lundi 16 juin 2014

Peter TREMAYNE, La mort aux trois visages, Grands Détectives 3913, Paris, 10/18, 2006, 319 p.

Juillet 666 ap. J.-C. . Fidelma et Eadulf sont mandatés par le roi de Muman, Colgu, pour discuter de l'installation d'une école et d'une église chrétiennes sur le territoire du clan de Duibhne, dirigé par Laisre, qui reste païen. En arrivant dans la vallée menant à la forteresse du clan, ils découvrent 33 cadavres de religieux disposés selon un rituel païen des plus cruels supposé disparu, la mort aux trois visages. Ce charmant accueil n'empêche cependant pas Fidelma de poursuivre sa mission pour mener désormais deux objectifs différents : l'ambassade et la résolution du massacre...

Le sixième volet des aventures de Fidelma rattrape largement le précédent qui se situait un ton en-dessous. D'abord parce que l'auteur prend pour la première fois la peine de consacrer quelques pages, au début du livre, au contexte historique, notamment pour présenter l'Irlande du VIIème siècle.

Mais aussi parce que cette fois, intrigue policière et perspective historique vont de pair pour donner un excellent résultat. L'enquête est assez difficile à démêler (je n'ai pas retrouvé la solution avant le dénouement) et l'histoire met pour la première fois Fidelma aux prises avec un autre royaume hostile à Muman, les Ui Neill du Nord et leur séide, l'archevêque d'Armagh (on avait déjà vu Fidelma affronter le royaume voisin de Muman, Laigin, dans le troisième tome, Les trois royaumes). C'est donc un très bon tome de la série, avec un sujet intéressant (relation entre paganisme et christianisme, entre Eglise romaine et Eglise irlandaise).

Au chapitre des regrets, on notera la carte toujours imprécise ici pour se repérer (on est à l'ouest de Cashel, la capitale de Muman, mais où exactement ? Impossible de le dire). Le défaut concernant le rapport entre Eglise romaine et Eglise irlandaise est pour une fois traité de manière un peu plus subtile que dans certains tomes précédents : une bonne chose.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire