jeudi 1 mai 2014

Volontaires étrangers de l'insurrection syrienne. 6/ Les Suédois

En avril 2013, le service de sécurité suédois estime que 30 personnes ont déjà rejoint les insurgés syriens1. L'auteur de l'article de référence sur la question a identifié personnellement 18 Suédois qui, à coup sûr, ont gagné la Syrie. Presque toutes ces personnes viennent du sud-ouest de la Suède, et plus de la moitié des faubourgs de Gothenburg, la seconde ville du pays. 11 sont originaires des faubourgs d'Angered et Bergjsön. Les liens d'amitié jouent incontestablement : trois candidats appartenaient ainsi au même cercle d'arts martiaux. D'autres fréquentaient une mosquée radicale bien connue de Gothenburg, la Bellevue Masjid. Seul l'un des hommes concernés avait un lien direct avec la Syrie, où il est entré en juin 2013. Un tiers des personnes est né en Suède de parents immigrés. Le reste provient de différents pays : Irak, Jordanie, Kosovo, Maroc et même Philippines. Pourtant au moins 10 sont d'origine libanaise (dont 2 qui étaient peut-être Palestiniens). Un seul à des origines familiales suédoises. Ce sont tous des hommes : l'âge moyen est de 23,5 ans. La plupart viennent de familles avec de nombreux enfants et à faible revenu ; 8 étaient sans emploi ou revenu d'aucune sorte. 8 étaient également connus pour délinquance, dont 4 pour des affaires de drogue et 3 pour des violences. L'un des volontaires, Abo Isa (un Palestinien né à Homs en 1984, émigré à l'âge de 8 ans et devenu citoyen suédois en juillet 19922), était un criminel endurci : il a fait trois fois de la prison et a été condamné en tout à 15 reprises. Haitham Rahma, né en 1960 dans une famille syrienne originaire de Homs, est un imam d'une mosquée de Stockhholm. Il est parti en Syrie pour établir une structure militaire sous couvert d'une autre baptisée Autorité de Protection Civile ; elle est affiliée avec les Frères Musulmans mais coopère aussi avec les groupes djihadistes. Rahma a fait acheminer des armes en Syrie et collecte des fonds pour le financement des insurgés3.



Sur ces 18 Suédois, 8 ont été tués en Syrie. Abu Kamal est victime d'un éclat d'obus de char à Alep, en janvier 2013. A la mi-mars, une vidéo le présente comme un membre de Kataib al-Muhajirin ; un Britannique a d'ailleurs péri au cours de la même opération. Abu Omar, lui, est tué en avril 2013 par une roquette de RPG ; là encore, il aurait servi avec un groupe radical. Abu Dharr, qui avait réalisé la première vidéo de propagande en suédois, est tué en avril 2013. Abu Abdurahmann a été tué en juin 2013 dans la province d'Idlib ; il faisait lui aussi partie de Kataib al-Muhajirin. Deux frères, Abu Maaz et Abu Osman, ont également péri en Syrie. Ils ont été tués lors de l'attaque d'un checkpoint du régime près d'Abu Zeid, à proximité du Krak des Chevaliers, dans la province de Homs. Abu Maaz est mort au volant de la voiture kamikaze qu'il conduisait et son frère aîné dans les échanges de tirs qui ont suivi ; ils servaient dans Jund al-Sham. Un autre frère avait été tué 18 mois plus tôt, en 2012, lors d'affrontements sectaires à Tripoli, au Liban. Abu Omar Kurdi a lui été tué en août 2013 durant l'assaut de la base aérienne de Minnagh. En plus des 8 morts recensés, deux autres pourraient bien avoir été Suédois : Adam Salir Wali, tué par une grenade le 29 mars 2013 (le seul Suédois qui aurait rejoint l'Armée syrienne libre et pas un groupe radical), et Abu Mohammad al-Baghdadi, tué fin août 2013. Tous les Suédois ont rejoint, à l'exception de Wali, des groupes radicaux : al-Nosra (comme Muhammad Ali Abu Hamour tué le 15 avril 2013 ; Mark Abu Osama, un converti de Stockholm après les attentats du 11 septembre, qui laisse ses deux femmes et ses fils en Suède4), Kataib al-Muhajirin et Jund al-Sham. Certains se sont même ralliés à l'EIIL. Plusieurs sont fortement suspectés de crimes de guerre.

A gauche, Abou Maaz.-Source : http://1.bp.blogspot.com/-yR6wDnWNflc/Uf00rZs1PJI/AAAAAAAAB_E/V_sUNykazR0/s1600/AbuBrittas.jpg




9 des 18 Suédois identifiés étaient précédemment liés au terrorisme ou au djihadisme. Isa al-Suedi est le frère cadet d'un homme condamné pour la préparation d'une attaque du type Mumbaï contre un quotidien danois, avec trois autres hommes, à partir de la Suède. Il avait été arrêté à la frontière somalienne en 2007 et au Waziristan en 2009. Abu Omar était le fils d'un djihadiste albanais du Kosovo. Un des oncles de la fratrie est emprisonné pour avoir participé à la préparation d'un attentat contre des trains en Allemagne en mai 2006 ; un autre était le quatrième responsable hiérarchique du mouvement libanais Fatah al-Islam et a été tué par l'armée libanaise en mai 2007. Abu Dharer Filippino annonce depuis la Syrie, fin octobre 2012, qu'il a été entraîné au Pakistan en 2001 par le LeT. Il est retourné en Suède au printemps 2013 et fait depuis une intense propagande pour le djihad. Le profil type des volontaires suédois est donc assez ciblé : un homme jeune, du sud-ouest de la Suède, probablement des faubourgs de Gothenburg, d'une famille immigrée mais pas syrienne, sans emploi, déjà condamné pour délinquance. Des amis ou des parents peuvent le relier au terrorisme ou au djihadisme.

Abou Dahrer Filippino.-Source : http://1.bp.blogspot.com/-5mrwv7kBRvc/UIxbSM-c5oI/AAAAAAAABRA/NZDBucrbF9k/s1600/Filippino.jpg


D'après Per Gudmundson, le spécialiste des Suédois partis faire le djihad en Syrie, 5 d'entre eux ont péri à l'automne 2013 sur le champ de bataille. Kassem Hamade, un étudiant de 22 ans, était un Suédois d'origine palestinienne : il a été tué à Alep en novembre 2013. Abou Ahmad al Falastini, qui s'appelle en réalité Omar Shahade, a lui aussi des racines palestiniennes, mais il est né en 1987 à Göteborg. Il était le frère de Khaled Shahade (alias Khaled SigSauer) et trois de ses cousins sont également partis en Syrie, ce qui tend à prouver que dans le cas suédois, les liens familiaux tiennent une place particulière dans le recrutement. Abou Ismaël, alias Bilal Sellman, né en décembre 1994 dans la banlieue de Stockholm, est parti en Syrie à l'automne 2013. Il a été tué en novembre 2013. Otman El Khamlichi, alias Abou Tesnim, avait déjà été recherché en décembre 2006 après un coup de filet dans le milieu de la communauté marocaine : un Suédois d'origine marocaine, Ahmed Sofri, avait été condamné à la prison pour avoir organisé le départ de djihadistes en Irak. Otman El Khamlichi est né en 1979 à Tétouan au Maroc. Il a émigré en Suède en novembre 2003, sans en prendre la nationalité, et a épousé une fille de Sofri. Il dirige une entreprise de nettoyage dans la banlieue de Stockholm avec Makram Ben Salem Mejri, la veuve d'un djihadiste suédois mort en Irak. Puis il gagne la Syrie où il trouve la mort juste avant Noël 2013. Yassin Ben Salah était l'un des fondateurs des Panthers (inspirés des Black Panthers) de la banlieue de Göteborg. Il est en lien via Internet avec des djihadistes syriens dès le mois de juin 2013. Parti en Syrie en octobre, il meurt en décembre ; il avait probablement effectué un premier aller-retour, après avoir été blessé contre les troupes du régime et être rentré en Suède pour se soigner. Avec au moins 5 tués, l'année 2013 a donc été la plus meurtrière pour les Suédois partis faire le djihad en Syrie -sans compter les cas moins certains, comme le Bosniaque Hamza Alisici, qui dit avoir vécu 6 mois en Suède, à Göteborg, sans que l'on puisse vérifier sa présence sur les listes de recensement de la population5.

Bilal Sellman, jeune Suédois mort en Syrie, quasiment un enfant-soldat.-Source : http://3.bp.blogspot.com/-o1B3LUM5T-I/UvECYZjiH7I/AAAAAAAACHE/n8MWsAtKRzU/s1600/BilalSellmanAbuIsmael.jpg


Abou Tesnim.-Source : http://2.bp.blogspot.com/-Ztx6Ob2jP5U/UvEPRQ57EYI/AAAAAAAACHo/GSu2GIgLqV4/s1600/AboTesnimOthmanJamlichi.jpg


Le 13 février 2014, deux Suédois ont été tués en Syrie, un de Göteborg et un autre de Stockholm6. Le premier, Alaa Yasin, est né en août 1990 de parents d'origine libanaise. Yasin avait été condamné pour une affaire de drogue il y a cinq ans. Apparemment sans aucun revenu, il était parti se battre en Syrie depuis le début de 2013 et peut-être aussi tôt que le mois d'août 2012. Le deuxième Suédois s'appelait apparemment Ebu Zubajr, et était d'origine éthiopienne. Ces deux tués portent à 17 le nombre de morts suédois en Syrie. A ce moment-là, on estime que 75 Suédois ont fait le voyage pour le djihad, ce qui induit une très forte mortalité parmi ces combattants. Pour le colonel Johan Wiktorin, de l'armée suédoise, on atteindrait même le nombre de 210 à 300 Suédois partis en Syrie, ce que conteste Gudmundson, qui reconnaît cependant que sa propre évaluation peut-être inférieure à la réalité7.

Alaa Yasin, le 1er janvier 2013.-Source : http://2.bp.blogspot.com/-ZSF6PUKati4/Uv3ga4f9uvI/AAAAAAAACJM/XXbarrqO9CI/s1600/AlaaLowLow11jan.jpg


Début avril 2014, un ressortissant suédois, qui est signalé par Magnus Ranstorp, a voyagé avec Anjem Choudary au Liban pour protester contre le traitement du Sheikh Omar Bakri, qui est lié à al-Qaïda. Seulement quelques Suédois jusqu'ici ont été reliés aux mouvements radicaux de Choudary et associés, comme Mehdi Ghezali, détenu de Guantanamo et élève d'Omar Bakri. Le site de Choudary précise que ce Suédois serait le neveu de Bakri. Cette personne, en tout cas, s'est manifeste dans des articles d'opinion et sur des sites islamistes radicaux, prêchant la violence, sous une forme Sharia4Sweden qui semble montrer que des liens plus étroits entre Choudary et la Suède existent désormais. Choudary n'a jamais été en Suède, mais à la réunion qu'il a tenue en Norvège, il y avait un Suédois dans la salle, Abou Dujanah, un jeune homme qui vient de Boras (la ville d'où vient aussi le Suédois qui a accompagné Choudary au Liban), et qui est proche de la famille el Hassan de la même localité, qui compte déjà trois « martyrs » en Syrie. La coïncidence ne manque pas d'interroger8...


1Per Gudmundson, « The Swedish Foreign Fighter Contingent in Syria », CTC Sentinel, Volume 6 Issue 9, septembre 2013, p.5-9.
2Foreign fighters from Western countries in the ranks of the rebel organizations affiliated with Al-Qaeda and the global jihad in Syria, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, 3 février 2014.
3Foreign fighters from Western countries in the ranks of the rebel organizations affiliated with Al-Qaeda and the global jihad in Syria, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, 3 février 2014.
4Foreign fighters from Western countries in the ranks of the rebel organizations affiliated with Al-Qaeda and the global jihad in Syria, The Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center, 3 février 2014.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire