vendredi 6 mai 2016

Tactiques militaires de l'EI-Synthèse 3

Cette troisième synthèse concerne les vidéos 11 à 15 étudiées avec le questionnaire, et pour cette fois, il y a une vidéo venant du théâtre syrien à côté de 4 vidéos du théâtre irakien. Comme pour la synthèse n°2, je reprends dans l'ordre les éléments du questionnaire pour dresser un bilan des tactiques de l'EI telles que l'organisation nous les montre par ses vidéos de propagande.



Sur les lieux, on peut encore noter la domination écrasante du théâtre irakien dans la production. Il faut remarquer toutefois que les 4 vidéos correspondent à 4 wilayats différents : Kirkouk, Salahuddine, Dijlah et Falloujah. Les wilayats de l'EI en Irak sont donc tous assez productifs quant à leurs vidéos de propagande. En Syrie, c'est une vidéo du wilayat Hama qui en produit assez peu comparé au wilayat Halab (Alep) par exemple, ce qui est d'autant plus intéressant, puisque l'EI a progressé dans ce secteur en février-mars, ce que reflète la vidéo.

Les 5 vidéos ont été mises en ligne en avril 2016 (celle de Falloujah, la dernière, date du 30 avril). Comme toujours, il peut y avoir un écart assez important entre les opérations filmées et la publication du montage vidéo. La vidéo de Kirkouk a un décalage de 20 jours, ce qui est la moyenne des montages de l'EI ; les images de la vidéo de Salahuddine remontent pour certaines par contre à près de 2 mois ; pour Dijlah, on compte un bon mois d'écart ; dans le cas de Hama, là encore on peut remonter jusqu'à 2 mois ; Falloujah enfin détient le record puisque la compilation comprend des images datant de janvier soit presque 4 mois.

La variété des vidéos est sans doute un peu moins grande que dans l'échantillon précédent. Celle de Kirkouk montre un assaut de fantassins contre des positions fixes, sans VBIED. Le wilayat de Salahuddine met encore l'accent sur ses raids motorisés/mécanisés et l'emploi de VBIED. La vidéo de Dijlah est plus originale car elle fait beaucoup de propagande et montre l'EI en situation défensive qui contre-attaque à grands renforts de VBIED. La vidéo de Hama tranche avec l'ensemble : on est sur l'attaque de positions fixes mais avec des moyens qui n'ont rien à voir avec ceux employés en Irak. La vidéo de Falloujah enfin est plus classique avec assauts ou harcèlements de positions fixes et emploi de VBIED.

Colonne motorisée de l'EI, wilayat Salahuddine : camion avec 37 mm AA, technical avec KPV.


Là encore, on ne peut constater que la diversité des adversaires affrontés par l'EI. A Kirkouk, l'EI prétend affronter le Hashd (la mobilisation populaire chiite) ce qui semble possible mais qu'on ne peut confirmer définitivement. Le montage de Salahuddine montre plusieurs adversaires différents : la police fédérale irakienne, dont les installations réduites sont souvent visées par l'EI dans ce secteur, et une milice chiite assez active dans la province, Kata'ib Ansar al-Hijja. A Dijlah, on devine que les peshmergas sont en face de l'EI, même si celui-ci ne peut montrer de réels succès contre eux. A Hama, c'est le régime syrien qui est en face de l'EI et qui fait intervenir ses moyens aériens (Su-22, MiG-23 et Mi-25). Enfin, à Falloujah, c'est plutôt l'armée irakienne qui est visée par les assauts des combattants de l'EI.

MiG-23 du régime syrien au-dessus de l'EI.


Su-22 du régime syrien lâchant ses bombes sur l'EI.


Les effectifs engagés par l'EI ne sont pas forcément conséquents. L'opération à Kirkouk engage probablement quelques dizaines d'hommes (au moins 20). Ceux-ci s'identifient avec un brassard blanc pour éviter les tirs fratricides (ce qui tend à confirmer que c'est le Hashd qui est en face). A Salahuddin, la colonne motorisée/mécanisée que l'on voit au départ compte probablement un effectif plus important (50-100 hommes) mais les autres groupes se limitent à quelques dizaines d'hommes maximum. A Dijlah, c'est la même configuration avec des groupes d'une ou deux dizaines de combattants. Le wilayat Hama montre davantage d'hommes (plus de 50 dans une séquence) et l'infanterie d'accompagnement semble assez fournie. A Falloujah, les groupes d'assaut comprennent deux ou trois dizaines d'hommes au maximum.

Groupe de combat de l'EI près d'al-Nasr (Dijlah).


L'EI met davantage en scène cette fois ses moyens d'appui et en particulier ceux plus lourds. Si à Kirkouk, le groupe d'assaut se contente d'un SPG-9 et d'un mortier de 120 mm, il tire aussi au lance-missiles antichars Konkurs pour détruire un Humvee. A Salahuddine, on montre un M198 de 155 mm pris à l'armée irakienne (peut-être des images d'archives, mais l'EI semble vouloir insister dessus) et le fameux montage associant un tube de D30 (122 mm) et un camion, un mortier de 82 mm et un autre de 120 mm et enfin un lance-missiles antichars Metis-M qui ouvre le feu sur un char T-72 irakien. A Dijlah, les moyens sont plus faibles avec seulement des roquettes artisanales, un mortier de 120 mm, une mitrailleuse DSHK de 12,7 mm et un canon KPV de 14,5 mm. A Hama en revanche, l'EI fait usage d'un canon D30 de 122 mm, d'un canon M46 de 130 mm, d'un mortier lourd de 120 mm, de roquettes artisanales et d'une mitrailleuse DSHK. A Falloujah, les moyens d'appui sont plus légers avec un canon sans recul SPG-9, au moins un mortier lourd de 120 mm, un canon KPV, un canon sans recul M60 de 82 mm, des roquettes artisanales. Globalement ce qui frappe c'est la présence de deux lance-missiles antichars et surtout l'insistance sur les canons de prise qui interviennent dans 2 vidéos sur les 5.

Camion avec S60 de 57 mm (Falloujah).


Canon sans recul M60 de 82 mm (Falloujah).

Camion-benne avec lance-roquettes (Salahuddine).

M198 de 155 mm (Salahuddine).

Tube de D30 (122 mm) sur camion (Salahuddine).



M46 de 130 mm (Hama).
Tir de D30 (122 mm)-Hama.
D30 (122 mm)-Hama.

L'organisation peut toujours compter sur un large éventail de véhicules. Si le combat de Kirkouk se limite aux fantassins (hormis un technical avec ZU-23 monotube qui tire sur un hélicoptère à la fin de la vidéo), à Salahuddine l'EI déploie à nouveau un panel impressionnant de moyens motorisés et mécanisés. Pour les premiers, on relève un technical avec KPV et un autre avec ZU-23 monotube ainsi qu'un camion avec canon AA bitube de 37 mm. Les seconds surtout sont impressionnants : un véhicule improvisé bâti avec une tourelle d'ILAV et armé d'une DSHK ; un autre véhicule improvisé embarque la même arme ; et une colonne comprenant deux pick-up surblindés avec des plaques de métal (dont l'un embarque une DSHK) et un Humvee renforcé de la même façon avec M2HB de 12,7 mm en tourelle. Un autre véhicule improvisé est visible à la fin de la vidéo. On note aussi que les colonnes mécanisées sont accompagnées de bulldozers blindés sans doute chargés de missions de génie. Le wilayat confirme donc sa spécialité dans ce domaine et faute de véhicules blindés, il organise pour ses raids des colonnes mécanisées improvisées. La vidéo de Dijlah comprend peu de véhicules mais l'on voit tout de même un technical avec DSHK. Celle de Hama, en Syrie, tranche véritablement avec le théâtre irakien : outre les technicals, nombreux (un avec KPV, plusieurs avec ZPU-4 quadritube de 14,5 mm, plusieurs avec bitubes ZU-23 de 23 mm, un camion avec canon de 37 mm AA), l'EI engage un char T-72 et un char T-62 renforcés avec du blindage SLAT, ainsi qu'un char T-55 avec désignateur laser nord-coréen. En Syrie, l'EI peut donc compter sur les blindés pris au régime et qui sont largement utilisés pour l'appui-feu. La différence est nette avec le théâtre irakien où les chars sont absents. A Falloujah, on trouve ainsi seulement des technicals (nombreux ceci dit : un lourd, avec canon S60 de 57 mm ; beaucoup avec ZU-23 en bitube ou monotube ; un autre avec M2HB). A noter qu'à Hama et Falloujah, les technicals servent à la fois en tir tendu et en tir antiaérien.

Véhicule DIY de l'EI avec tourelle embarquant une DSHK (Salahuddine).
Ce véhicule improvisé semble avoir une tourelle d'ILAV (Salahuddine).

Humvee avec M2HB renforcé de plaques de blindage (Salahuddine).
Pick-up surblindé avec des plaques latérales (Salahuddine).

T-72 avec blindage SLAT (Hama).
T-55 avec désignateur laser nord-coréen (Hama).
T-62 avec blindage SLAT (Hama).


Dans l'échantillon, 3 vidéos sur 5 montrent des kamikazes sur VBIED. On en compte 14 en tout (dont 12 identifiés par leur surnom) : 4 Irakiens, 3 Syriens, 1 Turc, 1 Palestinien, 1 Kurde, 1 Koweïtien, et 1 Occidental dont on ne connaît pas l'origine. L'échantillon est dominé ici par les Irakiens et les Syriens, et l'on note que tous les autres sauf 1 viennent du monde arabe. Deux cas plus originaux à signaler : le kamikaze turc, qui a droit à un discours avant son attaque sous-titré en arabe (puisqu'il parle en turc) et à un nasheed en turc quand il se suicide avec son VBIED, et le Koweïtien, nationalité que l'on voit assez peu. Les VBIED sont assez variés : pick-up blindés de manière artisanale (4), Humvee (1), camion blindé de manière artisanale (1), 4x4 blindé de manière artisanale (1), camion-citerne de manière artisanale (1). Les VBIED montrés dans les vidéos servent davantage ici à harceler les positions adverses ou à contre-attaquer ponctuellement : c'est très net à Salahuddine. Le cas le plus original est la vidéo de Dijlah : sur la défensive près du village de Makhmour, l'EI envoie un groupe de 6 kamikazes revêtus d'uniformes de peshmergas dans 5 VBIED (ce qui signifie que l'un comprenait un conducteur et un tireur, configuration de plus en plus fréquente). 2 autres VBIED sont jetés sur le village de Koudila là encore pour freiner la progression de l'armée irakienne. Il n'y a guère que le VBIED du Koweïtien qui ouvre la voie à une contre-attaque dans la configuration traditionnelle d'emploi de VBIED par l'EI. A Falloujah en revanche, on retrouve l'emploi de 2 VBIED pour dégager le passage aux combattants de l'EI sur une position fixe. Le cas de Dijlah montre bien cependant que l'EI peine à ne pas contre-attaquer ou à passer à l'offensive même quand il est plutôt en situation défensive : les VBIED sont une arme de contre-attaque comme d'autres.

Le kamikaze turc (Salahuddine).
Son VBIED.
Le kamikaze palestinien (Salahuddine).
Son Humvee VBIED.
Le kamikaze koweïtien (Dijlah).
Son VBIED.

L'échantillon est moins parlant sur les groupes de combat (fantassins) de l'EI pour cette fois. Le petit groupe d'assaut de Kirkouk est encore une fois assez lourdement armé avec un SPG-9, plusieurs tireurs RPG-7 et plusieurs tireurs PK (portant une arme individuelle dans le dos) pour deux ou trois dizaines d'hommes à peine. Même configuration à Salahuddine et l'on peut compter un tireur PK et un tireur RPG-7 (avec chacun leur arme individuelle) pour une demi-escouade seulement (5 ou 6 hommes). Il faut dire qu'on est là dans des groupes accompagnant les VBIED où il faut donc une certaine puissance de feu. Même constat à Dijlah : le groupe qui combat près d'al-Nasr est assez réduit et comprend pourtant un tireur RPG-7 et un mitrailleur avec une arme américaine. La vidéo Hama ne montre pas trop les fantassins même si l'on voit un tireur PK, elle met plutôt en scène les véhicules comme cela a été rappelé ci-dessus. A Falloujah, les groupes de combat sont relativement bien armés : un RPG-7 sert au pilonnage initial, l'embuscade contre une colonne de Humvees comprend au moins 2 ou 3 tireurs RPG-7 et 2 tireurs PK (dont l'un avec arme individuelle dans le dos), le groupe d'assaut au sud de Falloujah comporte 2 tireurs RPG-7 et un tireur PK. Le groupe d'attaque au sud-ouest comprend un tireur SVD, des tireurs RPG-7 et PK et fait également usage de grenades.

Wilayat Kirkouk.
Wilayat Kirkouk.
Wilayat Kirkouk.


Wilayat Dijlah.
Wilayat Dijlah. On note la charge tandem sur le RPG-7.


Wilayat Falloujah.
Wilayat Falloujah.


Le butin matériel et les pertes infligées à l'adversaire sont cette fois un peu plus conséquents. A Kirkouk, on ne compte guère qu'un véhicule détruit ; mais à Salahuddine, l'EI détruit au moins 5 pick-up et un bulldozer, capture un Humvee avec DSHK, de nombreuses armes légères et 2 missiles antichars pour Kornet au moins. A Dijlah, on ne voit ni butin ni destruction ni perte, ce qui est assez logique. A Hama en revanche, en Syrie, le butin est appréciable (même si c'est un montage de plusieurs opérations) : un char T-55, un BMP-1, un lance-missiles antichars Konkurs avec ses munitions, de nombreuses armes légères et collectives et leurs munitions également. Pour Falloujah, l'EI s'empare de plusieurs Humvees et autres véhicules dont un M113, de nombreuses armes légères et collectives. On constate toutefois que l'EI met davantage la main sur du matériel pris ou abandonné par le régime syrien, ce qui explique aussi la présence plus prononcée de chars ou autres véhicules blindés ainsi que des pièces d'artillerie. Les morts adverses visibles sont également plus nombreux en Syrie (4 et 1 prisonnier) alors que 2 vidéos en Irak n'en montrent pas.

T-55 pris sur le régime syrien (Hama).
BMP-1 capturé (Hama).
Lance-missiles antichars Konkurs avec munitions (Hama).


Armes légères et collective (Falloujah).
M113 (Falloujah).

Sur le plan religieux, il faut noter l'insistance mise sur les combattants en train de lire le Coran (2 vidéos sur les 5). 2 vidéos, celles de Dijlah et de Falloujah, sont de gros montages de propagande. La vidéo de Dijlah inclut une scène d'exécutions de 3 "espions" et insère un communiqué écrit dans les images. La vidéo de Hama montre les positions adverses filmées par un drone avant l'attaque.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire