samedi 7 septembre 2013

Thomas A. DESJARDIN, Stand Firm Ye Boys from Maine. The 20th Maine and the Gettysburg Campaign, Oxford University Press, 2009 (1ère éd. 1995), 245 p.

Thomas Desjardin est un historien américain spécialisé sur la guerre d'Indépendance la guerre de Sécession. Comme le dit dans la préface John J. Pullen, un autre historien qui a signé un livre sur le même sujet en 1957 (!), Desjardin essaie d'offrir dans ce livre la vision la plus claire possible d'un engagement de petites unités parmi les plus fameux de l'histoire militaire américaine : la défense de Little Round Top par le 20th Maine de Joshua Chamberlain, le deuxième jour de la bataille de Gettysburg, le 2 juillet 1863. Desjardin a participé au tournage du film éponyme en ce qui concerne les recherches documentaires, et il a conseillé l'acteur Jeff Daniels, qui joue Chamberlain. Comme le dit Desjardin dans sa propre préface, l'historien a bien du mal à reconstituer précisément un engagement passé désormais au rang du mythe.

Le 20th Maine, levé à l'été 1862, a cette particularité de ne pas rassembler comme souvent dans les régiments du conflit des hommes de la même région de cet Etat, mais au contraire des volontaires des quatre coins du Maine. Le régiment est pris en main par Adalbert Ames, qui bien que peu apprécié, inculque aux hommes la discipline militaire, avant d'être promu en mai 1863. Entretemps le 20th Maine a connu un sanglant baptême du feu à Fredericksburg. Il se retrouve commandé par Joshua Chamberlain, un professeur devenu officier, qui est malade au début de la campagne de Gettysburg. Deux de ses frères servent avec lui. A ce moment-là, le 20th Maine reçoit l'appoint d'une centaine de vétérans du 2nd Maine, dissous, et dont les hommes doivent continuer à se battre en raison d'un problème d'écriture au moment de leur engagement (ils ont signé pour trois ans mais se sont engagés dans un régiment de deux ans de service). Le régiment gagne à marche forcée le nord pour rejoindre le champ de bataille de Gettysburg, où la bataille débute le 1er juillet sans lui. Le Vème corps dont fait partie le 20th Maine et ses 500 à 600 hommes arrive dans la soirée.

Le 2 juillet, la brigade nordiste se trouve à l'extrême-gauche des positions défensives de l'Union. Le colonel Vincent fait occuper Little Round Top, une hauteur qui permettrait à l'ennemi de contourner le flanc gauche de l'Union. En face se trouve le 15th Alabama, un régiment sudiste qui a fait toutes les campagnes de l'est depuis Bull Run, fort de 400 hommes et commandé par William Oates, qui n'était pas partisan de la sécession, mais qui s'est porté volontaire ; son frère sert avec lui. Il y a également le 47th Alabama, levé plus tard, qui a été décimé à Antietam et qui aligne 230 hommes : il est commandé par Bugler, lui aussi opposé à la sécession mais qui se porte volontaire pour son Etat. Les deux régiments de l'Alabama sont à l'extrême-droite de la ligne confédérée ; le 47th a envoyé des tirailleurs en avant, comme le fait le 20th Maine avec sa compagnie B. Pris à partie par le 2nd US Sharpshooters, Oates décide de pousser sur le sommet de Big Round Top, puis d'attaquer le flanc de l'Union en s'emparant de Little Round Top. Le 47th Alabama vient buter sur le 83rd Pennsylvannia, à gauche du 20th Maine, et sur la droite de ce dernier régiment : il est repoussé avec de lourdes pertes. Oates attaque au centre et sur la gauche du 20th Maine, sans avoir la supériorité numérique. Repoussé au départ, Oates parvient à déborder temporairement la gauche du régiment nordiste, avant d'être attaqué par derrière par la compagnie B nordiste et les Sharpshooters. Chamberlain ordonne ensuite une charge pour refouler les sudistes en bas de la colline avant qu'ils puissent se réorganiser. Les deux régiments de l'Alabama refluent en désordre, abandonnant de nombreux prisonniers.


Ci-dessous, extrait de Gettysburg (1993) où la bataille de Little Round Top prend des proportions épiques. En réalité, les Nordistes ont loin d'avoir été surclassés en nombre et les combats au corps-à-corps ont été moins nombreux que ce qui est montré, les hommes de l'Alabama ayant bien du mal à grimper la colline tout en délogeant les hommes du Maine.
 
Little Round Top par Aldebaran712

Oates n'a plus que 300 hommes au soir sur les 550 qui ont lancé l'attaque. Le 20th Maine, lui, compte à peine 200 hommes valides. Le régiment passe la nuit sur Big Round Top puis rejoint le centre de la ligne nordiste, où il assiste le 3 juillet au barrage d'artillerie sudiste préparant la charge de Pickett. Après la retraite de Lee, Chamberlain et ses frères parcourent le champ de bataille, jonché de morts et de blessés, l'un des pires de toute la guerre. Le 20th Maine termine la campagne le 10 juillet par un engagement pendant la poursuite. Le régiment ne retrouvera jamais son effectif initial, jusqu'à Appomatox. Chamberlain est blessé devant Petersburg : après la guerre, bien qu'élu gouverneur du Maine, le succès ne sera pas toujours au rendez-vous. Oates, transféré avec son régiment à l'ouest, perd un bras. Le 47th Alabama n'a quasiment plus que l'effectif d'une compagnie jusqu'à la fin de la guerre. Tom Chamberlain ne se remettra jamais de l'expérience de Little Round Top et mourra prématurément, usé par la boisson. Une vive controverse, par récits interposés, oppose les hommes et les officiers du 20th Maine entre eux pour savoir comment s'est déroulé la bataille. Oates tente de justifier son échec en invoquant tous les prétextes possibles. Chamberlain, qui s'est révélé dans la guerre, se heurte à Spears, son ancien subordonné, qui a été profondément choqué par la violence des combats.

Oates, en réalité, n'a pas suivi les ordres de Law, son supérieur de brigade. Il est parti sur la droite vers Big Round Top au lieu d'aller à gauche. En outre il détache la compagnie A pour s'emparer de wagons de ravitaillement aperçus au loin. Par ailleurs, ses effectifs ne lui auraient probablement pas permis de tenir la colline, qui en elle-même n'aurait pu abriter que quelques batteries d'artillerie, incapables à elles seules de venir à bout de la ligne nordiste, comme le montrera le barrage du 3 juillet avant la charge de Pickett. La petite action sur Little Round Top prend les proportions d'une victoire importante et symbolique pour les Nordistes. L'affrontement n'apparaît que tardivement dans l'historiographie de la bataille avant d'être popularisé par le roman de Michael Shaara, Killer Angels, adapté dans le film Gettysburg, qui offre une version très romancée de la bataille sur Little Round Top, en faisant notamment de Chamberlain un héros de chevalerie.

Un ouvrage clé pour remettre à sa juste place un épisode plutôt mineur mais passé au rang de mythe de la bataille de Gettysburg, complété par des annexes fournis -nombre de combattants, des pertes dans les deux camps, etc.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire