mercredi 10 septembre 2014

Peter TREMAYNE, Une prière pour les damnés, Grands Détectives 4390, Paris, 10/18, 2010, 375 p.

Janvier 668 ap. J.-C. . Dans la forteresse de Cashel, Fidelma et Eadulf, qui ont vécu un an et un jour en commun selon la loi irlandaise, sont sur le point de se marier. La veille de la célébration, l'abbé Ultan de Cill Ria, du royaume des Ulaidh du Nord, est retrouvé assassiné dans sa chambre. Partisan de l'église romaine, il s'était fait un nombre considérable d'ennemis dans les cinq royaumes irlandais. En outre, deux témoins voient le souverain du royaume de Connacht, Muirchertach, quitter la chambre d'Ultan peu après sa mort. Ce qui devait se dérouler en cérémonie de réjouissances laisse la place à une enquête particulièrement complexe et délicate, au vu des tensions entre royaumes irlandais et entre obédiences religieuses...

Une prière pour les damnés, le quinzième volume des enquêtes de soeur Fidelma, est à ranger, comme son prédécesseur Maître des âmes, au rang des meilleurs de la série jusqu'ici. Peter Tremayne conserve les thèmes classiques qui constituent la trame de ses romans policiers (affrontements entre royaumes irlandais, entre positions religieuses, problèmes des rapports sociaux à l'intérieur des lois irlandaises et face au statut religieux, place des femmes, etc) mais développe ici une enquête policière particulièrement efficace. Ce tome voit l'entrée en scène -rapide en raison de son assassinat- d'Ultan, la figure un peu lointaine qui a causé bien des soucis à Fidelma et Eadulf dans certains des premiers tomes par les machinations orchestrées contre le royaume de Cashel en particulier. La dénonciation de l'Eglise de Rome est toujours un peu convenue mais il est en revanche difficile de trouver la solution du crime avant les dernières pages, bien que Tremayne ait encore une fois laissé un indice avant la fin que je n'ai pas repéré cette fois-ci. Un bon polar sur fond historique original, à déguster sans modération.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire