samedi 10 août 2013

José Manuel ROBLEDO et Marcial TOLEDANO, WW2.2, tome 2 : Opération Félix, Dargaud, 2012, 60 p.

Décembre 1940. Après la victoire française à Paris, le front français se stabilise. Alors que Hess cherche à négocier avec les Britanniques, que les Japonais attaquent l'URSS en Mandchourie tandis que Staline se jette sur les Balkans et que la guerre continue en Afrique du Nord entre Italiens et Britanniques, les Allemands obtiennent le soutien de Franco pour déclencher l'opération Félix, la capture de Gibraltar. Le capitaine Julius Klieber, du 98. Gebirgs-Regiment, participe à l'opération aux côtés de vétérans nationalistes espagnols, de la division Grossdeutschland et de la Waffen-SS. Mais il ne s'agit pas, en fait, de ne prendre que le rocher de Gibraltar...


WW2.2 est une BD uchronique, sur une idée de David Chauvel, qui part de l'idée selon laquelle Hitler a péri dans l'attentat de la Bürgerbraukeller, le 8 novembre 1939.  7 albums sont prévus en tout, chacun réalisé par des auteurs différents, pour illustrer cette Seconde Guerre mondiale uchronique. Le premier album, qui voyait les Allemands attirés dans un piège et défaits autour de Paris, ne m'avait pas vraiment convaincu. J'ai voulu prendre le deuxième pour voir si cette impression serait définitive ou non.





Autant le dire tout de suite, j'ai été beaucoup plus accroché par ce deuxième tome, bâti autour de l'opération Félix, la capture de Gibraltar, qui dans la réalité est resté à l'état de projet, Franco posant des conditions trop exigeantes pour le passage des troupes allemandes en Espagne. Plusieurs éléments expliquent que j'ai trouvé ce deuxième tome bien meilleur que le premier.

D'abord, la mise en scène de l'opération Félix est excellente, avec l'intervention de la division Grossdeutschland (effectivement incluse dans le plan allemand réel), des Brandenburgers et des chasseurs de montagne. Il y a des pages magnifiques sur l'assaut de la forteresse, à la fois en extérieur et en intérieur, et qui ne va d'ailleurs pas sans mal. Ensuite, les auteurs n'oublient pas la contribution espagnole, via le capitaine Suarez et sa légion d'anciens nationalistes qui participent à la prise du "Rocher" -sans oublier une Espagne encore guère remise des blessures de la guerre civile... mention spéciale aussi à la présence de "Dora", le canon allemand géant de 800 mm (utilisé notamment dans la réalité contre Sébastopol) et qui, lui aussi, était prévu dans le plan de l'opération Félix. Les auteurs, de ce côté-là, ont bien fait leur travail. 





Mais ce qui tranche incomparablement avec le premier tome, c'est le scénario lui-même. On est loin de l'histoire convenue et qui ne décollait pas : ici, au contraire, c'est une affaire tortueuse, parfois presque trop, où l'opération militaire n'est qu'un prétexte à des manoeuvres politiques et d'espionnage. C'est bien mené et les auteurs savent ménager le suspense jusqu'à la fin, avec un beau retournement de situation final. Le dessin n'est pas vraiment le point fort de la série mais il est suffisamment efficace dans les scènes d'action, c'est l'essentiel.

Bref, la série remonte dans mon estime et je pense que je vais investir dans le troisième tome, pour voir si la qualité se maintient.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire