dimanche 15 décembre 2013

Ceux qui servent en mer (In Which We Serve) de Noël Coward (1942)

23 mai 1941, pendant la bataille de la Crète. Le destroyer HMS Torrin engage de nuit une flottille allemande transportant des troupes pour renforcer les paras qui ont sauté sur l'île. Au matin, le destroyer est attaqué par des Ju-88 et touché par un coup au but. Le navire s'enfonce rapidement dans l'eau et quelques rescapés parviennent à gagner un canot de sauvetage, alors que les avions allemands mènent des straffings à la mitrailleuse sur les naufragés. Commence alors une série de flashbacks à commencer par le capitaine du destroyer, Kinross (Noël Coward), qui se rappelle sa nomination à la tête du bâtiment...

In Which We Serve appartient au genre du film de propagande de guerre : il a d'ailleurs été tourné avec le soutien du ministère de l'Information britannique. L'histoire est assez visiblement inspirée de celle de Lord Mountbatten, dont le destroyer, le HMS Kelly, est coulé pendant la bataille de Crète. Coward, en plus d'être le réalisateur, a composé la musique et joue également le rôle principal, celui du capitaine du destroyer. Le film voit également la première apparition de l'acteur anglais Richard Attenborough, âgé d'à peine 17 ans, promis à une brillante carrière. Il reste un exemple classique du cinéma de propagande, montrant la nation britannique unie et la cohésion sociale en temps de guerre.




Coward, s'il s'est inspiré de l'épopée de Mountbatten, a aussi visité, cependant, la base navale de Portsmouth, Plymouth, et même le coeur de la Home Fleet, Scapa Flow. Il a même pris la mer sur le croiseur léger HMS Nigeria. Pour la scène finale, où le capitaine du destroyer s'adresse à ses hommes à Alexandrie, Coward a repris le discours réel que Mountbatten a tenu à ses hommes, au même endroit, dans des circonstances identiques. Coward était très soucieux de réussir son film pour contribuer, à sa façon, à l'effort de guerre. Certaines scènes ont été tournées dans des lieux sensibles pour la Royal Navy, comme à Plymouth. Le destroyer HMAS Nepal sert à figurer le Torrin.

Le film a été bien accueilli par le public à sa sortie, en revanche, l'Amirauté britannique s'est montrée plus réservée, des plaisantins baptisant même le travail de Coward "In Which We Sink". A noter aussi que le Coward a démarché, pour l'appuyer dans le montage, David Lean, qui a joué un rôle non négligeable dans la réalisation. C'est notamment lui qui a eu l'idée des flashbacks, pour raccourcir le scénario initial de Coward, trop long, qui démarrait en 1922 ! Un modèle du film réalisé en temps de guerre, avec un casting convaincant (même si Coward, qui vient du théâtre, a un débit trop rapide).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire