samedi 13 juin 2015

Opération Amsterdam (Operation Amsterdam) de Michael McCarthy (1959)

12 mai 1940. Deux jours auparavant, les Allemands ont lancé leur grande offensive à l'ouest et ont envahi le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas. Les Britanniques envoient une équipe spéciale à bord du destroyer HMS Walpole pour récupérer les stocks de diamants industriels hollandais, pouvant servir dans les usines d'armement allemandes s'ils sont capturés. Deux experts en diamant hollandais, Jan Smit (Peter Finch) et Walter Keyser (Alexander Knox), sont accompagnés du major Dillon (Tony Britton), des services de renseignement britanniques. Débarqués au large d'Ijmuiden, les 3 hommes doivent non seulement affronter les bombes allemandes mais aussi la méfiance des soldats et policiers hollandais face à la "cinquième colonne". Ils réquisitionnent la voiture d'Anna (Eva Bartok), dont le fiancé combat dans l'armée hollandaise ; elle a tenté de faire évacuer ses beaux-parents juifs par bateau, qui a sauté sous les yeux des 3 hommes sur une mine larguée dans le port par les avions allemands. Au lieu de se suicider comme elle en avait l'intention, elle va conduire les 3 hommes à Amsterdam...



Opération Amsterdam est un film se basant sur des faits réels, décrit dans le livre de David E. Walker, Adventure in Diamonds (1956). La séquence initiale du film utilise les archives de la propagande allemande sur l'offensive à l'ouest de mai 1940. C'est un film original, à mi-chemin entre le film de guerre et le film d'espionnage.



Le film démarre sur les chapeaux de roue : après la présentation du contexte -via les images d'archives-, des hommes et de la mission, on est aux Pays-Bas en moins de dix minutes (!). L'efficacité du film ne tient pas au rythme, assez lâche, mais à la tension : tout doit être réglé en moins d'une journée, mais l'équipe doit affronter plusieurs menaces. La guerre d'abord, avec les bombes allemandes et les combats de rues ; la réticence des diamantaires hollandais à lâcher leurs précieux diamants ; la présence d'Allemands infiltrés, la "cinquième colonne", qui oblige à se méfier de tout le monde ; enfin l'arrivée imminente de l'armée allemande dans la ville, avec les tirs d'artillerie qui se rapprochent tout au long du film, en plus des raids aériens. Dans la première partie du film, c'est l'aspect espionnage qui domine, les 3 hommes devant atteindre la ville d'Amsterdam ; une fois la mission commencée, on passe au film de guerre, avec un beau final autour de la banque où sont stationnés les diamants restants que les diamantaires n'ont pu sortir d'un coffre à serrure horaire.  Le scénario montre très bien la chape de plomb qui s'abat sur les Pays-Bas bientôt occupés : les diamantaires juifs hésitent à troquer leurs diamants pour s'en servir avec les Allemands, afin de marchander leur sort ; les quais d'Ijmuiden bondés de réfugiés venus de l'intérieur des terres ; les navires qui coulent sur les mines larguées par les avions allemands ; les rues d'Amsterdam désertes, seulement parcourues par les soldats, et qui recèlent au détour d'une rue des cadavres. Les acteurs sont particulièrement brillants : Peter Finch, qui apporte une touche d'humanité dans sa relation avec Eva Bartok, en contrepoint de Tony Britton, agent secret impassible. La réalisation est efficace sans être géniale, avec de vrais moments dramatiques comme le straffing du chasseur allemand lors du repli final vers Ijmuiden. On regrette peut-être juste que le scénario n'ait pas été plus travaillé, le réalisateur a manifestement voulu coller à l'aspect documentaire.



Le film met en oeuvre une belle panoplie d'armes. Le policier hollandais sur le port est équipé d'un  revolver Smith & Wesson modèle Victory. Le colonel hollandais donne à Anna un Walter PPK. Le lieutenant allemand de la cinquième colonne tire avec un Luger P08. Les soldats hollandais de mai 1940 étaient armés de fusils Hembrug M95 : le film a trouvé une arme approchante avec le Steyr Mannlicher M1895. Les résistants hollandais portent des fusils Lee-Metford. Dans le duel final, les Allemands et les Hollandais utilisent des pistolets-mitrailleurs MP38 ou MP40. Un des barrages hollandais est armé d'une mitrailleuse Lewis, un autre d'une mitrailleuse en position antiaérienne Schwarzlose Modèle 07/12.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire