mardi 22 juillet 2014

Volontaires étrangers de l'insurrection syrienne. 19/Les Turcs

Depuis trois décennies, des Turcs participent aux conflits extérieurs impliquant des combattants étrangers. Ils ont combattu en Afghanistan (contre les Soviétiques puis les Occidentaux), en Irak, en Bosnie, et dans le Nord-Caucase, certains ayant même occupé de hautes fonctions dans les groupes armés. Cevdet Doger, alias Emir Abdullah Kurd, était le commandant en second des combattants du Nord-Caucase avant sa mort en mai 2011. En août 2012, un journaliste turc rapportait la mort de 4 combattants turcs près d'Alep, où opérait alors au moins 50 hommes de même nationalité1.

Les djihadistes proposent un large éventail de données en ligne en langue turque, comme le font les pages Facebook d'al-Nosra ou de l'EIIL. Des vidéos de combattants turcs, justifiant leur action et appelant les volontaires au djihad, sont mises en ligne régulièrement. L'émir Seyfullah, un Tchétchéne qui a vécu en Turquie et qui dirige une fraction dissidente du groupe Jaysh al-Muhajirin wa Ansar, groupe désormais rallié à l'EIIL, s'est directement adressé aux Turcs dans une vidéo datée de juillet 2013. De nombreux combattants du Nord-Caucase vivaient encore en Turquie ces dernières années. Une vidéo postée également en juillet 2013 dresse la liste de 27 « martyrs » turcs tombés en Syrie, la plupart venant de l'est du pays : Gazianatep, Diyarbakir, Adana. L'âge des martyrs va de 17 ans à des personnes beaucoup plus âgées.



Ahmet Zorlu, 30 ans, alias Emir Ahmed Seyyaf, a été tué avec 4 autres Turcs lors d'une opération à Han el-Asel, près d'Alep. Arrivé en Syrie quelques mois plus tôt, Zorlu dirigeait vraisemblablement un groupe composé de combattants turcs. Abdurrahman Koc, originaire de la province d'Adiyaman, était un homme âgé chef d'une association religieuse. Il est arrivé en Syrie en janvier 2013 et a été tué par un sniper lors du siège de la base aérienne de Minagh, en juillet. Un de ses associés, Yakup Senatas, d'origine kurde, a également été tué le 25 juillet au même endroit. Metin Ekinci a été tué un an plus tôt, en juillet 2012, à Alep. Membre d'une organisation religieuse plutôt modérée, il est surtout le frère d'Azaz Ekinci, impliqué dans l'attentat contre l'immeuble d'HSBC à Istanbul le 20 novembre 2003, une des attaques organisées par al-Qaïda dans la ville qui ont coûté la vie à 57 personnes.

Ahmet Zorlu.-Source : http://3.bp.blogspot.com/-QDrR38zf8Ug/UUZQJfEJpqI/AAAAAAAAL-s/jNJk1PGb8KM/s1600/208698_323349947767433_583799344_n%5B1%5D.jpg


En septembre 2013, les services de renseignement turcs estiment que 500 citoyens de leurs pays se battent en Syrie du côté des insurgés. Des Kurdes turcs ont également rejoint la milice de l'YPG, qui a adopté jusqu'à la fin 2013 une prudente neutralité, combattant parfois les rebelles, en particulier des formations djihadistes. A côté des volontaires pour le djihad, il y a également des mercenaires qui seraient recrutés pour 1 500 dollars par mois pour protéger les biens de riches Syriens2. Selon l'enquête d'un quotidien turc, 200 Turcs au moins auraient été recrutés dans la ville d'Adiyaman, au sud-est du pays. Le père de jumeaux explique aux journalistes que le processus de radicalisation a duré environ un an avant que ses fils ne disparaissent le 2 septembre 2013. Le père part chercher ces deux fils à Alep, croise de nombreux autres Turcs dans les rangs des insurgés, finit par les trouver dans un camp d'entraînement mais ne peut les ramener. Le recrutement s'effectue discrètement en marge des mosquées, pour éviter la surveillance de la police, qui affirme qu'Urfa et Diyarbarkir sont d'autres plaques tournantes du djihad. Les Turcs qui partent pour la Syrie reçoivent une formation militaire accélérée de 45 jours, selon la police3. Abu Huseyin, un des recruteurs, se vante d'avoir fait partir des douzaines de Turcs pour le djihad en Syrie. D'après l'association islamiste Ozgur-Der, qui opère en Syrie, au moins 50 Turcs étaient morts en novembre 20134.





1North Caucasus Caucus, « Turkish Fighters in Syria, Online and Off », Jihadology.net, 20 août 2013.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire