mercredi 2 décembre 2015

L'Etat Islamique : Le raid sur Mahin-Wilayat Dimashq

Merci à Mathieu Morant et https://twitter.com/green_lemonnn

Fin novembre 2015, l'Etat Islamique met en ligne la vidéo présentant la capture de la ville de Mahin, à l'ouest d'al-Qaryatayn, elle-même tombée début août 2015. Le groupe s'était emparé de la localité de Mahin le 31 octobre 2015, après un raid nocturne visiblement assez rapidement couronné de succès (il faut dire aussi que la place n'était pas probablement pas beaucoup défendue par le régime syrien : d'ailleurs une milice pro-régime, le Parti National-Socialiste Syrien, y tenait garnison puisque 2 de ses membres ont été tués dans l'assaut initial). Mahin est située à un peu plus de 15 km à l'ouest d'al-Qaryatayn. La localité n'est qu'à 26 km de l'autoroute M5, artère de communication vitale pour le régime entre la capitale, Damas, et ses positions plus au nord (Homs, Hama, la bande côtière et jusqu'à Alep). A mi-chemin se trouve la petite ville de Sadad qui abrite une communauté chrétienne assyrienne. Surtout, de l'autre côté de l'autoroute, dans la partie orientale du massif du Qalamoun, l'Etat Islamique dispose de forces avec lesquelles il pourrait faire la jonction pour couper cette voie de communication.





On comprend ainsi pourquoi le régime syrien a engagé des moyens particulièrement importants pour reprendre Mahin à l'Etat Islamique dès la mi-novembre. Outre la contribution de nombreuses milices pro-régime (outre le Parti National-Socialiste Syrien, qui a donc perdu 2 hommes dans l'assaut initial de l'EI sur Mahin, les Forces Nationales de Défense sont également présentes de même que les forces Sutoro, milice chrétienne assyrienne) et l'appui russe, le régime engage toute une série de matériels lourds fraîchement livrés. Une vidéo de Russia Today diffusée le 4 novembre et localisée près de la ville de Sadad montre l'intervention directe de 2 hélicoptères de combat Mi-24 Hind, indubitablement Russes : déjà vus lors de l'offensive du régime lancée au nord d'Hama le 7 octobre, et absent des arsenaux syriens jusqu'à présent, sont également engagés des lance-roquettes multiples BM-21-1 montés sur châssis Ural-4320. Dans une autre vidéo diffusée par Al Mayadeen Tv le 5 novembre, on remarque la présence sur le front de Mahin d'au moins 3 de ces lanceurs BM-21-1, soit les effectifs d'une demi-batterie. Sont également utilisés au moins 3 obusiers D-30 de 122 mm, portant un camouflage inédit, laissant supposer que ces pièces d'artillerie ont été fraîchement livrées. Globalement, ces nouveaux matériels lourds s'inscrivent dans un renforcement des capacités de l'armée syrienne sur le front sud-est de Homs, et dans les environs de Palmyre : hormis les BM-21-1 (au moins 5 exemplaires visibles sur l'ensemble de ce front) et les D-30, dès le 3 novembre, des nouveaux blindés BMP-1 et BMP-2 sont visiblement engagés. Aux côtés des traditionnels T-55, T-62 et T-72M1 évoluent désormais des chars de combat T-72B1, filmés quant à eux dès le 6 novembre aux environs de Palmyre : illustration possible d'une intervention directe russe dans les combats au sol, 3 obusiers 2A65 de 152 mm sont quant à eux filmés le 11 novembre. Le 16 novembre, le régime syrien s'empare de Hadath, au nord de Mahin. Les frappes aériennes sont très fournies pour soutenir la reconquête au sol, à l'image de l'intervention régulière des Mi-24 russes (intervention visible dès le 2 novembre dans les environs de Palmyre). Le 22 novembre, le régime syrien reprend les hauteurs au sud-est de Mahin dominant l'immense dépôt de l'armée syrienne qui avait été également capturé par le groupe au début du mois. Le régime semble reprendre la stratégie de l'encerclement en débordant la place par le nord et par le sud pour forcer l'EI à s'en retirer. Mahin est finalement reconquise par le régime le 23 novembre : Parmi les chars qui entrent dans la ville, aux côtés de plusieurs chars T-62, on notera la présence d'au moins un char de combat T-72B1.


Ci-dessus, poster des 2 miliciens du PNSS tués par le véhicule kamikaze de l'EI à Mahin.









23 novembre 2015 : le régime reprend Mahin et y entre avec un T-72B1 récent...
Reportage du côté régime le 4 novembre : un Grad en action. Montage BM-21-1 sur Ural 3420 qui est apparu seulement en octobre côté régime.

Même reportage : 2 Hinds indubitablement russes ; ceux qui ont appuyé la contre-attaque du régime sur Mahin le 1er novembre sont probablement russes également.


Le régime utilise 3 canons D-30 flambant neufs avec un camouflage inédit.




2 M46 de 130 mm.

T-55 du régime syrien.


La vidéo de l'Etat Islamique commence par une scène bestiale qui correspond à un moment ultérieur de la vidéo : un combattant s'apprête à trancher la tête d'un cadavre d'un combattant du régime. Puis vient le titre : le raid sur Mahin.

Mahin, à l'ouest d'al-Qaryatayn, est à moins de 30 km de l'autoroute M5. Au sud de la localité se trouve des dépôts de l'armée syrienne que les rebelles avaient déjà pris en novembre 2013 avant d'en être chassés.


L'attaque a lieu de nuit. On distingue un convoi de plusieurs véhicules, donc un technical avec KPV de 14,5 mm vraisemblablement, se dirigeant vers l'objectif. A l'arrière d'un camion bâché se tient une escouade : un homme chante un nasheed. Les combattants de l'Etat Islamique attaquent par le nord de la localité où se trouve un checkpoint du régime. Pour ouvrir la voie, le groupe emploie un véhicule kamikaze piloté par Abou Nasir ash-Shami, un Syrien donc. Celui-ci fait fait exploser un camion converti en véhicule suicide.



Convoi en route.

Dans un des véhicules.

Le kamikaze Abou Nasir Ash-Shami.


Son véhicule.


L'explosion.



L'EI passe alors à l'attaque. Le pilonnage est effectué par plusieurs pièces dont un lance-roquettes multiple monté sur pick-up qui est probablement celui qu'on revoit à la fin de la vidéo, avec un montage de Grad et de Type 63. Il y a également au moins un technical avec KPV de 14,5 mm, sans doute plusieurs, et une pièce lourde (canon ou char) indéterminée car toute la scène se passe de nuit et est donc filmée en vision nocturne, ce qui ne facilite pas l'identification. Les combattants de l'EI utilisent leurs armes individuelles : AK-47, au moins un RPG-7 et des grenades. On distingue ce qui semble être un véhicule blindé BMP-1 capturé. Les hommes de l'EI se prosternent. Puis on voit un autre BMP-1 sous abri qui ne semble pas être le même que précédemment, ainsi qu'un premier corps de combattant du régime. Les combattants de l'EI capturent ensuite, selon toute évidence, le char T-62 que l'on voit plus tard dans la vidéo. Ils s'en servent pour s'abriter afin de continuer leur avance. Le char T-62 tire au moins un obus. Les combattants de l'EI fouillent des tentes au milieu des positions du régime qui sont prises (on note d'ailleurs que le régime utilise des tentes UNHCR...). Dans l'une d'elles, un RPG-7 avec plusieurs roquettes. Une fusée éclairante illumine le ciel. En plus de l'habituelle mitrailleuse PK, un des combattants tire avec ce qui semble être une AK-107 avec lunette de visée. Le même tire ensuite avec un lance-grenades qui est probablement celui qu'on voit plus tard de jour. L'EI capture un canon D-30 de 122 mm ainsi que des armes légères (AK-47, etc) ; on voit encore des roquettes de RPG-7. Les portraits de Bachar el-Assad sont lacérés ou mis à bas ; on voit plusieurs corps de combattants du régime, dont l'un a la tête en train d'être tranchée par un homme de l'EI (pour une fois la caméra nous épargne le spectacle...).


LRM sur technical.


KPV de 14,5 mm.




Tir de RPG-7.



BMP-1 de prise, comme cela se confirmera à l'aube.




Autre BMP-1 capturé.

Cadavre de combattant du régime.

T-62 capturé.




Le T-62 tire.



RPG-7 avec ses munitions.

Fusée éclairante.

AK-107 ou autre montage AK avec lunette de visée et rail ?


Mitrailleuse PK.



Canon D-30 de 122 mm de prise.

Roquettes de RPG-7 capturées.



Les portraits de Bachar el-Assad sont lacérés.



A l'aube, on peut voir un technical en train de tracter le D-30 de prise. Les obus du canon dans des caisses sont également récupérés. Il y a également 3 caisses de missiles antichars 9M14 Malyutka (AT-3 Sagger, tout neufs ; peut-être la version iranienne), mais pas de lanceur. Le char capturé est bien un T-62. A l'intérieur d'un bâtiment, un combattant tient un lance-grenades RBG-6, probablement celui qui a été utilisé de nuit. Il aligne les AK-47 de prise le long d'un mur. On voit ensuite 2 BMP-1 capturés ce qui confirme ce qui a été vu de nuit : l'un sous abri et un autre à l'air libre avec des protections improvisées pour la tourelle.

A l'aube, un technical prend en remorque le D-30.


Les obus sont également récupérés.

Le T-62 de prise.

Ce combattant tient un lance-grenades RGB-6 croate.

Le BMP-1 sous abri...

Et l'autre avec blindage additionnel sur la tourelle.

Missiles antichars pour AT-3 Sagger (sans doute la copie iranienne).


A la fin de la vidéo, les armes d'appui entrent de nouveau en action. Il y a le technical avec montage LRM : 4 tubes de 107 mm Type 63 en partie supérieure et 3 tubes de Grad-P en partie inférieure. Il y a également un tube unique de Type 63 sur affût, un mortier et un canon AA S-60 de 57 mm monté sur camion. La cible est un convoi du régime avec plusieurs véhicules blindés venus de Sadad, la ville voisine au nord-ouest : l'action se passe donc entre les deux localités (on distingue Sadad visiblement lors d'une séquence). Un bitube KPV de 14,5 mm sur technical entre aussi en action. Le T-62 pilonne lui aussi un véhicule blindé et une dizaine de fantassins. Plusieurs hommes font de même avec des AK-47 et un RPG-7. Un avion du régime syrien, trop éloigné pour être reconnaissable, est tiré par un technical avec mitrailleuse DShK de 12,7 mm. On voit ensuite une paire d'hélicoptères de combat Mi-24 Hind : ils sont trop loin pour identifier formellement leur nationalité, mais leur tactique, vol à basse altitude, un appareil tirant ses roquettes pendant que l'autre le couvre, désigne à coup sûr des engins russes. La mitrailleuse DShK se déplace pour les prendre à partie. Le ballet des Hinds tirant leurs roquettes recommence avec cette fois 3 appareils. La vidéo se termine sur la vision de 4 cadavres de combattants du régime.

La séquence finale a probablement lieu quelque part entre Mahin et Sadad.

Le LRM sur pick-up : 3 tubes Grad-P en-dessous, 4 tubes Type 63 au-dessus.


Tube de 107 mm Type 63.


Mortier.

Canon S-60 AA de 57 mm sur camion.

On distingue une localité : peut-être Sadad ?


Une colonne blindée du régime est visée.


Bitube KPV de 14,5 mm en action.

Le T-62 de prise ouvre le feu...

... sur un char et une dizaine de fantassins.

Retranchés, les combattants de l'EI tirent avec les AK-47 (on note les roquettes de RPG-7 à gauche).


Tir à la DShK sur un jet du régime.

Les Mi-24 Hinds en action. Vu le mode opératoire, ils sont certainement russes.




Le technical se déplace pour engager les Hinds.

On compte jusqu'à 3 Hinds opérant de concert.



2 commentaires:

  1. Bonjour,

    Cela fait maintenant quelques mois que je suis votre blog et je tenais à vous remercier pour tous ces articles qui sont vraiment très intéressants.

    Cordialement,

    RépondreSupprimer
  2. Merci à vous.
    Quant à moi, il me reste encore à m'améliorer... un exemple : ma non-maîtrise de l'arabe, bien que je me débrouille pour traduire ou pour faire traduire, est un vrai handicap.

    RépondreSupprimer