samedi 12 septembre 2015

L'Etat Islamique : « La bataille commence maintenant-Province de Kirkouk »

Merci à M. Morant, A. Delalande et https://twitter.com/green_lemonnn?lang=fr pour leur aide sur le décryptage de la vidéo.


Cette vidéo de l'Etat Islamique, mise en ligne début septembre 2015, est assez longue par rapport aux autres du même genre, car c'est un montage assez élaboré. Elle fait en tout près de 30 minutes, et c'est un vrai document de propagande.

Dans une première partie, qui semble être un rappel historique combiné aux événements récents, les vues de décollage de F/A-18 Hornet d'un porte-avions américain (CVN-65 Enterprise, dont on voit le numéro sur le château, retiré du service actif en 2012 ; les images sont donc anciennes) se mêlent à celle de Zarqawi, le fondateur d'al-Qaïda en Irak. On peut voir ensuite des images où un char T-72 est visé par un missile Kornet, et un canon sans recul SPG-9 porté à dos d'homme. On aperçoit ensuite les miliciens chiites de Kataib al-Imam Ali, milice née en juin 2014 après la chute de Mossoul, et qui est l'une des milices irakiennes chiites les plus en vue dans le combat anti-EI. Une scène montre plus tard la destruction, à l'explosif, d'un char M1 Abrams ainsi que d'un Humvee visiblement capturés (ce dernier semble endommagé). C'est alors qu'intervient une bande-annonce sous forme de « mad minute », où l'on peut voir quantité d'armes en action (en noir et blanc, comme dans les bandes-annonce de l'EI dans ses vidéos) : mitrailleuses PK, AK-47, M-16, mitrailleuse lourde DSHK de 12,7 mm, RPG-7, canons sans recul (dont peut-être un B-10 de 82 mm), mortier, salve de roquettes artisanales, pièces d'artillerie (apparemment  Type 59-1, copie chinoise du M46 de 130 mm)... on peut apercevoir ensuite de nombreux véhicules de l'armée irakienne détruits, dont des Humvees (de couleur claire, ou de couleur sombre, appartenant donc aux forces spéciales ; l'un de ceux de couleur claire porte une mention abrégée sur la tourelle, ERU, Emergency Response Unit, une unité d'élite de la police irakienne, qui dépend du ministère de l'Intérieur) et 2 M1117, ainsi qu'un Dzik-3. Ces images de combats et de véhicules détruits apparaissent anciennes, il s'agit probablement d'extraits vidéos recyclés. On peut voir alors des images d'exécution au bord d'un fleuve, suivies d'extraits d'interventions de Barack Obama devant son pupitre, puis on aperçoit un convoi de combattants de l'EI montés sur pick-up. La vidéo met ensuite l'accent sur les victimes civiles (notamment enfants et adolescents) des bombardements aériens américains en Irak. La scène passe ensuite sur des images de responsables de l'EI en train de préparer des opérations, entrecoupées de vues de combattants de l'EI au milieu de champs de bataille (avec encore au moins un Humvee mis hors de combat).




On reconnaît le porte-avions CVN-65 Enterprise avec son Hornet sur le pont.

Le missile antichar Kornet file vers le T-72.

Le T-72 est touché par le missile Kornet.


Canon sans recul SPG-9 porté à dos d'homme. D'un calibre de 73 mm, il pèse tout de même près de 50 kg.




On reconnaît bien les emblèmes de manche de Kataib al-Imam Ali, milice chiite irakienne qui combat l'EI. Celui-ci se sert des vidéos de la milice pour son montage.


Un M1 Abrams et une carcasse de Humvee détruits à l'explosif : début de la "mad minute" de la vidéo avec images recyclées.

Mitrailleuse PK.

AK-47 ; on remarque l'écussion d'épaule de l'EI.

M-16.

DSHK, 12,7 mm.

RPG-7.

Canon sans recul B-10, 82 mm.



Mortier moyen.




Salves de roquettes artisanales.

Un Type 59-1, copie chinoise du M46 soviétique de 130 mm.

Un Type 59-1, copie chinoise du M46 soviétique de 130 mm.



Humvee perdu par l'armée irakienne.

Un Dzik-3, véhicule polonais baptisé par les Irakiens Ain Djaria 1, peut transporter 11 soldats. Il est armé d'une mitrailleuse en tourelle et de 2 lance-grenades fumigènes.

2 M1117 de la police irakienne détruits.


Sur la tourelle du Humvee le plus proche, ERU, pour Emergency Response Unit, unité decontre-insurrection du ministère de l'Intérieur, dépendant de la police irakienne.


Au bout de 6 minutes environ (sur les 29 à peu près que dure la vidéo), on passe aux opérations dans la province de Kirkouk. Des combattants sont retranchés dans un trou derrière une M2HB de 12,7 mm, dont on peut voir les boîtes de munitions au bord de la tranchée. Non loin se tiennent un technical armé d'une mitrailleuse de 14,5 mm et un autre avec canon antiaérien S-60 de 57 mm. L'EI utilise à nouveau un drone pour survoler les positions adverses et les reconnaître. Le canon de 57 mm est le premier à ouvrir le feu, sur une position de l'armée irakienne, au sommet d'une colline, où flottent plusieurs drapeaux. Une ligne de fantassins de l'EI, à flanc de colline, prend le relais : certains sont armés de deux armes individuelles (AK-47 et M-16). Les combattants de l'EI sont bombardés par un appareil irakien, un Su-25, qu'ils filment. Les tirs reprennent : un des fantassins semble équipé d'une CAR-15. Une mitrailleuse DSHK de 12,7 mm est également de la partie, montée sur trépied. 3 tireurs RPG-7 différents contribuent également au tir de barrage. Un M113 est incendié. Les combattants de l'EI parviennent sous les sacs de sable qui protègent le camp irakien (la colline visée au début de l'attaque, avec les drapeaux, semble surplomber le camp). On aperçoit derrière les sacs de sable un Humvee dont la tourelle est équipée d'une mitrailleuse de 7,62 mm, sur lequel flotte un fanion irakien. Plus loin dans le camp, on aperçoit 2 autres Humvees. Depuis un Humvee sur lequel flotte le drapeau de l'EI, on aperçoit 3 Humvees probablement montés par les soldats irakiens faire demi-tour et s'enfuir. Depuis le parapet sur un autre côté de la base, on peut voir un autre Humvee frappé d'un marquage tactique à côté duquel se trouve un M113 avec mitrailleuse de 12,7 mm en tourelle. Un des combattants de l'EI est armé d'un M-16 camouflé avec lunette de visée. De l'autre côté du M113, un autre Humvee porteur lui aussi de marquages tactiques. Plusieurs fantassins courent entre les deux véhicules pour gagner un autre Humvee, plus loin à l'intérieur du camp, équipé d'un canon de 14,5 mm en tourelle. On peut voir ensuite que les deux Humvees environnant le M113 sont équipés respectivement d'une DSHK en 12,7mm et d'une M2HB de 12,7 mm. En tout, le camp semble livrer 2 M113 et 4 Humvees aux combattants de l'EI -ainsi qu'un bulldozer. Le Humvee au canon de 14,5 mm arbore lui aussi des marquages tactiques particuliers : on est probablement en présence d'une unité de la 19ème brigade, 5ème division irakienne (6ème bataillon?). La 5ème division avait participé à la reconquête de Tikrit en mars 2015.

Le drapeau de l'EI vu au début de la séquence sur le combat dans la province de Kirkouk est celui qui est vu en train d'être planté à la fin (!).

Front de Kirkouk, dans les tranchées, avec une M2HB.


Un technical avec KPV de 14,5 mm et un autre avec canon AA S-60 de 57 mm.

Encore un drone pour filmer la position ennemie. Pas de coordonnées précises cette fois.


Le S-60 ouvre le feu.


La colline visée où flotte le drapeau irakien surplombe le camp, objectif de l'attaque.



Un Su-25 Frogfoot irakien attaque les combattants de l'EI.




Les combattants de l'EI sont sous les sacs sable qui entourent le camp.




Une DSHK de 12,7 mm est en batterie.



3 tireurs au RPG-7.

Un M113 a été incendié.


3 Humvees chargés de soldats irakiens font demi-tour.

2 Humvees à l'intérieur du camp.

Humvee avec marquages tactiques et M113 à M2HB de 12,7 mm.

Une PK tire à l'intérieur du camp.

Bulldozer capturé.



M-16 camouflé avec lunette de visée.

M113 à tourelle avec M2HB de 12,7 mm.

Un M113 et un Humvee avec marquage tactique sur la portière arrière.



Le marquage tactique de ce Humvee à canon de 14,5 mm laisse penser qu'il appartient à la 19ème brigade de la 5ème division irakienne.


Les fantassins continuent leur progression au-delà du poste. Un RPG-7 fournit un tir de soutien, ainsi qu'une mitrailleuse M2HB. Les deux technicals, celui équipé d'un canon de 57 mm et celui armé d'une pièce KPV de 14,5 mm, sont également présents. Vient s'y rajouter un troisième véhicule sur lequel est monté un canon ZU-23 de 23 mm. Le canon de 57 mm effectue des tirs antiaériens. L'Etat Islamique utilise ensuite plusieurs véhicules suicides. Le premier que l'on peut voir est un pick-up au blindage renforcé ; le kamikaze doit d'ailleurs y pénétrer par la fenêtre arrière, faute de portes latérales disponibles. Un autre véhicule, encore davantage blindé, a semble-t-il ouvert la voie à ce véhicule suicide qui est donc le deuxième à se précipiter sur les lignes irakiennes. Alors qu'il se met en route, on peut apercevoir un M113 que les combattants de l'EI ont probablement récupéré dans le camp irakien assailli précédemment. Le cameraman s'attarde sur le parcours fou du kamikaze, qui prend une route en épingle (au long de laquelle on peut voir de nombreux oléoducs, très présents d'ailleurs dans toute la vidéo), remonte vers la position irakienne marquée par un drapeau ; les défenseurs ont le temps d'envoyer une roquette ou un autre projectile semblable sur le véhicule, avant que celui-ci n'explose. On peut voir sous un autre angle de vue que les deux véhicules kamikazes se succèdent de très près. Les vainqueurs plantent leur drapeau, par l'entremise d'un fantassin équipé d'un CAR-15.

Encore un RPG-7.


Le technical avec KPV de 14,5 mm.


Le S-60 tire de nouveau.

Un autre technical avec ZU-23 de 23 mm.

Le S-60 en tir AA.

Un des véhicules explosifs suicides, pick-up au blindage renforcé.

Le  kamikaze est monté par l'arrière.

Un premier véhicule suicide surblindé ouvre la voie.

Le second véhicule suicide passe un M113 remis en service et des pick-ups.




Le kamikaze fonce vers les positions irakiennes, on remarque les oléoducs au bord de la route.

Les soldats irakiens tirent une roquette sur le kamikaze.

Le véhicule explose.



Les 2 véhicules suicides se suivent de près.


Cadavre et véhicules irakiens détruits.


Le drapeau de l'EI est installé.


La vidéo semble ensuite critiquer les médias occidentaux (on peut voir les logos de CNN, Russia Today et d'autres chaînes du monde défiler). On peut voir le Sheikh Saad bin Nasser Al Shathri, un Saoudien anti-EI, parler sur un plateau de télévision. Un combattant tire à la mitrailleuse PK à côté de tubes d'oléoducs stockés par terre. Un autre utilise une DSHK de 12,7 mm visiblement montée dans le camp irakien capturé. Les dernières minutes de la vidéo sont particulièrement atroces. Les hommes de l'EI traquent les soldats irakiens qui ont échappé à la prise du camp. Un groupe de 4 soldats, qui manque de peu de tuer plusieurs fantassins de l'EI, est éliminé à coups de grenades, les corps sont lardés de balles. Ce sont ensuite 2 hommes, un soldat et un policier fédéral, réfugiés au pied d'une falaise, qui font le coup de feu, qui sont tués puis criblés de balles. Au regard des moyens employés, l'action semble de peu d'envergure : attaque d'un petit poste et butin matériel relativement léger au regard des efforts consentis.


DSHK en batterie dans le camp pris par l'EI.




Dans les collines, la traque des survivants de l'assaut commence. Un groupe de 4 soldats irakiens qui tirait sur les hommes de l'EI est tué à coups de grenades, puis lardé de balles.




2 hommes réfugiés en bas d'une falaise, près d'oléoducs, sont également tués.

L'un d'entre eux porte l'uniforme de la police fédérale irakienne.



2 commentaires:

  1. Une vision d'un combat en 2020 http://www.athena-vostok.com/2020-la-cassure-premices-de-troisieme-guerre-mondiale-suite

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Pas trop fan du what if, mais quelques remarques :

    - l'armée irakienne était tombée en déliquescence depuis 2009, donc bien avant la percée de l'EI l'an passé. Ca va prendre du temps mais elle va se reconstruire et retrouver une certaine efficacité. Situation bien différente donc de celle de la Syrie, ce sont deux théâtres en lien mais en même temps différents.

    - une prise de Badgad par l'EI, possible, mais dure. L'EI a mené parfois des offensives spectaculaires mais parfois il lui a fallu bien plus longtemps pour prendre certains objectifs (je pense à Ramadi en Irak), et elle piétine devant d'autres (aéroport de Deir-es-Zor). Le groupe a aussi ses limites.

    - l'évolution de l'Irak me semble plus compliquée : AQI en Irak notamment avait échoué dans sa première tentative de "califat" en 2006-2007 et ne remonte la pente qu'à partir de 2010-2011. L'EI d'aujourd'hui est bien l'héritier d'AQI, avec ses succès mais aussi ses échecs.

    - les rebelles syriens ne sont pas tous des "coupeurs de tête alaouites". Même al-Nosra, qui reste branche d'al-Qaïda, est moins radical dans son discours que l'EI. Sans parler des autres rebelles syriens. Les motivations de ces derniers sont très variées, même si la logique sectaire s'est imposée dans le discours si ce n'est parfois dans les actes. Pour un règlement du conflit, il faudra bien prendre en compte certains groupes rebelles, comme Ahrar al-Sham, très puissant, ou Jaysh al-Islam, qui domine dans la région de Damas.

    RépondreSupprimer