fait partie l'offensive au nord de Mossoul.

Abu Qasim Al Shami, tué au combat. - wilayat al-Janub.

Avec la barbe blanche : Abou Ali Al Anbari. - wilayat Ninive.


L'aspect religieux du combat n'est pas oublié, comme dans l'échantillon précédent. On voit des scènes de prière ou des combattants lisant le Coran dans 3 des 5 vidéos (dont un des kamikazes sur VBIED d'al-Jazirah). Dans 2 des 5 vidéos, l'EI montre la destructions d'édifices religieux : images d'archives pour un bâtiment turkmène à Bashir, probablement, mais en pleine offensive au nord de Mossoul, l'EI prend aussi le temps de faire sauter à l'explosif un sanctuaire yézidi.

Destruction d'un sanctuaire yézidi - wilayat Ninive.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire