lundi 6 octobre 2014

Jean-Yves LE NAOUR, CHANDRE et Sébastien BOUET, François-Ferdinand. La mort vous attend à Sarajevo, Grand Angle, Bamboo Editions, 2014, 48 p.

Synopsis : Plus que de l’attentat de Sarajevo, cette histoire vraie fait le récit de l’amour qui unit François-Ferdinand de Habsbourg et sa femme, malgré la pression de l’étiquette et les efforts de l’empereur François-Joseph qui a tout tenté pour les séparer. Jusqu’à les inciter vivement à se rendre à Sarajevo, le jour de l’ex-fête nationale de la Serbie fraîchement annexée. Ce voyage qui sonne comme une provocation pour les nationalistes serbes, François-Ferdinand ne s’y dérobera pas. L’ombre de l’attentat – qui se profile de plus en plus – pèse peu à peu comme une mort annoncée à laquelle, par fierté, François-Ferdinand ne veut ni ne peut échapper tandis que sa femme l’accompagne parce qu’elle refuse de l’abandonner face au péril...


La collection Grand Angle, de Bamboo Edition, a décidément pris les devants pour le centenaire de la Grande Guerre. En plus d'autres titres sortis bien avant la commémoration (comme la série L'Ambulance 13 que je commentais récemment), la collection s'enrichit cette année de nouveaux titres, en un seul tome, qui aborde des sujets particuliers du conflit. Au scénario, rien moins que Jean-Yves Le Naour, docteur en histoire, spécialiste de la Première Guerre mondiale et de l'histoire du XXème siècle - que je n'ai pas lu mais dont j'ai entendu le plus grand bien, à confirmer pour moi donc. Comme souvent dans les BD que j'ai commenté ces derniers temps, la collaboration entre un historien et le monde de la bande dessinée donne d'assez bonnes choses.


C'est le cas avec ce tome "one-shot" sur François-Ferdinand. Faute de place, l'historien s'est concentré sur les derniers mois de la vie de l'héritier de l'empire d'Autriche-Hongrie : l'opposition avec l'empereur François-Joseph, le lien très fort avec son épouse morganatique, Sophie Chotek, l'admiration de François-Ferdinand pour les Tchèques et son mépris des Hongrois, etc. Une large place est aussi consacrée au choix de la visite à Sarajevo le 28 juin 1914 par l'empereur pour son neveu, et aux menaces qui pèsent sur ce dernier. Jean-Yves Le Naour accorde également quelques pages à la visite du Kaiser Guillaume II à François-Ferdinand dans sa résidence de Konopischt, quelques semaines seulement avant l'assassinat. Il insiste donc sur les causes de la guerre, tout comme le montre aussi la savoureuse leçon de géopolitique de François-Ferdinand à son fils, qui résume à elle seule l'esprit de l'époque. Il passe relativement vite sur les terroristes de la Main Noire, dans la bande dessinée, pour relater en détails, en revanche, la journée du 28 juin. De manière plutôt réussie, il faut bien le dire, de même que les dernières cases sur les suites de l'attentat.


Le tout se complète d'un livret historique de 8 pages de Jean-Yves Le Naour à propos de François-Ferdinand. C'est bien ficelé, mais si on le compare à celui de la collection Ils font fait l'histoire de Glénat, où les historiens expliquent aussi comment ils ont écrit la BD et quels compromis ils ont dû faire par rapport à l'histoire, c'est peut-être un peu moins abouti, quoiqu'appréciable. Le dessin pourrait être probablement meilleur, mais c'est à mon avis un détail face à un tome unique (avantage aussi) qui dépeint sans le romancer, avec un historien au scénario, un événement capital du XXème siècle. On en redemande. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire