vendredi 21 août 2015

L'offensive du régime syrien dans la plaine d'Al-Ghab

La plaine d'al-Ghab se situe au nord-ouest de la Syrie, au nord-ouest de la province de Hama. Elle est à cheval sur la province d'Idlib et borde celle de Lattaquié, séparant à l'ouest le massif al-Ansariyah du massif de Zawiyah à l'est.

Dès la fin du mois de juillet 2015, les rebelles syriens tentent d'avancer dans la plaine. L'offensive est menée à la fois Jaysh al-Fateh, coalition née en mars 2015 et regroupant Ahrar al-Sham, le front al-Nosra et les légions de Sham, et des groupes de l'Armée Syrienne Libre. Elle prolonge les succès de cette coalition dans la province d'Idlib depuis mars 2015 : chute de la ville d'Idlib, de Jisr al-Soughour (avril, immédiatement au nord de la plaine), d'Ariha (mai), en particulier.



La plaine d'al-Ghab (en jaune) est un corridor au nord-ouest de la province de Hama, entre deux massifs montagneux.


Dès le 28 juillet, les rebelles s'emparent des hauteurs environnant Jisr al-Soughour. Le régime syrien contre-attaque dès le 1er août : les combats sont particulièrement acharnés, l'aviation du régime intervient en force pour soutenir les troupes au sol. Les rebelles repartent à l'attaque dès le 5 août, et attaques et contre-attaques se succèdent. Le régime subit durant cette bataille des pertes en véhicules particulièrement lourdes : 19 chars, 5 BMP, 5 camions, 1 automoteur antiaérien Shilka, au minimum, sont détruits1.

Le 18 août, après quasiment trois semaines de reculs ou de piétinements, le régime syrien lance une contre-offensive dans la plaine d'al-Ghab. Au départ, l'attaque engage la brigade « Tigre » de l'armée régulière (Qawat Al-Nimr, unité d'élite commandée par le colonel Suheil al Hassan), la 87ème brigade de la 11ème division blindée, les miliciens des Forces Nationales de Défense (FND), du mouvement de la Résistance Syrienne2, du Parti National-Socialiste Syrien (PNSS) et de Liwaa Assoud Al-Jabal (brigade des Lions de la Montagne).




Deux cartes montrant les principaux villages théâtres des combats dans la plaine.
Le colonel Hassan, au centre, chef de la brigade "Tigre", élite de l'armée du régime.

Mihrac Ural, le chef de Résistance syrienne.


Extrait d'un clip vidéo de Résistance syrienne, le 17 août, indiquant un redéploiement auprès de la brigade Tigre du colonel Hassan.


Une attaque bien préparée avec l'appui de l'aviation3 chasse Jaysh al-Fateh de la localité de Joureen. Les forces du régime reprennent ensuite Khirbat Naqous, al-Ziyarah et al-Mansourah. La brigade « Tigre » et le PNSS remontent ensuite vers le nord, visant Qarqur, tandis que la 87ème brigade, les Lions de la Montagne et les FND se réorientent vers le sud, vers Qahira.



Les frappes aériennes vues du côté rebelle.



Images tirées d'un reportage montrant, côté régime, l'offensive dans la plaine d'al-Ghab.


Dès la fin de la journée, les rebelles contre-attaquent pour reprendre al-Misheek (sud de Qarqur). Ils pressent aussi les positions du régime au sud, près d'Hakoura. Suqur al-Ghab, un groupe rebelle lié à l'Armée Syrienne Libre, met en ligne dès le 18 août une vidéo de tir d'un missile TOW détruisant un char T-55AMV4. Au même moment, Liwa Fursan al-Haqq, une autre brigade de l'ASL travaillant souvent en tandem avec Jaysh al-Fateh, poste deux autres vidéos de tirs au missile TOW : l'une montrant la destruction d'un camion et l'autre un tir sur ce qui est peut-être un ZSU 23/4 Shilka.




Le TOW de Suqur al-Ghab ouvre le feu et pulvérise un T-55AMV.




Images tirées des deux vidéos de Fursan al-Haqq, le premier missile touche un camion, le second semble viser un Shilka.



Malgré l'engagement, selon certaines sources5, d'au moins 600 hommes dans cette opération, il semblerait que le régime ait les plus grandes peines à développer son offensive dans la partie nord de la plaine d'al-Ghab. E. Magnier annonce aujourd'hui que le Hezbollah aurait dépêché 500 hommes de ses forces spéciales sur place pour soutenir les forces du régime en difficulté6. Ces dernières ont en fait probablement profité du redéploiement de certains groupes rebelles, Jabat al-Nosra, Ahrar al-Sham et les légions de Sham, qui ont transféré des troupes7 pour contrer une offensive de l'Etat Islamique, autour de Mare, au nord d'Alep, le 15 août8. Rien d'étonnant dès lors à ce que la progression du régime ait été si rapide. Le 19 août, les premières photos de cadavres de combattants du régime tués à al-Misheek commencent à circuler sur les réseaux sociaux9.





Convoi des légions de Sham en route vers le nord d'Alep.


Le 19 août, les légions de Sham postent une vidéo dans laquelle on peut voir un tir de missile antichar détruisant un véhicule à al-Misheek10. Un reportage du régime montre un matériel conséquent engagé dans la bataille : chars T-72, véhicules blindés BMP-1, technicals avec LRM, automoteur d'artillerie 2S3 de 152 mm, canon M46 de 130 mm11. Une vidéo rebelle montre la capture de Yusuf Mohamed12, un officier de la brigade d'élite « Tigre », qui est ensuite soigné dans un hôpital13.









Le tir de missile des légions al-Sham et son résultat , les images du reportage du régime et enfin l'image montrant la capture de Yusuf Mohamed, de la brigade "Tigre".


Le 20 août, Liwa Sayf-Allah, un autre groupe rebelle, met en ligne la vidéo de destruction par un missile antichar d'un automoteur d'artillerie 2S3 de 152 mm, près d'al-Misheek14. Les rebelles capturent également un autre officier du régime qu'il montre dans une vidéo15.

Le 2S1 détruit par Liwa Sayf-Allah.


Officier capturé par les rebelles.


Dernières images de Résistance syrienne, dont un blessé.







Le colonel Hassan et la brigade "Tigre".





3D'après les rebelles, plus de 150 frappes : https://www.youtube.com/watch?v=M2qed7mNHzg
7Convoi des légions al-Sham se dirigeant au nord d'Alep, 17 août : https://www.youtube.com/watch?v=kbkCHvKvhOs
8Les bataillons Noureddine al-Zanki détruisent un véhicule de l'EI au TOW, au nord d'Alep : https://www.youtube.com/watch?v=Z7q6WMzW3mc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire