dimanche 6 décembre 2015

Un exemple de milice chiite irakienne combattant en Irak et en Syrie. Les forces Abou al-Fadl al-Abbas

Il y a quelques semaines, je commentais une vidéo du groupe Etat Islamique montrant un raid au nord de Bagdad1. Les djihadistes combattaient dans cette vidéo une milice chiite irakienne, qui se bat également en Syrie : les Forces Abou al-Fadl al-Abbas. Voici une présentation succincte de cette milice chiite irakienne parmi les douzaines qui existent désormais dans le pays, et qui sont d'ailleurs loin de former un ensemble homogène.


Un historique rapide de la milice


Les forces Abou al-Fadl al-Abbas est une milice chiite irakienne liée au Sheikh Aws al-Khafaji, qui a fait partie du bureau de Muqtada al-Sadr. Ce dernier s'est rendu plusieurs fois en Syrie pour visiter les combattants irakiens soutenant le régime syrien2. Le nom de la milice et ses emblèmes la rapprochent d'ailleurs de Liwa Abou al-Fadl al-Abbas, la milice chiite irakienne historiquement parmi les plus anciennes s'étant créées pour soutenir le régime syrien (automne 2012). Le groupe s'inscrit ainsi dans ce djihad chiite qui a recruté jusqu'à l'Afghanistan et au Pakistan pour défendre le régime syrien. Ces milices, originellement cantonnées dans le secteur de Damas autour du sanctuaire chiite de Sayida Zaynab, sont rejointes dès l'automne 2013 par d'autres qui sont engagées sur d'autres fronts aux côtés du régime, comme à Alep. Si les premières milices se revendiquaient plutôt de Muqtada al-Sadr (qui n'a pourtant pas cautionné le départ de combattants chiites en Syrie), les milices apparues à l'automne 2013 et qui interviennent sur d'autres fronts ont des liens étroits avec l'Iran. C'est cependant la chute de Mossoul en juin 2014 qui conduit à l'émergence de la “Hashd Sha’abi” (Mobilisation Populaire) et à la fatwa de l'Ayatollah Sistani revendiquée par nombre de nouvelles milices chiites nées à ce moment-là comme moteur de leur création. Les milices issues de Liwa Abu al-Fadl al-Abbas présentent la particularité de se chevaucher et de considérer les opérations en Syrie et en Irak comme un champ de bataille unique. Al-Khafaji a d'abord créé sa milice en Irak mais elle est intervenue récemment en Syrie. Ces milices chiites fournissent une infanterie très demandée par le régime syrien à court d'hommes ; leur efficacité sur le terrain est plus mitigée. Les milices chiites proches de l'Iran, qui semblent les plus impliquées sur le front et les plus couronnées de succès, ont aidé à nettoyé les villes des provinces de Diyala et de Babil de la présence de l'EI. La chute de Ramadi en mai 2015 ou les très longs combats pour reprendre Baiji qui durent jusqu'en octobre montrent en revanche les limites de leur action, tout comme en Syrie3.




Propagande


La milice dispose d'une page Facebook4 et d'une chaîne Youtube5. Les images mises en ligne sur la page Facebook renvoient à quelques thèmes classiques pour les milices chiites irakiennes. Le sheikh al-Khafaji apparaît sur beaucoup de posters, à côté des symboles de la milice, en tenue de sheikh ou en uniforme militaire. On le voit parfois sur des montages à côté de combattants, comme celui du 8 novembre 2015 où figurent des hommes en tenue de forces spéciales avec en fond 2 panthères noires. Autre thème classique, la visite aux blessés, comme le montre une photo du 4 novembre. Comme toutes les autres milices chiites, les forces Abou al-Fadl al-Abbas honorent pieusement leurs morts, comme le montre une cérémonie funéraire le 2 novembre. Les cercueils portent à la fois le drapeau iraken et l'emblème de la milice. Les « martyrs » de la milice ont comme de coutume droit à leur poster, ainsi ce combattant le 29 octobre. Les cadres tués au combat ont droit à davantage de publicité que les simples combattants. Les symboles chiites sont également mobilisés : une affiche du 13 septembre présente Abbas, le demi-frère de Hussein, tombé à la bataille de Kerbala comme lui, qui donne d'ailleurs son nom à la milice, avec la tenue verte, les deux plumes blanches sur sa coiffe, et d'autres symboles associés au logo de la milice. Le logo du groupe est d'ailleurs aussi mis en avant : on le voit en gros plan sur la manche d'un combattant le 25 août, associé à une écharpe représentant Mohammad Sadeq al-Sadr, le père de Muqtada al-Sadr. Des combattants se tiennent lors d'une assemblée devant un immense drapeau renvoyant d'ailleurs aux symboles du Hezbollah. Al-Khafaji s'exprime d'ailleurs le 24 août devant un portrait de  Mohammad Sadeq al-Sadr. On voit d'ailleurs des miliciens coller des drapeaux et affiches de l'organisation dans les rues le 16 août. Mohammad Sadeq al-Sadrapparaît parfois seul sur les posters de la milice, avec le logo de celle-ci, comme sur cette image du 15 août, avec la carte de l'Irak aux couleurs nationales. Un poster du 12 août montre Abbas surplombant les logos de nombreuses milices chiites irakiennes : outre les forces Abou al-Fadl al-Abbas, on reconnaît par exemple Kataib Imam al-Ali ou Saraya al-Khorasani. Les images purement militaires, sur les opérations de la milice, sont rares ; on voit surtout des défilés comme le 11 juin, avec des miliciens en armes. Al-Khafaji est parfois lui-même représenté en armes sur les posters, comme le 24 mai où deux photos juxtaposées dans un montage le montrent tenant à gauche une mitrailleuse DSHK de 12,7 mm et à droite une mitrailleuse PK de 7,62 mm. Un poster du 5 janvier montre un détournement de la célèbre photo d'Iwo Jima, où le drapeau américain est remplacé par le drapeau irakien, avec 2 hélicoptères Mi-35 au-dessus et le logo de la milice à gauche.

Le sheikh al-Khafaji, chef des Forces Abou al-Fadl al-Abbas, au centre, avec le turban blanc.

Enterrement d'un cadre. Outre le drapeau irakien et les posters des "martyrs", on remarque l'emblème de la milice sur les cercueils.


Défilé funéraire pour un cadre de la milice.


Visite d'al-Khafaji aux blessés.




Poster de propagande : à gauche, al-Khafaji et le logo de la milice, au centre les combattants en tenue de policier avec ds panthères noires en fond.



Visite d'al-Khafaji à ses troupes.

Poster d'un "martyr".


Un cadre décédé (au centre) de la milice.



Sur ce poster, on reconnaît à gauche Abbas, fils d'Ali et demi-frère d'Hussein, mort à Kerbala et considéré comme un héros guerrier par les chiites.


Abbas veille sur les milices chiites irakiennes : Saraya al-Khorasanie (deuxième en partant d'en bas à droite vers le haut), Kataib Hezbollah (deuxième ligne, deuxième en parant de la gauche), Kataib al-Imam Ali (troisième ligne, troisième en partant de la gauche), etc.


Un poster présentant le père de Muqtada al-Sadr,,  Mohammad Sadeq al-Sadr,  le logo du groupe et la carte de l'Irak aux couleurs nationales.



Collage d'affiches.


Mohammad Sadeq al-Sadr apparaît aussi sur les écharpes. On note l'insigne de manche.
 

Des hommes en armes de la milice, avec M-16 et AK-47.
 


Al-Khafaji manipule une DSHK (à gauche) et une PK à droite.
Détournement de la levée du drapeau américain à Iwo Jima (ici aux couleurs irakiennes), logo de la milice, 2 Mi-35 réunis sur ce poster.

La chaîne Youtube participe largement à l'effort de propagande du groupe. Outre les discours à la télévision irakienne de al-Khafaji, on trouve également de nombreuses vidéos sur les cérémonies funéraires pour les « martyrs » ou des hommages à ces derniers, comme le cadre Mohsen Bahrani, récemment tué. On peut voir aussi des adresses d'al-Khafaji à sa troupe, comme dans cette vidéo du 12 novembre dernier. Ce dernier fait également des discours lors de réunions. Le 26 juillet, il parle également à des hommes de sa milice qui partent se battre dans la province d'al-Anbar. La milice a également son chanteur attitré, que l'on peut voir sur plusieurs vidéos mises en ligne en juin.


Vidéo honorant ce cadre de la milice tué au combat.


Dsicours d'al-Khafaji à la troupe.




Le chanteur de la milice, sans ses oeuvres, un M-16 à la main.


Opérations militaires


La milice ne communique finalement qu'assez peu sur ses opérations militaires. Les vidéos de la milice montrent des hommes équipés d'AK-47, de mitrailleuses PK et de lance-roquettes RPG-7. Le groupe dispose aussi d'équipements fournis ou « prêtés » par l'armée irakienne comme un canon de 155 mmn, et il est pourvu d'au moins un véhicule léger iranien Safir avec un LRM Type 63.

Le combattant à gauche porte une AK-47, à droite une mitrailleuse PK.




Un Safir iranien avec LRM Type 63.


Une opération menée en Irak dont la vidéo a été mise en ligne le 4 octobre montre plusieurs dizaines d'hommes impliqués dans le nettoyage de bâtiments occupés par l'EI. Le groupe dispose de mitrailleuses PK, d'au moins un RPG-7 et d'un tireur d'élite avec SVD Dragunov. Les combattants portent parfois des uniformes, dont ceux de la police irakienne, ainsi le reporter qui combat lui-même AK-47 à la main. Les armes individuelles sont des AK ou des M-16 avec lunettes de visée de différents types. Au niveau du matériel plus lourd, la milice emploie un canon sans recul, un mortier, un technical avec un LRM Type 63, un autre avec des tubes Grad, et deux véhicules légers iraniens Safir avec Type 63. L'opération débouche sur la capture de quelques armes et de quelques drapeaux de l'EI, mais aucun corps d'ennemi abattu n'est visible.



Le tireur SVD Dragunov.


M-16 avec lunette de visée.

Drapeaux de l'EI capturés.


Type 63 sur pick-up.


Armes capturées.


Un Safir avec LRM en train de tirer.


Ce pick-up semble avori un LRM avec tubes de Grad à l'arrière.


Une vidéo du 1er août montre les miliciens opérant probablement dans la province d'al-Anbar, puisqu'un panneau indicateur montre la direction de Ramadi. Les combattants se déplacent en pick-up et tiennent des positions défensives aménagées sommairement avec des sacs de sable. Ils ont au moins une arme lourde (KPV?) et un Humvee avec mitrailleuse DSHK de 12,7 mm (de couleur sombre, donc police ou forces spéciales). Une vidéo du 2 juillet met en scène un mortier de 81 mm de la milice qui tire un obus HE.

Humvee sombre avec DSHK en tourelle.


Le 25 mars, la section locale des Forces Abou al-Fadl al-Abbas organise un défilé dans les rues de Nadjaf. Au milieu des drapeaux chiites, le drapeau irakien. Le 20 novembre 2014, la chaîne Youtube de la milice diffuse un reportage de Al-Manar, la station de télévision du Hezbollah, montrant ses hommes en action en Irak.



Défilé à Nadjaf.










Reportage d'al-Manar en novembre 2014. On reconnaît l'insigne de manche de la milice.

Les forces Abou al-Fadl al-Abbas interviennent aussi en Syrie aux côtés du régime. La milice elle-même ne diffuse aucune information à ce sujet, comme beaucoup d'autres. Une vidéo mise en ligne fin novembre a en revanche été tournée par un combattant sur son smartphone, montre plusieurs dizaines d'hommes de la milice dans la Ghouta orientale, à l'est de Damas, accompagnant des véhicules blindés du régime (on reconnaît un automoteur antiaérien ZSU 23/4 et probablement un char T-72, peut-être aussi des BMP). En mai 2015, une vidéo montre al-Khafaji qui visite des blessés de sa milice en Syrie.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire