mercredi 23 mars 2011

Odyssey Dawn : 23 mars 2011

On en sait un peu plus aujourd'hui sur la perte du F-15E hier matin au-dessus de Benghazi. Comme les deux membres d'équipage n'ont pas atterri au même endroit, cela laisse supposer qu'ils se sont éjectés à haute altitude. L'un des membres d'équipage a donc été secouru par un MV-22A Osprey des Marines embarqué à bord de l'USS Kearsarge. La mission de sauvetage impliquait 6 appareils :  en plus de 2 Ospreys, 2 hélicoptères CH-53E transportant un groupe d'intervention et 2 AV-8B Harriers des Marines, qui ont largué deux bombes à guidage laser de 225 kg, couvraient l'opération. D'après les photos de la carcasse de l'appareil, il ne semble pas que le F-15 ait été victime d'un tir de SAM lourd ou de MANPADS -la structure est assez intacte, résultat d'un choc à plat à faible vitesse avec le sol.





 Des F-16 américains de retour sur la base d'Aviano, en Italie du Nord (USAFRICOM).

Pour le moment, il apparaît que les frappes se concentrent essentiellement au-dessus de l'est de la Libye et sur la région de Benghazi en particulier. Les appareils de la coalition n'ont pas obtenu de résultats probants dans les attaques au-dessus de Misrata et Zintan, probablement parce que l'espace aérien n'est pas suffisamment sécurisé pour un matraquage en règle, ou bien alors que le marquage des cibles est trop aléatoire et risque de provoquer des pertes civiles, ce que veut éviter à tout prix la coalition. Les appareils américains ont aussi tendance à opérer de nuit alors que les autres nations volent de jour ; il faut dire que les équipages sont entraînés pour ce faire et disposent du matériel adéquat. En outre, les appareils de soutien et d'opérations spéciales sont basés à Sigonella, en Sicile, pour réduire le temps d'intervention, alors que les appareils d'appui tactique sont stationnés à Aviano, dans le nord de l'Italie (plus de 80 appareils, dont le 31st Fighter Wing, équipé de F-16, qui occupe la base en permanence).








 Un Rafale F3 à bord du Charles de Gaulle. L'appareil français a mené ses premières missions de combat sur la Libye le mardi 22 mars (EMA/Marine Nationale).

Le ciel libyen est dans le même en train de venir un gigantesque terrain d'essai pour un matériel encore non testé en opérations ou destiné à la vente, ou bien les deux. On a déjà évoqué l'empressement de la France à montrer et mettre en valeur les premières opérations de combat du Rafale... dont un lot devait justement être vendu à Kadhafi en 2009 (10 à 14 appareils similaires aux Rafales F3 embarqués sur le Charles de Gaulle). Quant aux Américains, ils ont aussi expérimenté le drone RQ-4B Global Hawk. On évoque même la possibilité, une fois l'espace aérien libyen complètement sécurisé, de l'engagement des F-22 Raptors.








2 Mirage 2000 du Qatar et le C-17 qui les accompagnait ont dû atterrir d'urgence aujourd'hui à Chypre. 4 Mirage supplémentaires devraient bientôt arriver sur place également. Les Pays-Bas vont expédier des F-16AM et un ravitailleur KDC-10. Aujourd'hui, une paire de CF-18 canadiens a annulé une mission au-dessus d'un aérodrome libyen de peur de toucher des civils, preuve que les règles d'engagement sont assez scrupuleusement appliquées, par crainte de commettre une bavure. Les Tornados GR4 ont volé pour la première fois depuis Gioia del Colle où sont aussi basés les Typhoons, tandis que les Tornados ECR italiens continuent leurs missions sous la protection des F-16, avec un Tornado IDS pour le ravitaillement en vol. Les Harriers du Garibaldi interviennent pour des missions de patrouille en Méditerranée, ainsi que les hélicoptères EH-101. Les seuls autres Harriers qui participent eux à Odyssey Dawn sont ceux de l'USMC embarqués sur l'USS Kearsarge (VMA-542).

Un AV-8B Harrier de la VMA-542 à bord de l'USS Kearsarge (LPH-3)(USAFRICOM).

L'IISS propose par ailleurs un ordre de bataille des forces navales et aériennes engagées actualisé au 23 mars.

2 commentaires:

  1. A noter qu'un correspondant sur Air Defense déclare que les militaires français pensent que l'Eagle s'est prit du plomb dans la carlingue. Coup heureux de la DCA, peut être même rebelle, vu le MiG-23 détruit suite à un tir ami, pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi pas ? Après tout la défense anti-aérienne libyenne était conséquente.

    Par ailleurs les Américains ont eu vite fait de détruire la carcasse de l'appareil par mesure de précaution, mais c'était aussi pour qu'on ne se rende pas compte, peut-être, que le F-15 avait reçu des impacts...

    RépondreSupprimer