lundi 16 novembre 2015

L'Etat Islamique : Wilayat al-Halab-Les épées de l'ami

Merci à https://twitter.com/green_lemonnn?lang=fr, https://twitter.com/maps_meast et Mathieu Morant.

Une des dernières vidéos de combat de l'Etat Islamique se situe dans le wilayat al-Halab, autrement dit la province d'Alep et associés dans le découpage de l'organisation. Comme souvent, cette vidéo est un montage élaboré, qui rassemble ici des actions survenues pour la plupart au mois de septembre 2015, au nord et au nord-est d'Alep.

Dans une première séquence, on voit des combattants autour de plusieurs véhicules, dont un camion armé d'un canon antiaérien S-60 de 57 mm. D'autres sont embarqués dans un véhicule blindé BMP-1. Vu le bandeau rouge, il s'agit probablement de documents rebelles capturés (on retrouve le même bandeau plus bas sur un document capturé).



A l'arrière-plan, un camion probablement équipé d'un canon S-60 soviétique de 57 mm.

Dans le BMP-1.



Il y a ensuite un véhicule kamikaze (camion avec blindage improvisé), monté par Abu Muhamad Al Safrani, qui explose « quelque part au nord d'Alep ». Des combattants de l'EI progressent en combat de rues. Puis un deuxième kamikaze, à bord d'un camion avec benne avec blindage improvisé, se fait sauter, semble-t-il, près de al-Harat, au nord-est d'Alep, près de la fameuse zone industrielle de Sheikh Najjar tant disputée entre les rebelles syriens et le régime. Un technical armé d'une pièce de 37 mm AA ouvre le feu. Puis un troisième kamikaze à bord d'un camion blindé se fait lui aussi exploser à Tall Susayn, à 13 km au sud de Mare. Cette localité au nord d'Alep a été le théâtre de violents combats entre l'EI et rebelles syriens en septembre. On peut voir ensuite le butin : boîte de munitions de 12,7 mm américaines, armes légères, mitrailleuses, lance-roquettes...

Premier véhicule kamikaze de l'EI.






Deuxième véhicule kamikaze.



Camion probablement équipé d'un canon de 37 mm AA soviétique modèle 1939.


Le 3ème kamikaze.




Le butin.
 
Tall Susayn, au nord d'Alep, et au sud de Mare où se fait exploser l'un des kamikazes de l'EI.

Désormais coutumier du fait dans ses montages, l'EI reprend des extraits de chaînes arabes et notamment ici de quelques vidéos mettant en scène les rebelles qui lui font face au nord d'Alep (brigades Noureddine al-Zanki qu'on reconnaît dans la voix off). Apparaît ensuite une carte du Proche et Moyen-Orient avec les noms d'Etats attribués par l'EI : Sham en Syrie, Masr en Egypte, l'Irak, la Péninsule Arabique, le Yémen, le Faris pour l'Iran, le Khorassan pour l'Afghanistan/Pakistan...

La carte montrée par l'EI dans la vidéo.


La scène suivante présente des combattants de l'EI en combat urbain contre des rebelles syriens. Un groupe de deux hommes progresse, jette une grenade en avant puis ouvre le feu à l'AK-47. Ils sont soutenus par un technical armé d'une KPV en 14,5 mm. Pour franchir les rues, les combattants de l'EI se couvrent avec des tirs de mitrailleuse PK, d'AK-47 et des jets de grenades. Ils lancent aussi des explosifs improvisés semble-t-il.



Jet de grenade pour protéger la progression.


Un technical avec KPV de 14,5 mm.







Un combattant portant une caméra sur la tête pénètre dans une maison où se trouve une grosse escouade, environ une dizaine d'hommes. Il s'agit en fait d'un document rebelle capturé par l'EI. Un char rebelle hors d'usage se trouve à l'extérieur du bâtiment, les rebelles veulent l'utiliser. Un des hommes est touché de plein fouet par une balle et s'effondre (la vidéo repasse la scène en slow-motion, là encore technique connue...). Dans la maison il y a également un combattant blessé. Les fantassins décident finalement de passer par une fenêtre, font descendre leurs armes (dont un RPG-7) et atterrisent dans les courettes et jardins. On peut voir le technical avec KPV intervenir de nouveau, puis encore des jets de cocktail Molotov. Les combattants de l'EI semblent prendre pour cible un char qui doit être celui que les rebelles voulaient utiliser. Ils se couvrent mutullement pour traverser les rues. Un véhicule rebelle est bientôt en flammes. Outre l'habituel butin (armes légères, etc), le caméraman montre une carte d'identité d'un jeune homme de 19 ans aux couleurs du Front Islamique. Un corps décapité porte sur son T-Shirt l'emblème du Fatah Halab, une coalition de groupes rebelles formé en avril 2015 opérant à Alep. Une carcasse de BMP-1 est également visible, probablement mis hors de combat durant l'affrontement, sans que l'on puisse l'affirmer avec certitude. On peut voir ensuite de nombreux corps de rebelles tués, dont plusieurs portent là encore l'emblème du Fatah Halab sur leur T-Shirt.

Blessé rebelle dans la maison.

A droite, un combattant rebelle touché vient de s'effondrer.

Les hommes passent par les fenêtres.


Dans les jardins.






Deux cibles adverses en rouge, dont un char probablement à gauche (celui que les rebelles veulent utiliser), sont désignées dans la vidéo.


Véhicule en flammes.


On reconnaît l'emblème du Front Islamique.

Sur ce T-Shirt, c'est celui du Fatah Halab.

Carcacasse de BMP-1.


L'emblème du Fatah Halab apparaît sur d'autres corps.


Dans la séquence suivante, un jeune garçon, Abu Talhat Al Ansari (un Syrien) est interrogé par un interlocuteur invisible. Il est précisé au début qu'il était avec les rebelles (?), sans que l'on en sache plus. C'est peut-être là encore un document capturé.



La scène qui vient après montre un convoi rebelle manifestement détruit dans une petite localité, avec quantité de véhicules détruits et de corps de rebelles. L'EI capture un BMP-1, des caisses de munitions de 12,7 mm et des « canons de l'enfer ». Un camion-citerne capturé porte également le logo du Fatah Halab.








Un BMP-1 détruit.

Boîte de munitions de 12,7 mm.

Sur le camion, encore le logo du Fatah Halab.


L'EI met ensuite en scène un de ses canons D-30 de 122 mm, que l'on voit tirer sous divers angles, puis un camion équipé d'un canon de 37 mm, des mortiers et plusieurs technicals : un Toyota avec bitube ZU-23 de 23 mm, un autre avec KPV de 14,5 mm, puis on revoit tirer le camion portant un canon de 37 mm.





Le D-30 de 122 mm en action.

Camion avec canon AA de 37 mm.



Toyota avec bitube AA ZU-23 de 23 mm.




Technical avec KPV de 14,5 mm.

Canon de 37 mm AA.


La dernière séquence montre un groupe de combat de l'EI (avec au moins un RPG-7) en combat urbain. Les rebelles ont abandonné plusieurs « canons de l'enfer » et semblent appartenir aux bataillons islamiques al-Safwa qui opèrent dans le secteur. Un BMP-1 a également été abandonné. Outre la présentation de nombreux cadavres, jusqu'à la nausée (certains en état de décomposition avancée ; un à la face arrachée ; on voit également une cervelle...), l'EI semble mettre en scène certains corps qui portent à la bouche de nombreuses cigarettes tandis que d'autres sont dispersées sur le cadavre (au moins deux dans la vidéo). L'ensemble se termine par le discours d'un combattant accompagné d'un camarade qui reste muet.




BMP-1 hors de combat.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire