mardi 4 février 2014

Histoire & Stratégie n°17, supplément : Les blindés américains dans l'offensive du Têt

Pour remettre en perspective l'offensive du Têt, je vous renvoie à mon livre sur le sujet.

Avant le déclenchement de l'offensive du Têt, la plupart des formations blindées des quatre zones tactiques du Sud-Viêtnam sont en position pour repousser une attaque. Les unités américaines sont placées à l'extérieur des villes, pour bloquer les routes d'infiltration et encaisser le premier assaut. Les unités sud-viêtnamiennes sont placées dans les villes, ou à côté, pour anticiper les soulèvements dans les centres urbains. Mais les formations blindées s'attendent davantage à des tirs d'artillerie indirects ou des embuscades, comme de coutume, et non à une offensive généralisée de l'ampleur du Têt. Comme le montre trois exemples différents, les blindés vont faire la preuve, durant le Têt, de leur utilité comme force de réaction, faisant souvent basculer le cours de la bataille par leur intervention.

A 21h00, le 30 janvier 1968, le lieutenant-colonel Otis, commandant du 3rd Squadron, 4th Cavalry, reçoit l'ordre de porter secours à la base aérienne de Tan Son Nhut, au nord de Saïgon. Otis désigne le capitaine Virant, commandant de la Troop C, pour ce faire. La Troop C est à Cu Chi, à 25 km au nord-ouest de Saïgon ; une de ses sections protège le pont Hoc Mon, à 10 km en avant. A 4h15, Otis reçoit l'ordre de courir sus à un régiment viêtcong qui a attaqué à la base ; la Troop C se met en route en un quart d'heure, passe sous le commandement opérationnel de la base aérienne, doit rencontrer un guide au sud du pont pour approcher de Tan Son Nhut. Jusqu'au pont, Otis survole la colonne en hélicoptère au-dessus de la route n°1, lâche des fusées éclairantes pour décourage les embuscades.



A 6h00, la Troop C, en approchant de la base, est pris sous un violent tir d'armes automatiques et de RPG, et cherche à couper l'ennemi en tronçons à l'endroit où la route n°1 rencontre la porte sud-ouest de Tan Son Nhut. 100 Viêtcongs se retrouvent isolés à l'intérieur et le reste à l'extérieur. Dans les premières minutes de l'attaque, plusieurs blindés sont détruits et les pertes sont lourdes ; le capitaine Virant est blessé à la tête. La Troop C demande des renforts à Cu Chi. Otis fait diriger le 1st Squadron de la Troop C, qui gardait toujours le pont, et l'Air cavalry troop, pour renforcer l'unité malmenée : de son hélicoptère, il distingue déjà 4 chars et 5 véhicules blindés en feu. Les gunships apportent cependant rapidement leur soutien et deux hélicoptères de la Troop D se posent pour laisser des munitions, qui commencent à manquer aux troupes au sol. Le 1st Platoon arrive à 7h15 : Otis le dirige sur la piste, puis vers le sud jusqu'au flanc gauche de la Troop C, pour attaquer vers l'ouest.



La Troop B, qui garde un autre pont à 47 km de là, reçoit elle aussi l'ordre de gagner le champ de bataille. Arrivée en 45 mn, elle exécute une manoeuvre pour se mettre en parallèle du flanc nord de l'attaque viêtcong, près de l'usine textile Vinatexco. Les véhicules avancent en ligne pour prendre de flanc une force estimée à 600 soldats adverses. Le Viêtcong est écrasé entre les Troops B et C, l'artillerie et les gunships. La bataille atteint son paroxysme à 10h00, puis prend la forme d'un nettoyage systématique entre 13h00 et 22h00. 300 morts sont décomptés sur le champ de bataille, et 24 Viêtcongs sont pris. A 14h00, Otis entre à Tan Son Nhut.



Une autre bataille importante du Têt se joue autour du complexe logistique de Long Binh et de la base aérienne de Bien Hoa, au nord-est de Saïgon. Dans la nuit du 30 janvier 1968, le 2nd Battalion du 47th (Mechanized) Infantry se déplace à Long Binh pour servir de force de réaction rapide à la 199th Light Infantry Brigade. L'attaque commence à 1h00, le 31 janvier. La compagnie B arrive au dépôt de munitions à 6h00 : le temps de se coordonner avec les défenseurs, elle est prise à partie par des snipers qui détournent l'attention des sapeurs qui placent des chargents dans certains bunkers de munitions. Les fantassins mécanisés tentent d'éliminer à la fois les charges, les sapeurs et les snipers. A 7h50, plusieurs bunkers finissent par exploser et 4 hommes sont tués. Le reste de la journée voit la compagnie continuer le nettoyage du dépôt.



La compagnie C arrive quant à elle devant le QG du IIIème corps sud-viêtnamien, violemment attaqué, à 5h54. Les mitrailleuses embarquées couvrent une attaque de flanc qui se termine en un combat bâtiment par bâtiment. Au prix de 8 blessés et d'un véhicule blindé perdu, la compagnie se déplace ensuite vers la prison à l'est de Bien Hoa. A 17h30, après un combat acharné, les Américains font reculer le Viêtcong et reviennent au QG du IIIème corps pour en assurer la sécurité. La compagnie A, elle, va appuyer la 199th Brigade près du village de Ho Nai, sur la route n°1. L'attaque ennemie menace les installations à l'est de Bien Hoa : la compagnie et le QG de bataillon rejoignent le 4th Battalion, 12th Infantry et le 2nd Battalion, 3rd Infantry, pour attaquer au nord de la route n°1. Artillerie, gunships et véhicules blndés préparent l'assaut qui aboutit à 42 cadavres viêtcong et à un mouvement vers le post de Long Binh au crépuscule.



Le 31 janvier, la Troop A, 3rd Squadron, 5th Cavalry tient le rôle de force de sécurité pour la Fire Support Base Apple, à 28 km à l'est de Bien Hoa, sur la route n°1. A 2h30, le capitaine Garretson reçoit l'ordre de laisser son 3rd Platoon et de foncer sur Bien Hoa. En chemin, à Trang Bom, les blindés tombent dans une embuscade montée par une compagnie adverse. Le combat dure 5 minutes, les blindés se contentant de passer à travers en tirant de toutes leurs armes. Arrivés à un pont en dur à 18 km à l'est de Bien Hoa, un premier char traverse, mais l'ouvrage saute juste après lui. Les ACAV n'ont aucun mal à traverser à gué, mais les autres chars doivent rester sur la berge. Arrivés dans Bien Hoa, les blindés se retrouvent au milieu de deux compagnies adverses ! La première volée de roquettes détruit deux véhicules, avant que les Américains ne reprennent l'avantage. Il reste alors 1 char et 8 ACAV. Le lieutenant-colonel Bartley, qui commande le squadron, arrive alors au-dessus de la colonne en hélicoptère et la guide jusqu'à la base de Bien Hoa, faisant échouer une embuscade le long de la route en déplaçant les blindés dans son dos. Rattachés à un bataillon de la 101st Airborne Division héliporté dans la base de Bien Hoa, les blindés combattent toute la journée ; 2 ACAV sont perdus, le char reçoit 19 coups de RPG et doit changer d'équipage deux fois ! La Troop A a perdu 5 tués et 23 blessés.

Dans la province de Vinh Long, dans le delta du Mékong, l'offensive du Têt commence à 3h00 le 31 janvier, quand le Viêtcong attaque la ville de Vinh Long et la base de la cavalerie sud-viêtnamienne, à 95 km au sud-ouest de Saïgon. Le 3rd Squadron, 2nd Armored Cavalry Regiment, se dégage rapidement à sa base et envoie des troupes au QG du régiment, durement pressé. Après avoir également dégagé la place, le squadron part défendre l'aérodrome, tandis que les hommes du QG protègnet la partie sud-ouest de la ville. Le 3rd Squadron nettoie le périmètre extérieur de l'aérodrome, puis revient dans la ville, où il se heurte à forte partie. Il progresse néanmoins et fait la jonction avec le 43rd Ranger Battalion de l'ARVN, lequel finit par le laisser seul dans le combat de rues. Une compagnie de Forces Régionales refuse d'avancer et la nuit venue, le Squadron doit se replier sur les zones sécurisées.

Le lendemain, sans davantage d'infanterie, le squadron mécanisé ne peut mener le combat de rues nécessaire pour nettoyer la ville. Dans la nuit du 1er février, les soldats sud-viêtnamiens du 3rd Battalion, 15th Infantry, arrivent par bateau, et les combats reprennent le lendemain, avec l'appui de gunships américains. L'infanterie mécanisée et une compagnie de Rangers nettoient enfin l'ouest de la ville et le Viêtcong se replie. Il aura fallu 5 jours de combat aux Sud-Viêtnamiens pour mener à son terme le combat urbain.


Pour en savoir plus :


General Donn A. STARRY, MOUNTED COMBAT IN VIETNAM, VIETNAM STUDIES, DEPARTMENT OF THE ARMY, WASHINGTON. D.C., 1978, p.114-127.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire