mercredi 4 juin 2014

Volontaires étrangers de l'insurrection syrienne. 11/Les Espagnols

En décembre 2013, les spécialistes espagnols estimaient que 17 personnes avaient fait le voyage pour combattre en Syrie au sein des groupes djihadistes1. Les agences de sécurité du Maroc ont également identifié 3 résidents espagnols supplémentaires qui sont partis faire le djihad en Syrie2. 11 sont des citoyens espagnols et les 9 autres des immigrés marocains vivant en Espagne. La plupart viennent de Ceuta, l'enclave espagnole en territoire marocain, qui compte 85 000 habitants, dont 37% de musulmans. Les Espagnols de Ceuta qui commencent à partir en Syrie à partir du mois d'avril 2012 appartiennent aux classes sociales les plus pauvres. Les Marocains sont aussi partis de villes du continent comme Girona et Malaga. Ce sont tous des hommes, âgés de 16 à 49 ans, la plupart ont entre 25 et 30 ans et sont mariés. La plupart sont chauffeurs de taxis, travailleurs non qualifiés, étudiants ou sous emploi. Sauf 3 ou peut-être 4 d'entre eux, aucun n'avait de lien particulier avec les réseaux djihadistes (probablement, même, 19 sur les 20). Au moins deux avaient cependant participé à des manifestations djihadistes qui se tiennent depuis 2008 à Ceuta et dans une municipalité de la province de Cadix. Plusieurs avaient participé à des échauffourées contre la police à Principe Alfonso, un faubourg de Ceuta, et à du trafic de drogue. L'exception est Mouhannad Almallah Dabas, un Syrien naturalisé espagnol qui a fait partie de la cellule espagnole implantée par al-Qaïda dès le milieu des années 1990 avant d'être démantelée en novembre 2001. Dabas a été arrêté et jugé pour les attentats de Madrid en 2004, avant d'être relâché. Il est ensuite parti en Syrie où il se charge des activités logistiques pour le front al-Nosra, en compagnie de son jeune fils. Il a été tué à Homs en octobre 2013 au sein du front al-Nosra.



Ceuta a connu des implantations djihadistes par le passé. En 2006, les autorités espagnoles conduisent l'opération Duna et arrêtent 10 Espangols et 1 Marocain suspectés d'activités terroristes, même si 9 sont finalement relâchés. En 2007, trois autres personnes sont également arrêtées. Entre juin et septembre 2013 enfin, ce sont 10 personnes qui sont appréhendées et qui appartiennent à un réseau organisé, avec des connections internationales, chargé de radicaliser des recrues et de les expédier en Syrie, dans le cadre de l'opération Cesto. Parmi les personnes arrêtées, 9 Espagnols de Ceuta et un Belge. C'est cette opération qui permet d'identifier le 20 djihadistes déjà partis en Syrie3.

Les Espagnols rejoignent surtout al-Nosra ou l'EIIL, voire le groupe Harakat al-Sham composé de Marocains. Muhammad al-Kutibi Abu Adam al-Mughrabi, un citoyen espagnol de Barcelone d'origine marocaine, a combattu avec al-Nosra jusqu'à sa mort à Alep, le 7 avril 20134. Ceux qui manquent d'expérience djihadiste subissent un processus de radicalisation à Ceuta ou dans des communes marocaines voisines comme Castillejos. On sait ainsi qu'un imam marocain radical venu de Tétouan, arrêté après les attentats de Casblanca en 2003, a prêché en juin 2012 dans la mosquée Attauba de Principe Alfonso à Ceuta. Plusieurs djihadistes partis en Syrie se rendaient à cette mosquée5. Deux ou trois agents recruteurs opèrent à travers la frontière au sein d'un réseau hiérarchisé : on encourage le volontariat en fournissant de l'argent aux familles. Les volontaires gagnent Algésiras en ferry, puis rejoignent Malaga ou Madrid où ils prennent l'avion pour Istanbul. Une fois en Turquie, ils sont acheminés dans la province frontalière d'Hatay où les membres des groupes de recueil se chargent de leur faire passer la frontière. Parfois les vols pour Istanbul partent de Casablanca. En Syrie, les volontaires passent par des camps d'entraînement. Certains sont affectés à des cellules kamikazes -trois cas ont été identifiés. L'attaque kamikaze la plus meurtrière, qui aurait tué plus de 100 personnes, est intervenue en juin 2012 dans la province d'Idlib. Cette attaque aurait été mené par Rashid Wahbi, un chauffeur de bus ou de camion de 33 ans, père d'un enfant, originaire du Maroc espagnol6. En plus des Espagnols ayant rejoint les groupes djihadistes, au moins 25 autres ont également rejoint précédemment l'Armée syrienne libre et ont peut-être changé d'allégeance depuis.


Image tirée de la vidéo de Rachid Wahbi, avant son attaque kamikaze sur la base de Nayrab, en juin 2012, qui tue 130 personnes.-Source : http://www.propublica.org/images/uploads/ht_rachid_wahbi_300x200_130724.jpg


Le 5 janvier 2014, la police espagnole arrête Abdelwahid Sadik Mohamed, un des 20 djihadistes partis en Syrie, considéré comme étant lié à l'EIIL7. Il a été arrêté à sa descente d'avion à Malaga, en provenance d'Istanbul. Originaire de Ceuta, Mohamed était parti en mai en Syrie via la Turquie et a été formé dans les camps d'entraînement de l'EIIL. La police espagnole a déjà arrêté plusieurs membres d'une cellule qui recruterait à Ceuta, notamment des candidats aux attaques kamikazes. Le chef, Yassin Ahmed Laarbi, a été arrêté en septembre dernier, après 8 autres personnes en septembre. Une nouvelle cellule de recrutement pour le djihad en Syrie est démantelée par la police espagnole en mars 2014. En avril, le gouvernement espagnol chiffre officiellement à 51 le nombre de ressortissants nationaux partis faire le djihad en Syrie8.

Abdelwahid Sadik Mohamed.-Source : http://www.le360.ma/fr/sites/le360.ma.fr/files/styles/asset_image_full/public/assets/images/2014/01/abdelwahid_mohamed_sadik.jpg





1Fernando Reinares et Carola García-Calvo, «  Jihadists from Spain in Syria: facts and figures », Elcano Royal Institute, 12 décembre 2013.
2Fernando Reinares et Carola García-Calvo, « The Spanish Foreign Fighter Contingent in Syria », CTC Sentinel, janvier 2014, Vol 7. Issue 1, p.12-14.
3Fernando Reinares et Carola García-Calvo, « The Spanish Foreign Fighter Contingent in Syria », CTC Sentinel, janvier 2014, Vol 7. Issue 1, p.12-14.
4Foreign fighters from Western countries in the ranks of the rebel organizations affiliated with Al-Qaeda and the global jihad in Syria, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, janvier 2014.
5Fernando Reinares et Carola García-Calvo, « The Spanish Foreign Fighter Contingent in Syria », CTC Sentinel, janvier 2014, Vol 7. Issue 1, p.12-14.
6Foreign fighters from Western countries in the ranks of the rebel organizations affiliated with Al-Qaeda and the global jihad in Syria, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, janvier 2014.
8RICHARD BARRETT, FOREIGN FIGHTERS IN SYRIA, The Soufan Group, 2 juin 2014.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire