mercredi 31 décembre 2014

Jocelyn BOUQUILLARD et Christophe MARQUET, Hokusai. Manga, Paris, Seuil et BNF, 2007, 160 p.

Le département des Estampes et de la Photographie de la BNF possède l'une des plus remarquables collections de livres illustrés japonais de l'époque Edo (1600-1868). L'un des principaux peintres de cette époque, Katshushika Hokusai (1760-1849), a été découvert par Théodore Duret lors d'un voyage au Japon en 1871, jetant les bases de cette collection à la BNF. Le Manga de Hokusai est sans doute son oeuvre phare.

Considéré comme l'un des plus grands artistes japonais, Hokusai a laissé des milliers d'oeuvre derrière lui. Encyclopédie de l'image, avec plus de 800 pages et 4 000 motifs, le Manga de Hokusai a été édité en 14 volumes entre 1814 et 1878. Le terme manga, ici, désigne des croquis réalisés au fil de l'inspiration, qu'Hokusai destinait probablement à ses élèves, comme un recueil de modèles. Critique, humoristique aussi, Hokusai donne dans son oeuvre un instantanté de la société japonaise de son époque. Les volumes sont édités à Edo, les deux derniers après la mort du peintre. Le fonds de la collection vient des acquisitions de Duret lui-même.

Manuel de dessins, le Manga a une fonction clairement didactique. C'est aussi un travail collectif car au dessinateur s'ajoutent les travaux du graveur et de l'estampeur. La légende veut que le Manga ait vu un début d'édition par les élèves d'Hokusai, à partir de croquis laissés par le peintre chez l'un d'entre eux, à Nagoya, en 1812. En réalité, l'artiste d'inspire d'un manuel de peinture chinois paru précédemment ainsi que de nombreux autres manuels japonais de dessins de l'ère Edo. Filiation qui avait été notée par les Japonais eux-mêmes, dès l'époque. Le travail de Hokusai prolonge notamment celui de Morikuni, au début du XVIIIème siècle. Il a aussi été influencé par le travail d'artistes contemporains comme Masayoshi. Hokusai a également lu l'ouvrage d'un spécialiste japonais des études hollandaises, Chûryô. Fidélité documentaire et ouverture sur le monde : étrange mélange d'un savoir japonais au début du XIXème siècle.

Les planches du Manga sont ensuite présentées de manière thématique : La montage et l'eau, Les variations du climat et du végétal, Planches animalières, Scènes animalières, Le monde façonné par l'homme, Le monde des hommes, Les arts du combat et les armes, L'univers des monstres, des démons et des spectres, Divinités, guerriers et personnages légendaires. Si les illustrations sont souvent en pleine page, il est dommage que les légendes de chaque partie soient toutes placées au début de chapitre et non en parallèle des oeuvres, ce qui rend peu pratique la lecture -et on aurait aimé aussi des légendes détaillées, et un commentaire en début de chapitre un peu plus fourni. Pour en savoir plus, on peut néanmoins se reporter à la bibliographie fournie en dernière page.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire