lundi 21 juillet 2014

Volontaires étrangers de l'insurrection syrienne. 18/Les Indonésiens

Le conflit syrien est la première manifestation d'un départ massif de combattants indonésiens pour prendre part à un djihad, et pas seulement s'entraîner ou assurer un soutien logistique. Au moins 50 personnes sont parties en Syrie jusqu'en décembre 2013, selon les autorités. Les volontaires sont attirés par l'eschatologie de l'islam, qui place le combat final au Levant, par la traduction d'un livre, La Stratégie des Deux Bras (qui affirme que les printemps arabes peuvent être exploités pour instaurer un califat islamique), par les atrocités commises par le régime contre les sunnites et relayées dans les médias et enfin, comme de nombreux autres contingents, par les facilités d'accès au champ de bataille via la Turquie1.


 

Historiquement, les combattants partant pour le djihad ont fortement contribué au développement d'un djihadisme en Indonésie2. Bashir et Abdullah Sungkar (le fondateur et chef de la Jemaah Islamiya -JI- jusqu'en 1999) ont organisé le départ de volontaires pour l'Afghanistan dans les années 1980. Quelques-uns ont combattu aux côtés de Ben Laden lors de la bataille de Jaji en 1987. D'autres ont été entraînés dans les camps d'Afghanistan et du Pakistan. Cette filière afghane a contribué à la JI et aux attentats de Bali en 2002. Mais ici, le conflit syrien propose non seulement un contexte classique de défense d'une population musulmane, mais aussi un contexte sectaire (un régime alaouite appuyé par les chiites de l'Iran et du Hezbollah) et « socio-révolutionnaire » (établir un califat islamique à la place d'un régime laïc). Les djihadistes indonésiens reproduisent un discours sectaire contre les chiites dans leur pays, voire attaquent les personnes de cette confession, mais cela les décrébidilisent aux yeux de nombre de musulmans. Par ailleurs, historiquement, la JI, issue de Darul Islam, tire son origine d'une lutte contre un Etat séculier, celui de Sukarno. Les attentats de Bali, contre des intérêts occidentaux, constituent une exception. En 2010 par exemple, Dulmatin, ancien membre de la JI, crée un camp d'entraînement à Aceh pour lancer une insurrection. Entre 2010 et 2013, 24 policiers ont été tués, ce qui montre l'influence de certains penseurs moyen-orientaux qui recommandement de cibler les autorités locales.

Source : http://binaryapi.ap.org/1d30f9fb83ca4ebc8b3810d4a3273deb/460x.jpg


Le gros des personnes radicalisées qui partent en Syrie vient de la Jemaah Islamiya, qui avait commis les attentats de Bali en 2002, puis avait abandonné l'action violente en 2007. La branche humanitaire de l'organisation a cependant effectué plusieurs voyages en Syrie, entre fin 2012 et janvier 2014, probablement pour établir des contacts en plus de fournir du matériel médical et des fonds. D'autres salafistes djihadistes indonésiens, comme certaines factions de Darul Islam, font aussi partie des volontaires, et même des salafistes de la communauté non-violente. Les différends entre l'EIIL et le front al-Nosra se retrouvent aussi parmi le contingent indonésien.

La Stratégie des Deux Bras, publiée en juin 2013 en Indonésie, l'a été sous les auspices de Bambang Sukirno, l'un des penseurs influents de la JI. Il a d'ailleurs dirigé plusieurs des missions humanitaires vers la Syrie. Les prêcheurs de la JI réussissent à collecter des sommes allant de 1 000 à plus de 10 000 dollars lors de discussions publiques (60 de 2012 à la fin 2013, dans 20 provinces3), sans compter les donations en ligne. L'argent est converti en aide médicale : docteurs et infirmières partent un mois à l'hôpital de campagne de Salma dans la province de Lattaquié. Nourriture et vêtements sont distribués dans le Jabal al-Akrad, dans la province d'Idlib, et une clinique mobile fait le tour des campagnes.

Bambang Sukirno.-Source : http://i1.ytimg.com/vi/ntkrGl8A7f0/maxresdefault.jpg


Les groupes radicaux mettent en avant, en Indonésie, les massacres sectaires commis par le régime ou ses alliés chiites, comme ceux de Banias ou d'al-Bayda en mai 2013, et les attaques chimiques du 21 août suivant. Le magazine An-Najah de la JI se focalise souvent sur la Syrie. Sur les 50 Indonésiens déjà partis en Syrie, 5 des 7 hommes identifiés en 2013 étaient liés à la JI. Ils ne partent pas directement d'Indonésie mais plutôt du Pakistan ou du Yémen où ils font leurs études. Au moins un membre de l'ex-réseau Abou Omar est supposé être en Syrie. La plupart des Indonésiens ont pris contact avec Ahrar al-Sham (aujourd'hui composante du Front Islamique), mais certains rejoignent l'EIIL.

Le cas le plus emblématique est celui de Riza Fardi, dont la mort a été annoncée le 28 novembre 2013 par la brigade Suqqor al-Izz. Riza venait du Kalimantan de l'ouest : diplômé de Ngruki (l'école fondée par Abu Bakar Bashir, l'ancien leader de la JI), il est parti au Yémen en 2007 pour l'université al-Iman de Sanaa. On pense qu'il a rejoint la Syrie en 2012, au sein de la brigade Suqqor al-Izz, commandée par un Saoudien, Sheikh Abdul Wahed, alias Saqr al-Jihad (le Faucon du Djihad). Le groupe s'est distingué comme étant parmi ceux ayant commis des massacres sectaires en août 2013, lors de l'offensive rebelle dans la province de Lattaquié. Riza aurait été tué dans le district Sheick Saïd à Alep, le 25 novembre. Encerclé depuis une semaine, le district, contrôlé par le régime, tenait bon ; les djihadistes se replient mais Riza reste en arrière avec 7 autres pour ouvrir le feu sur les soldats du régime une fois ceux-ci passés. Après un jet de grenade, il est abattu4. C'est la seule mort confirmée même si 4 autres Indonésiens eux aussi diplômés de Ngruki sont supposés être arrivés d'Islamabad en août 2013, via la Turquie. Deux autres Indonésiens seraient avec l'EIIL : Muhammad Ayub, le fils de l'ancien chef de la branche australienne du JI, et Abdul Rauf. En janvier 2014, une opération contre-terroriste tue 6 membres du Mujahidin Indonesia Barat, qui manifestement projetaient de gagner la Syrie. Ils avaient braqué une banque à Tangerand le 12 décembre 2013 pour financer leur voyage -environ 833 dollars pour un faux passeport et deux fois plus pour le voyage. Un autre membre du groupe serait déjà sur place.

Riza Fardi.-Source : http://cdn.ar.com/images/stories/2013/11/abu-muhammad-riza-fardi.jpg


Cependant, il faut noter que certains groupes radicaux indonésiens se sont également opposés au djihad syrien, comme celui mené par Ustad Muzakir. Plus importante peut-être est la fracture entre le front al-Nosra et l'EIIL à partir d'avril 2013, qui se reflète parmi les Indonésiens. Abu Muhammad al-Maqdisi, un clerc très écouté en Indonésie, a affirmé que l'EIIL n'était qu'un groupe djihadiste comme un autre. Abu Bashir ath-Thurtusi a proclamé une fatwa contre l'EIIL. Le 5 janvier 2014, des volontaires indonésiens de Misi Medis Suriah, accompagné par des djihadistes locaux, refusent de prêter allégeance à l'émir de l'EIIL alors qu'ils sont arrêtés à un checkpoint à la frontière turque, pour aller chercher une ambulance. Un échange de tirs s'ensuit. En Indonésie, Aman Abdurrahman, un clerc emprisonné, a pris fait et cause pour l'EIIL. Le front al-Nosra a aussi ses partisans comme Iwan Darmawan, condamné à mort pour son rôle dans l'attentat de 2004 contre l'ambassade australienne. La JI, pour sa part, tente de rester la plus neutre possible entre les deux camps. La tension est telle que les salafistes djihadistes radicaux en viennent à reprocher leur attitude aux salafistes trop critiques de l'EIIL, voire à les menacer de mort.

Abou Bakar Bashir, emprisonné en Indonésie.-Source : http://resources1.news.com.au/images/2011/06/16/1226076/330697-indonesia-militant-cleric.jpg


On se retrouve dans une situation où la plupart des Indonésiens partis en Syrie sont plutôt du côté du front al-Nosra alors que les djihadistes restés en Indonésie et leurs soutiens prennent plutôt fait et cause pour l'EIIL (!). En janvier 2014, les autorités estimaient qu'au moins 50 Indonésiens étaient déjà partis faire le djihad en Syrie. Elles craignent que ces vétérans ne viennent renforcer le Mujahideen Indonesia Timor (MIT), le groupe terroriste le plus actif dans le pays. Abu Bakar Bashir, bien qu'emprisonné, continue de publier des livres. Dans l'un d'entre eux, il a déclaré que la Syrie était comparable au djihad en Afghanistan. Un des 6 hommes tués en janvier 2014 par les services de sécurité étaient visiblement membre du MIT. Santoso, le chef de ce dernier mouvement, semble d'ailleurs incliner du côté de l'EIIL -il a pris le nom de guerre de « Abu Mus’ab al-Zarqawi al-Indonesi ».

Dernièrement, en juin 2014, le chef de la police a indiqué que 56 Indonésiens étaient partis en Syrie. Mais les spécialistes pensent que le chiffre est bien supérieur. La proclamation du califat par l'EIIL a dopé les groupes djihadistes locaux et leurs supporters qui se revendiquent de ce mouvement. Elle met l'accent sur le contrôle territorial (qital tamkin) au lieu du simple affrontement avec l'ennemi (qital nikayah) et elle contribue aussi à élargir le recrutement en Indonésie au-delà des cercles islamistes. C'est pourquoi Bashir appuie cette stratégie de contrôle territorial qui permettrait au djihadisme indonésien de disposer d'une base d'opérations sûre avant toute attaque. Des groupes se sont formés récemment, pro-EIIL, qui ont soit annoncé leur intention d'envoyer des combattants en Syrie (Anshorullah), soit de faire de la propagande pour le mouvement à travers, notamment, des oeuvres de charité (Anshar Al-Daulah)5.



1INDONESIANS AND THE SYRIAN CONFLICT, IPAC Report No.6, 30 janvier 2014.
2Andrew Zammit, « The impact of Syria alumni on Indonesian jihadism », The Strategist, 31 janvier 2014.
4D'autres sources indiquent qu'il aurait été membre du front al-Nosra. Ceci étant dit, Suqqur al-Izz a fusionné avec ce dernier groupe suite au déclenchement du combat anti-EIIL en janvier 2014, quelques semaines plus tard. Cf http://www.jamestown.org/single/?tx_ttnews[tt_news]=42183&tx_ttnews[backPid]=7&cHash=e9843b0e91652b26f83f7d41cdae8038#.U8ujqaPzl-h

5 commentaires:

  1. Bonsoir,

    Merci pour votre travail sur le sujet. Une question, plus prêt de nous, avez-vous une estimation récente des volontaires français partis faire la guerre? Une autre question, a-t-on une idée du nombre qui sont déjà revenus? Merci

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir,

    Sur ce sujet, je vous renvoie à mon (long) billet sur la question : http://historicoblog3.blogspot.com/2014/02/cachez-ces-djihadistes-que-je-ne.html

    Il va falloir que je le mette prochainement à jour d'ailleurs, pour ne pas perdrer le fil des mois...

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  3. J'avais en effet vu ce post mais la dernière mise à jour date de mai, et il est difficile d'obtenir des informations dans la mesure ou l'actualité est quelque peu chargée ces derniers temps (c'est le moins que l'on puisse dire...).

    Cordialement,

    Vincent

    RépondreSupprimer
  4. Voilà pourquoi je dois le mettre à jour. Mais je n'ai que deux bras et une tête, et je croule sous les choses à faire (mdr).
    A suivre.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  5. Voilà, MAJ sur les Français pour juin-juillet. Et la dernière MAJ datait de début juin en fait, pas de mai (lol).

    RépondreSupprimer