dimanche 2 août 2015

Les canons de Batasi (Guns at Batasi) de John Guillermin (1964)

Afrique, dans un pays fictif. Un groupe de vétérans britanniques, sergents dans l'armée de sa Majesté, dirigé par un sergent-major (Richard Attenborough), s'ennuie dans une base anglais où l'on forme l'armée indigène. Mais soudain, le gouvernement post-colonial est renversé par un soulèvement populaire. Une partie de l'armée indigène fait défection. Coincés dans le mess, les sergents protègent le capitaine Abraham (Earl Cameron), blessé, qui a refusé de rejoindre les mutins et a échappé à l'exécution. La situation se complique avec l'arrivée de Miss Barker-Wise (Flora Robson), députée anglaise qui ne cache pas sa sympathie pour les rebelles, et Karen Eriksson (Mia Farrow), une employée de l'ONU...

Les canons de Batasi est inspiré d'un roman de Robert Holles, engagé à 14 ans dans l'armée britannique, vétéran de la Corée : The Siege of Battersea. Bien que le film mette en scène un pays africain, dans lequel on reconnaît facilement le Kenya, il a été tourné entièrement en Angleterre, notamment aux studios Pinewood (en même temps que le James Bond Goldfinger).



Le film a un casting impressionnant : Richard Attenborough campe un sergent-major Lauderdale impeccable, dans la tradition militaire britannique ; Jack Hawkins joue le colonel de la vieille école, désabusé par les changements de la décolonisation (gros fumeur, c'est quasiment un des derniers films où on l'entend parler : il sera opéré des cordes vocales en raison d'un cancer de la gorge peu après). Flora Robson est dans un rôle qui ne lui permet pas d'exprimer complètement son talent. Enfin, John Leyton et Mia Farrow apportent une touche de jeunesse.



John Guillermin, réalisateur touche-à-tout, capable de vraies réussites, signe un film de guerre en huis-clos plutôt sobre, qui ne vaut pas tant par l'action que par son jeu d'acteurs (notamment Attenborough) et par le message qu'il délivre sur la colonisation et le rapport des armées des puissances coloniales à cet événement majeur. A découvrir.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire