mardi 3 décembre 2013

Steven J. ZALOGA, T-54 T-55 T-62, Concord Publications Company, 1992, 95 p.

Steven J. Zaloga est un spécialiste américain reconnu du matériel militaire, en particulier de ceux de l'URSS et de la Russie, mais aussi de ceux des Etats-Unis. On lui doit par exemple, il y a quelques années, un très bon livre sur le Sherman, qui est loin d'être un simple ouvrage technique à destination des passionnés ou des maquettistes, mais un vrai travail de fond sur la naissance de char, ses raisons, ses conséquences et ses prolongements.

Dans ce volume déjà ancien des éditions Concord, Zaloga commente un large panel de photos consacrées aux chars T-54, T-55, T-62 et à leurs variantes. Ces blindés soviétiques sont ceux qui ont été le plus produits après la Seconde Guerre mondiale : au moins 100 000 exemplaires pour les T-54/55 et leurs copies étrangères, et 20 000 pour les T-62. Ils ont connu la plupart des guerres menées après 1945, notamment les conflits israëlo-arabes, mais aussi la guerre du Viêtnam, la guerre du Golfe, etc. Les trois modèles sont également employés en Syrie dans la guerre civile en cours.

Le T-54 est l'aboutissement d'une volonté de remplacement du fameux T-34 soviétique de la Seconde guerre mondiale. Armé d'un canon de 100 mm, le T-54 entre en service dès 1946 et connaît quelques modernisations. Il est produit à 35 000 exemplaires par l'URSS, à 5 500 exemplaires par la Pologne et la Tchécoslovaquie et le Type 69 chinois, sa copie, est fabriqué à plus de 16 000 exemplaires. Le T-55, qui entre en service en 1958, est une amélioration du T-54B. 20 000 exemplaires soviétiques sortent des chaînes et 9 000 de plus en Pologne et en Tchécoslovaquie. Le T-62, qui embarque un canon de 115 mm, prolonge la série, mais sa production sera arrêtée avant celle du T-55, qui continue en URSS jusqu'en 1979 pour l'exportation.

Steven J. Zaloga commente ensuite sur plus de 80 pages de nombreuses photographies des différentes variantes des 3 modèles de chars soviétiques. Un régal pour les yeux mais aussi des légendes précises sur les détails visibles par les connaisseurs et sur les moyens de distinguer les modèles entre eux ainsi que les différentes versions. Appréciable.



Syrian T-55 Tanks Platoon in Aleppo par IulianRomania

7 commentaires:

  1. Bonjour Stéphane,
    Pour info, feu Yves Debay avait publié un hors série de son mag "Assaut" sur le T54 /55. Je l'ai trouvé intéressant. Il devait y avoir un 2éme tome, mais avec sa disparition....

    Bien à vous,
    FG

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour François,

    Ah, les noms qui fâchent (mdr). Oui, je me souviens de ce hors-série, je l'ai vu passer sans l'avoir lu.
    Pour être tout à fait franc, j'ai lu Assaut à ses débuts, il y a longtemps, et j'avais acheté seulement un numéro en 2012. Le contenu a fait que c'est le dernier que j'ai acheté (sic).
    Yves Debay était membre du FN, et ne cachait rien de ses opinions, qui étaient proprement nauséabondes (et je pèse mes mots). Lorsque j'ai fait un billet sur sa disparition en "osant" rappeler qu'il avait tout de même combattu en Rhodésie contre la guérilla noire, comme mercenaire, ainsi que ses opinions politiques actuelles, je me suis fait traiter de tous les noms, à tel point que j'ai dû verrouiller un temps les commentaires pour être tranquille.
    C'était sans doute un journaliste de terrain, de talent, mais cela n'enlève rien au reste. Le fait qu'il soit pour ainsi dire "adulé" de son vivant et même après sa mort par nombre d'auteurs et de lecteurs du milieu en dit long sur celui-ci.

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer
  3. RE bonjour,
    je suis d'accord avec toi sur le profil "inélégant" du personnage. Toutefois, je reconnais tout de même qu'il était un bon reporter-photos de guerre qui avait produit quelques bons reportages sur la guerre civile yougoslave (même si il l'a fait du côté croate notamment aux côtés de la HOS pas réputée "démocratique" pour être poli, la guerre du Golfe 1991 ou encore sa couverture de la guerre en Géorgie en 2008 (j'ai beaucoup aimé). Le mag Assaut, je n'en ai pas acheté beaucoup, seulement lorsque cela couvrait un conflit (la guerre civile au Tchad en 2005-2010).

    Bien à vous,
    FG

    RépondreSupprimer
  4. Tout à fait, Debay était un journaliste de terrain, un "fou de guerre" à sa façon.
    Ceci dit l'approche restait très limitée : il proposait parfois des récits et quelques analyses intéressantes, mais à mon sens, ce n'était pas suffisant. En outre ses épanchements politiques, qu'il aurait pu garder pour lui, débordaient largement dans Assaut, ce qui pour moi était complètement hors de propos.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  5. Et pour illustrer par l'image, une photo tirée d'un reportage du magazine Soldier of Fortune, l'organe des mercenaires américains de l'époque. On appréciera le commentaire.

    http://i13.servimg.com/u/f13/15/00/61/71/debay10.jpg

    On voit également Debay sur celle-ci :

    http://i13.servimg.com/u/f13/15/00/61/71/brown_12.jpg

    RépondreSupprimer
  6. c'est vrai que ces éditos dans Assaut me faisaient rougir et me faisaient penser qu'il n'y allait pas de main morte.... (même si certains d'entre eux étaient assez justes sur l'utilisation de l'armée par les politiques qui rabotent sans arrêt le budget tout en demandant beaucoup aux mili). Maintenant je vous recommande la lecture de ce hors série qui présente de manière honnête la saga des T 54/55 avec pas mal de photos.

    cordialement

    RépondreSupprimer
  7. Parenthèse fermée.
    J'essaierai de le lire à l'occasion.

    Bien à vous.

    RépondreSupprimer