lundi 5 mai 2014

Robert DULAU, Le château de Pierrefonds, Paris, Editions du Patrimoine, 2009 (1ère éd. 1997), 48 p.

C'est récemment, lors d'un voyage familial en Picardie, que j'ai eu l'occasion de faire le tour (sans pouvoir le visiter malheureusement) du château de Pierrefonds, imposante forteresse retouchée au XIXème siècle par Viollet-le-Duc. D'où l'acquisition de ce petit fascicule de présentation du château.

Pierrefonds dispose d'un château dès l'époque carolingienne, la seigneurie réintégrant le domaine royal au XIIème siècle. Le grand château de Pierrefonds est construit par Louis d'Orléans, frère du roi Charles VI, au sein d'un réseau de forteresses au nord de Paris visant à surveiller les liens entre la Bourgogne et les Flandres de son rival, le duc Philippe le Hardi. Après l'assassinat de Louis d'Orléans en 1407 sur ordre du fils de Philippe, Jean Sans Peur, le comte de Saint-Pol, partisan des Bourguignons, parvient à se faire livrer la forteresse, en 1413, puis la fait incendier. Restauré par le poète Charles d'Orléans revenu de sa captivité anglaise, le château passe aux mains du futur Louis XII en 1465. Occupé par un ligueur en 1588, il est sous l'autorité, en 1595, du père de Gabrielle d'Estrées, maîtresse de Henri IV. Comme celui-ci rejoint le parti des Mécontents sous la régence de Marie de Médicis, le château est assiégé en 1616 et démantelé l'année suivante.

Racheté par Napoléon en 1810, le château devient, sous la Restauration, un lieu de villégiature pour les romantiques. En 1832, c'est là qu'a lieu le mariage de la fille de Louis-Philippe avec le premier roi des Belges. Classé aux Monuments Historiques en 1848, la forteresse est ressuscitée par Napoléon III en 1857 : Viollet-le-Duc est en charge des travaux qui durent en fait jusqu'en 1885. L'architecte ne recrée par une forteresse médiévale ni une parodie romantique de château : il s'agit plutôt d'une interprétation de l'architecte de ce qu'est pour lui un édifice fortifié du Moyen-Age.

Le château a la forme d'un quadrilatère irrégulier, avec 8 tours de défense. Le donjon a la particularité de faire partie de l'enceinte. C'est là que Viollet-le-Duc installe les appartements impériaux. L'architecte fait même réaliser une maquette du château, pour l'Exposition Universelle de 1878, par Lucjan Wyganoswki.

Comme le souligne l'auteur en conclusion, plus qu'un pastiche, le château de Pierrefonds reconstruit par Viollet-le-Duc est le témoin de cette tentative de restitution archéologique influencée par le désir d'une création moderne. L'inspiration médiévale nourrit l'architecture, dans cette association étonnante entre rationnalisme et romantisme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire