lundi 22 septembre 2014

Benoît RONDEAU, Les divisions du débarquement, Editions Ouest-France, 2014, 192 p.

Benoît Rondeau, mon collègue du magazine 2ème Guerre Mondiale, est très productif depuis l'an passé. Après l'ouvrage consacré à l'Afrikakorps et celui dédié à la vision allemande de la campagne de Normandie, ce livre-ci aborde les divisions du débarquement.

Les divisions sont en effet, comme le rappelle l'auteur, les "chevilles ouvrières" de la campagne, véritables armées en miniature. C'est pourquoi la mémoire a souvent retenu les faits d'armes ou autres actes des divisions, même si Benoît Rondeau évoque aussi quelques formations plus petites ou plus grandes qui ont elles aussi retenu l'attention. Cette courte présentation ne permet pas bien sûr d'être exhaustif car, on s'en doute, la réalité est un peu plus complexe.

La sélection de divisions, qui se présente un peu comme une liste, est néanmoins découpée en trois parties : le jour J, la phase d'enlisement et la percée et la victoire des alliés. Pour chaque division, on trouve le même format : un mannequin avec uniforme et équipement commenté, un historique rapide de l'unité pendant la bataille puis jusqu'à la fin de la guerre, des photos commentées et un encadré développant un point plus précis. Pour la première partie, toutes les divisions alliées impliquées dans le débarquement sont passées en revue, ainsi que d'autres formations comme les Funnies de la 79th Armoured Division de Hobart, les commandos ou les Rangers. Côté allemand ne sont évoqués, dans cette première partie, que les 352. et 716. I.D. qui encaissent le gros du débarquement, et la 21. Panzerdivision.

Dans la partie sur l'enlisement, Benoît Rondeau commence en revanche avec quelques unités allemandes, Fallschirmjäger-Regiment 6, 12. SS-Panzerdivision et Panzer-Lehr. Là encore on note la présence de quelques unités hors divisions comme les Osttruppen, les s. Panzer-Abteilungen de Tigres ou le III. Flak-Korps. Côté allié sont abordées aussi bien les divisions britanniques qu'américaines ou canadiennes.

La dernière partie permet de mettre en lumière les divisions blindées américaines, des formations non divisionnaires comme le s. Panzerjäger Abteilung 654 ou les divisions engagées plus tardivement, 9. Panzerdivision ou 116. Panzerdivision côté allemand par exemple. Benoît Rondeau termine sur la 2ème division blindée française et la 1ère division blindée polonaise, sans oublier les US Cavalry Groups.

Au total, un ouvrage qui se présente surtout comme un outil de travail, idéal si on recherche des informations rapidement disponibles sur telle ou telle division de la campagne de Normandie -elles n'y sont pas toutes mais la plupart s'y trouvent quand même. Le texte est clair, les légendes des illustrations également, même si quelques photos ne semblent pas correspondre aux légendes (changements de dernière minute ?). Le livre se termine sur une liste des divisions engagées dans la bataille de Normandie et par une bibliographie sélective. A côté d'ouvrages grand public (Beevor), ou plus spécialisés en histoire militaire (Osprey), ou de nature universitaire (T. Copp, etc), on constate aussi la présence d'ouvrages ou de magazines comme ceux des éditions Heimdal ou Histoire et Collections,. Le livre n'apprendra probablement pas grand chose aux passionnés et autres férus de la campagne de Normandie, il se destine plus aux personnes déjà un peu familières du sujet qui souhaitent approfondir leurs connaissances.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire