mardi 2 février 2016

Djihad au pays de Cham 6/Les Portugais

Le Portugal, qui n'est pas une cible de premier plan du terrorisme islamiste, a cependant renforcé ses mesures de sécurité après les attentats du 11 septembre 2001 et surtout après ceux de Madrid en mars 2004. Néanmoins, sa proximité avec l'Espagne et l'idée du djihad global en font une cible pour d'éventuelles attaques. La communauté musulmane portugaise a une présence ancienne : celle installée au Moyen Age fut expulsée par le roi Manuel Ier en 1496-1497. Aujourd'hui, elle comprendrait 40 à 50 000 personnes ce qui est peu (0,35% de la population). Entre 50 et 70°% d'entre elles sont des citoyens portugais. L'essentiel de cette population est venue au Portugal après 1974 et le processus de décolonisation, notamment de Guinée-Bissau, et s'est surtout installée à Lisbonne. Après l'adhésion à ce qui devient l'Union Européenne, des Marocains, Tunisiens, Algériens, Bengalis et Pakistanais rejoignent ces premiers arrivants, de même que des Sénégalais. De nombreux migrants sont naturalisés entre 1992 et 1997. La communauté musulmane portugaise, qui comprend beaucoup d'hommes jeunes, est donc très diverse, et s'est répandue progressivement dans tout le pays et pas seulement qu'à Lisbonne. Certains arrivants du Maghreb et du Pakistan ont pu créer des noyaux d'islam radical au-delà de la Communauté Musulmane de Lisbonne, organisme sunnite qui encadre les musulmans portugais. C'est le cas de Jamaat Islami et Tablighi Jamaat, le second mouvement utilisant le Portugal comme plate-forme de communication en portugais vers les pays d'Afrique subsaharienne et le Brésil. Deux membres d'une cellule terroriste démantelée à Barcelone en 2008 et un participant des attentats de Madrid en 2004 avaient suivi les prêches de ce mouvement portugais. Les autorités portugaises craignent l'influence de militants formés au Pakistan. L'imam de la mosquée centrale de Lisbonne avait fait part aux autorités d'une tentative de recrutement par une cellule qui n'a pas rencontré de succès, en raison de la bonne intégration des musulmans portugais1.



Depuis 2004, les services de renseignement intérieurs portugais pointent les efforts de recrutement et de radicalisation de musulmans locaux. L'année précédente, une cellule de Nord-Africains construite pour des fins logistiques avait été démantelée. 13 Algériens sont arrêtés dont Sofiane Liab, accusé de fabriquer de faux passeports et de fausses cartes d'identité et de crédit. Liab, qui a vécu à Hambourg, était proche de Mohamed Atta, l'un des terroristes du 11 septembre, et d'un de ses compagnons, le Tunisien Ben Yamin Issak, qu'il a continué de fréquenter à Lisbonne. En septembre 2002, les deux comparses tentent d'embarquer dans un avion à Lisbonne avec un faux passeport français. Liab y est arrêté. Issak est quant à lui appréhendé à l'aéroport de Liverpool en juillet 2003 et impliqué dans un projet d'attentat utilisant un poison, la ricine. Le groupe d'Algériens dont faisait partie Liab s'était installé au Portugal après les attentats du 11 septembre : certains avaient un passif criminel dans le trafic de drogue ou la contrefaçon de documents. Un rapport de 2007 indique que des membres du groupe de Hambourg des attentats du 11 septembre ont transité par le Portugal. En juin 2004, plusieurs Marocains sont arrêtés sur suspicion de planification d'un attentat à Oporto, contre la famille royale néerlandaise, alors même que le Portugal accueille la coupe de l'UEFA. L'un des Marocains, Nouriddin El Fatmi, a vécu à Amsterdam dans le même appartement que le futur assassin de Theo van Gogh. En 2006, plusieurs Néerlandais originaires du Cap Vert sont arrêtés à Amadora, dans la banlieue de Lisbonne : le chef du groupe, un islamiste radical faisant partie du groupe Hoftsadt, est passé par un camp d'entraînement au Yémen. En novembre 2006, l'Algérien Samir Boussaha est arrêté sous l'accusasion de recrutement pour une organisation toujours dans la ville d'Oporto, où il avait eu des contacts avec le groupe arrêté en 2004. Il recrutait en direction de l'Irak et de l'Afghanistan. Les services de renseignement portugais pointent aussi des oeuvres de charité qui semblent financer en réalité le terrorisme, notamment dans le sub-continent indien. Un autre problème est celui des mariages de convenance destinés à fournir à des immigrants musulmans des papiers en règle dans l'espace Schengen. En 2008, plus d'un millier de cas ont été recensés, principalement entre des Pakistanais et des Portugaises de basse extraction sociale, payées pour ce mariage arrangé. Un réseau organisé pour ce faire existe en Angleterre. Au moment du démantèlement d'une cellule basée à Barcelone en 2008, le Portugal arrête deux individus suspectés d'être liés à ce groupe2.

Les premiers départs de Portugais pour le djihad syrien remontent à 2012 mais le phénomène ne trouve un écho dans la presse lusitanienne qu'à partir de 2014. En janvier 2013, un Portugais est arrêté par les autorités britanniques avec 3 autres personnes, à l'aéroport de Gatwick, alors qu'il se préparait à partir pour la Syrie3.

En avril 2014, une vidéo d'un groupe affilié à l'EIIL montre Abu Isa Andaluzi qui est identifié comme Celso Rodrigues Da Costa, un Portugais né à Lisbonne d'une famille originaire de Guinée-Bissau, ayant rejoint le Royaume-Uni et qui vivait à Leyton, dans la banlieue est de Londres. La vidéo le présente comme un ancien joueur du club de football d'Arsenal, ce qui semble très exagéré. Une douzaine de Portugais recruterait des candidats de leur pays d'origine sur place4. Cette cellule a probablement eu des contacts avec des groupes britanniques radicaux comme Sharia4UK ou al-Muhajirun5. Sur les 5 Portugais partis qui ont été identifiés, l'un (Edgar) a converti son frère (Celso) et ses 3 amis. Edgar, 31 ans, est le premier à être parti en 2012-2013. Il communique pour la propagande de l'EI sur les réseaux sociaux et dirigait en avril 2014 un groupe de djihadistes portugais à Alep sous les ordres d'Omar Shishani. Fabio, 22 ans, l'a rejoint en octobre 2013. Il est passé par Raqqa et a filmé une vidéo lors de la chute de Mossoul en juin 2014. Patricio est le plus traqué par les services de sécurité : il a rejoint la Syrie en octobre 2012 et aurait fourni un support logistique à l'attaque des Shebaab en Tanzanie en 2014. Il joue un certain rôle au sein de l'EI. Sandro, le dernier du groupe de Leyton à être parti en janvier 2014, est mort devant Kobane fin octobre. En mai 2014, l'EIIL honore la mémoire de Abu Osama Al-Faransi, José Parente, un Français d'origine portugaise qui jette son véhicule kamikaze sur une caserne de l'armée irakienne à l'est de Badgad6. En juillet 2014, la police portugaise arrête un homme, formé dans un camp d'entraînement en Syrie, qui cherchait à monter sur le train d'atterrissage d'un avion partant pour l'Angola depuis l'aéroport de Lisbonne7. En septembre 2014, on estime qu'une douzaine de Portugais, 10 hommes et 2 femmes âgés de moins de 30 ans, combattent avec l'Etat Islamique. Les premiers départs auraient commencé en 2012. Angela, devenue Umm, est né dans la campagne d'Alentejo dans une famille catholique8. Elle a rejoint l'EI en août et a épousé Fabio, le Portugais de Leyton devenu Abdu, qui combat sur place depuis 2013. Elle a simplement échangé sur Facebook avec lui : partie le 9 août, elle se marie le lendemain. Mikael Batista, 23 ans, a rejoint la Syrie en août 2013. Il a la double nationalité française et portugaise et a été élevé à Vila Real. Très actif sur les réseaux sociaux, il est proche de Mickaël dos Santos, un autre Franco-portugais parti en février 2013. La mère d'un autre Portugais parti rejoindre l'EI a tenté de le ramener, sans succès. Steve Duarte, du Luxembourg, rappeur originaire de Figueira da Foz, a également rejoint l'EI et participe à sa propagande.



La mosquée où se rendait la cellule de Leyton.
Fabio, en tenue de footballeur en Angleterre...

Puis en Syrie.

Avec une AK-47.

Derrière une DSHK sur technical.

Patricio.

Avec un Dragunov.

Mikael Batista.

Mickaël dos Santos à gauche.

Steve Duarte



Batista filme les frappes aériennes sur Raqqa.

Mickaël dos Santos serait présent lors de la scène d'exécution de l'Américain Peter Kassig et de 16 soldats du régime syrien.

Celsio, Fabio et à droite une autre recrue célèbre de l'EI, l'ancien rappeur allemand Deso Dogg.
Angela, devenue Umm, la femme de Fabio.


Mikael Batista est lui-même tué en janvier 2015 devant Kobane. La cellule de Leyton aurait aidé des candidats britanniques au djihad à transiter par le Portugal, dans la banlieue de Lisbonne, à Massamá, Monte Abraão et Mem-Martins (avec 3 safe houses), pour prendre des vols vers Istanbul, entre la fin 2012 et la mi-2013. Celso et Edgar Costa, Fábio Poças, Nero Saraiva and Sandro Monteiro auraient ainsi fait passer au moins 10 personnes. La cellule aurait eu des contacts possibles avec "Jihadi John", le fameux bourreau de l'EI récemment tué. Les services de sécurité portugais expliquent que les djihadistes ne posent pas une menace pour l'instant au Portugal, car la plupart ont des fonctions importantes au sein de l'EI et ne cherchent pas à revenir au pays. Les candidats seraient davantage intéressés désormais par les salaires alléchants de l'EI plutôt que par des motifs religieux9. En mars 2015, Abu Juwairiya al-Portughali conduit une attaque suicide pour l'EI : ce serait le 4ème Portugais à mourir sur le champ de bataille syro-irakien10. En octobre, un Portugais est arrêté lors d'une opération anti-terroriste en Espagne et au Maroc. Il aurait eu des contacts avec l'assaillant du Thalys11.

 
Mikael Batista.
 
Mickaël dos Santos


1Maria do Céu Pinto (2012) An evaluation of the jihadist threat in Portugal, Journal of Policing, Intelligence and Counter Terrorism, 7:2, 115-133
2Maria do Céu Pinto (2012) An evaluation of the jihadist threat in Portugal, Journal of Policing, Intelligence and Counter Terrorism, 7:2, 115-133
3http://portugalresident.com/portuguese-arrested-in-uk-for-alleged-terrorist-activity
4http://www.gatestoneinstitute.org/4697/portugal-jihadists
5http://multimedia.expresso.pt/jihad/EN/killing-and-dying/
6http://cjlab.memri.org/lab-projects/hashtag-jihad-charting-jihadi-terrorist-organizations-use-of-twitter/isis-twitter-account-commemorates-french-suicide-bomber-in-iraq/
7http://www.haaretz.com/middle-east-news/1.603364
8http://www.gatestoneinstitute.org/4697/portugal-jihadists
9http://expresso.sapo.pt/sociedade/portuguese-cell-helped-british-jihadists-to-fly-to-syria-via-lisbon=f908874
10http://portugalresident.com/portuguese-jihadist-reported-dead-in-syria
11http://theportugalnews.com/news/alleged-portuguese-jihadist-detained/36185

2 commentaires:

  1. "La communauté musulmane portugaise a une présence ancienne qui remonte au Moyen Age". La minorité musulmane du Moyen Age fut chassée du Portugal par ordre du Roi Manuel I en 1496-1497. La communauté musulmane du Portugal moderne a des racines beaucoup plus récentes.

    RépondreSupprimer