vendredi 4 octobre 2013

Francis BERGESE, Buck Danny tome 49 : La nuit du serpent, Dupuis, 2000, 48 p.

Alors que Buck Danny, Tumbler et Tuckson, et le major Dick Jackson, assurent la présentation au Bourget du nouveau chasseur F-22, le colonel Maxwell, leur ancien chef à la section spéciale des Agresseurs, est abattu par la DCA nord-coréenne dans son F-16 après avoir été aveuglé par un puissant canon laser et alors que son appareil a pénétré en Corée du Nord en échappant totalement à son contrôle. Les F-22 de Buck Danny et de ses équipiers vont bientôt être mobilisés pour mener une opération secrète de sauvetage afin de récupérer Maxwell...


Buck Danny est une véritable légende de la bande dessinée d'aviation, né de l'imagination de Victor Hubinon et Jean-Michel Charlier juste après la Seconde Guerre mondiale. Après la mort de Victor Hubinon en 1979, c'est Francis Bergèse qui reprend le dessin. La mort de Charlier dix ans plus tard laisse Bergèse seul aux commandes, après un album réalisé en collaboration avec De Douhet. Depuis le N°46, et jusqu'au n°52, Bergèse opère donc seul. Le n°49, La nuit du serpent, paru en 2000, est le dernier jusqu'ici de la série que j'apprécie : j'ai trouvé les trois derniers beaucoup plus fades. Bergèse a réalisé le dernier tome, le n°52, en 2008. Un n°53, Cobra Noir, est sorti en novembre 2013, réalisé par Frédéric Zumbiehl et Francis Winis.



La nuit du serpent est sorti peu de temps après Tonnerre sur la cordillère, le tome précédent, qui boucle lui-même un doublon avec le n°47, Zone interdite. Le scénario n'est peut-être pas à la hauteur de la "trilogie nucléaire" (tomes 41-43) ou de celui des Agresseurs (tome 44), mais il colle de près à l'actualité avec le conflit entre les deux Corées, et bien sûr, l'intervention du F-22 Raptor. Il y a en outre un clin d'oeil au tome 44 avec la présence du colonel Maxwell, ancien patron de la section spéciale des Agresseurs quand Buck Danny et ses camarades y sont envoyés avec le défecteur soviétique. Cependant, il est vrai que face à la pléthore de productions plus récentes en BD aéronautiques, le dessin de Bergèse fait de plus en plus pâle figure, et le scénario est convenu, dans la lignée des Buck Danny.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire