lundi 22 juillet 2013

Gung Ho ! (1943) de Ray Enright

Janvier 1942. Le corps des Marines américains demande des volontaires pour une unité spéciale, chargée des missions les plus périlleuses. Le sergent "Transport" (Sam Levene) arrive pour rencontrer une vieille connaissance, le lieutenant-colonel Thorwald (Randolph Scott). Celui-ci, qui a combattu en Chine, lui explique qu'il avait quitté les Marines pour observer les tactiques de guérilla des communistes chinois face aux Japonais, qu'il souhaite appliquer à la future unité. Le cri de ralliement de celle-ci sera "Gung Ho !", ou "travailler ensemble", en chinois. Parmi les volontaires qui se présentent, un paysan (Rod Cameron), un prêtre ordonné (Alan Curtis), un jeune homme issu d'un milieu social défavorisé devenu boxeur amateur (Robert Mitchum)... bientôt commence un entraînement intensif sous la houlette de Thorwald. Les survivants de la sélection sont dépêchés à Hawaï, où ils peuvent voir les effets de l'attaque sur Pearl Harbor et débuter une formation au combat de jungle. Bientôt, les Américains débarquent à Guadalcanal et l'unité reçoit l'ordre de faire route pour sa première mission...


Gung Ho !, réalisé pendant la guerre, en 1943, s'inspire de l'assaut du 2nd Raider Battalion d'Evan Carlson sur l'atoll de Makin, les 17-18 août 1942. Le raid, qui vise à détourner l'attention des Japonais du débarquement à Guadalcanal et à collecter des informations sur les îles Gilbert tout en détruisant le maximum d'installations. C'est un succès, puisque la garnison japonaise est anéantie, mais plus pour regonfler le moral de la population américaine, car aucun prisonnier n'est capturé et les Japonais, avertis, renforceront la défense de l'archipel, ce qui ne sera pas sans conséquences sur l'assaut de novembre 1943. Le raid a aussi permis de tester les tactiques de Raiders, des bataillons d'élite formés au sein des Marines pour des missions équivalentes à celles des forces spéciales. Ces bataillons seront ensuite dissous, faute d'emploi. A noter que le film se garde bien d'évoquer le sort de 9 Marines "oubliés" sur l'île pendant le décrochage, capturés par les Japonais puis exécutés après avoir été transférés à Kwajalein... guerre oblige.

Le film a bénéficié du concours des Marines puisque les scènes ont été tournées dans leurs installations à San Diego et Camp Pendleton, en Californie, comme de nombreux autres réalisés pendant la guerre. Le thème principal est celui d'un groupe d'élite mené par un chef charismatique, favorisant l'esprit d'initiative et l'excellence au combat, capable de surclasser des Japonais qui manqueraient de faculté d'adaptation. Certaines anecdotes sont cependant directement inspirées du parcours de Carlson, peu orthodoxe. Les scènes de combat ne sont pas forcément des meilleures mais se laissent regarder : on peut sourire en voyant les efforts faits pour camoufler les armes américaines maniées par les Japonais (des Chinois et des Philippins, en réalité) afin qu'elles ressemblent à celles des soldats du Mikado. A côté de Randolph Scott, qui domine l'ensemble, on remarque la prestation du jeune Robert Mitchum.

Un honnête film de propagande, à la gloire des Raiders des Marines et de l'effort américain dans le Pacifique pendant la Seconde Guerre Mondiale.



2 commentaires:

  1. Cordialement bonjour

    C'est effectivement un bon film, un peu mièvre comme souvent à Hollywood pendant la guerre, contrairement aux productions européennes souvent plus brutale, expérience oblige. Sur youtube tu peux trouver Giarabub un film italien de la même époque beaucoup plus hard core.

    Aussi, pour parler internet lingo: RIP Denys de La Patellière le réa d'Un Taxi pour Tobrouk.

    Cordialement au revoir

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    Merci pour le film italien.

    A bientôt.

    RépondreSupprimer