vendredi 12 février 2016

[Mathieu Morant] Janvier 2016, offensive de l'EI à Deir Ez Zor : quel butin pour l'organisation terroriste ?


Le 16 janvier 2016, quelques jours après s'être emparé des dernières positions du Régime au sein du quartier d'al-Sinaa, à l'est de la ville de Deir Ez-Zor (1), l'organisation terroriste EI repasse à l'offensive dans la wilayat d'al-Khayr : les objectifs se situent cette fois au nord-ouest de la ville.

Du 17 janvier au 20 janvier 2016, trois vidéos seront diffusées par l'agence a3maq, ainsi que trois séries de photographies, fournissant l'occasion de revenir sur les prises en matériels, munitions et blindés réalisées par l'EI.

Extrait d'une vidéo d' a3maq diffusée le 17 janvier, montrant un « Guntruck » armé d'un canon S-60 de 57 mm, monté sur le châssis d'un camion Daewoo. En encadré, le même véhicule, localisé au même endroit, mais utilisé par le général Issam Zahreddine, commandant les troupes du Régime à Deir Ez-Zor (photo diffusée en octobre 2015).





La première vidéo est diffusée le 17 janvier 2016 par a3maq, suivie par une série de photographies, le tout concernant visiblement la prise des faubourgs d' Al-Bughayliyah, l'université Al-Jazerra étant visible en arrière-plan, sur certaines prises de vue : il est notable que l'EI utilise, en appui de l'attaque, un « Guntruck » composé d'un canon S-60 de 57 mm monté le châssis d'un camion-benne Daewoo, capturé au préalable sur les troupes du Régime, et utilisé depuis la même position de tir.

Une mitrailleuse lourde KPV de 14,5 mm, et un canon bitube ZU-23 de 23 mm, utilisés en protection des abords du fleuve Euphrate, constituent, concernant les faubourgs d' Al-Bughayliyah, l'essentiel des armements saisi par l'EI : le reste étant constitué d'armes légères : 6 fusils d'assaut AK-47, dont 5 AKM à crosse repliable, une mitrailleuse légère PK, un fusil d'assaut SIG-540. Un blindé BMP-1 est également visible dans la série de photographies, visiblement utilisé sur une position embossée.

La deuxième série de photographies est diffusée le 18 janvier 2016, et est supposée illustrer la prise du camp de l'al-Saiqa, de la station radio, et du bataillon de missiles : cette série de photographies ne correspond pas à ce qui est annoncé par les services de propagande de l'EI : en réalité, seules des photos de l'assaut sur la station de radio étant visibles, ainsi que diverses prises, difficilement localisables, mais probablement réalisées soit dans le camp de l'al-Saiqa, soit au sein des divers check-points de l'armée syrienne et de ses milices supplétives, situés entre ce même camp et l'ancienne caserne du Corps des chameliers et supposés protéger la porte d'entrée ouest de Deir Ez-Zor.

Plusieurs blindés et véhicules sont visibles sur cette série de photographies : un char de combat T-55AMV, visiblement utilisé en position statique, deux blindés BREM-2, véhicules de dépannage réalisés sur le châssis du BMP-1, un blindé BMP-1, et un camion-cargo Tatra T815. Le reste des prises concernent divers armements légers et équipements individuels abandonnés par les soldats du Régime : plusieurs fusils d'assaut AKM à crosse repliable, une mitrailleuse légère PK, diverses caisses de munitions de différents calibres, ainsi que deux roquettes PG-29V, la munition du lance-roquettes antichar RPG-29. Une mitrailleuse lourde KPV, située également sur les abords du fleuve Euphrate, complète les prises réalisées par l'organisation terroriste.


Photographies extraites d'un reportage diffusé le 18 janvier, et probablement prises soit dans le camp de l'al-Saiqa, soit à proximité : de gauche à droite, et de haut en bas : un char de combat T-55AMV, un blindé BMP-1, deux BREM-2, et un camion-cargo Tatra T815.


Le 19 janvier, l'agence a3maq diffuse une seconde vidéo, illustrant entre autres la prise des bâtiments de la station radio : dès l'entrée, six fusils d'assaut AKM et un vénérable fusil Lee-Enfield, toujours utilisé dans le conflit syrien comme fusil de précision, attendent sagement l'arrivée des nouveaux propriétaires. La visite se poursuit dans le hall, où sont abandonnés deux caisses de munitions pour AK-47/AKM, et deux caisses de grenades RGD-5, ainsi qu'une septième AKM. Après une brève vision de la porte d'entrée ouest de Deir Ez-Zor, la vidéo se poursuit par le passage des anciens checks-points entre le camp de l'al-Saiqa et l'ancienne caserne du Corps des chameliers, puis se termine dans un des bunkers de l'entrepôt de stockage d'armes et de munitions d'Ayash : sont visibles, entre autres, plusieurs dizaines de caisses contenant des fusées d'artillerie, et plusieurs centaines de caisses de munitions pour AK-47/AKM.

Différentes photographies, et un extrait vidéo, diffusés les 18, 19 et 20 janvier, montrant différentes prises réalisées dans le secteur du transmetteur radio : une mitrailleuse KPV de 14,5 mm, différentes armes légères, dont des AKMs et un antique Lee Enfield, des caisses de grenades RGD-5. La dernière photographie illustre la collecte de ces armes, dont une mitrailleuse DS-39.

Le 20 janvier, a3maq met en ligne la plus longue vidéo concernant les résultats de l'offensive de l'EI. Plusieurs secteurs de Deir Ez-Zor sont filmés : le cameraman revient longuement sur la station radio, filmant également « l'installation de production » située directement à l'ouest de la station radio : toutefois, aucune nouvelle prise de guerre n'est visible : la mitrailleuse lourde KPV positionnée sur la terrasse d'un bâtiment aux abords du fleuve ayant déjà été photographiée le 18 janvier : quelques munitions de 14,5 mm ont été abandonnées sur place, une dizaine de caisses de munitions de 7,62, ainsi qu'une roquette PG-2 pour le lance-roquettes RPG-2. Un troisième BMP-1 est ensuite filmé, avant que la vidéo d'a3maq ne s'attarde ensuite sur la tour de télévision, la position la plus au nord tombée aux mains de l'EI. Le tour des positions prises sur le Régime syrien se poursuit avec les checks-points entre le camp de l'al-Saiqa et l'ancienne caserne du Corps des chameliers, qui sont à nouveau filmés, avant que le cameran ne pénètre dans la caserne, où un quatrième BMP-1 a été abandonné sur place. Quelques briques réactives Kontakt-1 ont été ajoutées en protection de la tourelle du blindé.

La suite de la vidéo concerne le bataillon de missiles : il est notable que les propagandistes de l'EI eux-même parlent de « l'ancien bataillon de missiles » : et pour cause : l'endroit est bien plus un « musée militaire » qu'une prise de taille pour l'organisation terroriste : théoriquement ce « bataillon » abrite une batterie composées de lance-missiles sol-air SA-6, répertorié par l'OTAN sous le nom de « Gainful ». Le lance-missiles SA-6 a été vu pour la première fois à Moscou en... 1967. Capturé en grand nombre sur l'armée égyptienne en 1973 par l'armée israélienne, le système est désormais largement dépassé, et dans le cas hypothétique où l'EI parviendrait à remettre un de ces systèmes en état, les contre-mesures sont connues et au point depuis plus de 40 ans.

Pour revenir à Deir Ez-Zor, ce bataillon était rattaché à la 113ème Brigade de Défense aérienne, dont les casernements principaux, abritant notamment la logistique de l'unité, étaient tombés aux mains de la rébellion syrienne en février 2013.

Dans le même temps, une nouvelle série de photographies est publiées par l'EI le 20 janvier, permettant un meilleur aperçu des véhicules abandonnés sur place (une photographie publiée par les activistes syriens de Deir Ez-Zor en février 2013 semble révéler que certains matériels n'ont pas bougé de leur stationnement depuis cette date). Sont présents sur le site :

  • 2 véhicules de transport/transbordement 2T7/2T7M sur châssis ZIL-131.
  • 2 véhicules de transport et de lancement 2P25 sur châssis GM-578.
  • 1 ZIL-131, version atelier.
  • 2 ZIL-131, version cargo.
  • 2 URAL-375D, version cargo.
  • 1 GAZ-66 Cargo.
  • 1 camionnette GAZ Sobol.

Différentes photographies, et extraits vidéos, diffusés le 20 janvier, illustrant les différents matériels abandonnés au sein du « bataillon de missiles » : une automitrailleuse BRDM-2, un véhicule radar de détection et de conduite de tir 1S91, un véhicule de transport et de lancement 2P25, un deuxième 2P25, stationné au côté de différent camion, dont un 2T7/2T7M sur châssis ZIL-131. Le tout est hors d'usage, à l'abandon depuis longtemps.


Également abandonné sur le place, et hors d'état de marche, le véhicule radar de détection et de conduite de tir 1S91, nom de code OTAN « Straight Flash », sur châssis GM-578. Une automitrailleuse BRDM-2 (obr.73), embossée non loin de l'entrée du bataillon de missiles depuis plusieurs mois est également hors-service, la tourelle bloquée, et dont même la mitrailleuse KPVT semble avoir souffert et être hors d'état de nuire. Relativement impressionnant sur le papier, aucun de ces véhicules n'est dans l'immédiat réutilisable : seul un camion cargo GAZ-3308, armé d'un canon bitube de 23 mm, et portant les marquages de la 17ème Division, abandonné non loin du bataillon, sera utilisé quelque temps plus tard au combat par l'EI.

« Guntruck » armés d'un bitube ZU-23-2, sur châssis GAZ-3308, portant le marquage de la 17ème Division, et abandonné non loin du « bataillon de missiles » : le véhicule sera utilisé quelques jours plus tard, participant au pilonnage des positions du Régime à l'ouest de Deir Ez-Zor (encadré, reportage diffusé le 31 janvier).


La vidéo d' a3maq se poursuit par la traversée du camp de l'al-Saiqa, puis une séquence est filmée au somment des bâtiments de la tour de télévision, avant de se terminer au niveau de la porte d'entrée ouest de Deir Ez-Zor.

Hormis les divers véhicules hors d'état abandonnés au sein du bataillon de missiles, la série de photographies diffusées le 20 janvier montre la collecte des diverses armes et munitions sur les différents sites passés sous contrôle de l'organisation terroriste à Deir Ez-Zor : les photos prisent dans les dépôts d’Ayach montrent plus de 290 caisses de munitions contenant chacune deux obus de 122 mm, utilisables par l'obusier D-30, et le canon automoteur 2S1 Gvozdika, ainsi que des obus de mortiers de 120 mm. D'autres vues non localisées montrent des munitions pour le lance-roquette antichar M57, des grenades RGD-05, et un missile antichar 9M113M, destiné au lance-missile Konkurs.


Photographies extraites d'un reportage diffusé le 20 janvier : les clichés du bas montrent des roquettes antichars M57, ainsi qu'un missile antichar  9M113M.

Chars de combat et véhicules blindés.


Type Nombre
Char de combat T-55AMV 1
Blindé BMP-1 4
Blindé BREM-2 2
Automitrailleuse BRDM-2 1 Probablement HS

Armes lourdes


Canon bitube ZU-23-2 2 Dont un monté sur GAZ-3308
Mitrailleuse KPV de 14,5 2
Mitrailleuse SGM de 7,62 1

Armes diverses et munitions


Mitrailleuse légère PK/PKM 2
Fusil d'assaut AK-47/AKM Une douzaine Différents modèles
Fusil Lee Enfield 1 Utilisé pour le tir de précision
Fusil d'assaut Sig-540 1
Grenade RGD-5 Plusieurs dizaines
Roquette PG-2 1 (au moins) Munition pour le RPG-2
Roquette PG-29V 2 (au moins) Munition pour le RPG-29
Roquette M-57 Plusieurs dizaines Munition pour le M57
Missile antichar  9M113M 1 (au moins) Munition pour le Konkurs
Obus de mortier de 120 mm 2 (au moins) Probablement plrs 10e de caisses
Obus de 122 mm Plusieurs centaines de caisses (2obus par caisse) Pour l'obusier D-30 et 2S1
Munition de 7,62 mm Plusieurs centaines de caisses Pour AK-47/AKM/RPK, etc

Nota : ce listing n'est qu'indicatif : pour les véhicules blindés et autres, il est impossible de savoir avec certitude quel est leur état réel. À ce jour, seul le GAZ-3308 armé d'un bitube ZU-23-2 a été indéniablement réutilisé au combat par l'EI.

Concernant les dépôts d'Ayash, seuls deux bâtiments avoir été filmés ou photographiés : le nombre et les différents types de munitions et d'armement saisis par l'organisation terroriste sont certainement d'une plus grande ampleur.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire