jeudi 21 juin 2012

François BOURGEON, Les passagers du vent, tome 1 : La fille sous la dunette, Paris, 12bis, 2009 (1ère éd. 1979), 48 p.

XVIIIème siècle, sous le règne de Louis XVI. A bord d'un navire de la Marine Royale française, le 74 canons baptisé Le Foudroyant, Hoël, un gabier breton de l'équipage, croit apercevoir deux jeunes femmes sous la dunette du vaisseau, alors qu'il est dans l'un des canots. Pénétrant dans la zone interdite à l'équipage du navire où se trouvent les deux jeunes femmes, Hoël est surpris par un fusilier et mis aux fers. L'une des deux jeunes femmes, nommées Isa, vient lui rendre visite dans la cale : elle lui promet de lui épargner devant le supplice de la "grande cale" qui l'attend en échange de son silence sur sa véritable identité, qui doit demeurer secrète aux yeux de l'équipage...


Voilà une série de grand renom que je n'avais pas encore parcourue. Pourtant, on nous la recommande dans le cadre du nouveau chapitre sur les traites au sein du programme de 4ème tout neuf. Cette série valut à François Bourgeon une grande renommée et la qualification de meilleur dessinateur au Festival d'Angoulême 1980. D'aucuns y voient aussi un précurseur de la bande dessinée moderne. La série, achevée au quatrième tome en 1984, a été prolongée en 2009-2010 par deux tomes supplémentaires. Ce premier tome est surtout l'occasion de mettre en scène la vie à bord d'un bâtiment de guerre de la Royale dans les années Louis XVI, avec son quotidien, ses châtiments, ses combats navals et les dégâts et blessures qui en résultent (cela nous ramène d'ailleurs, avec le 74 canons, à certaines pages du n°6 de Guerres et Histoire sur le sujet).


Ci-dessous, entretien avec François Bourgeon, l'auteur des Passagers du Vent.

 

Quant au scénario, il se tient, même s'il est servi par un dessin qui a un peu vieilli. Ce premier tome se passe en mer parmi un équipage et sur un navire français, mais la fin laisse entrevoir un deuxième tome à l'anglaise, pour ainsi dire. A suivre donc...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire