mardi 29 juillet 2014

Foreign Fighters, Rebel Side, in Syria. 16/Danes

In 2013, the Danish police is investigating Abu Ahmed, the Quba Mosque from Amagen and charitable organization Hjælp4Syrien1. Location and organization serve as base for recruitment and fundraising to the Syrian jihad. Copenhagen monitors since March the activity of this organization that seems to support al-Nosra. Ahmed is well known to police for having sponsored spiritually two young Danes who wanted to organize attacks in Copenhagen. The group would have provided financial support to a former Guantanamo detainee, a Danish killed in Syria in February 2013, Slimane Hadj Abderrahmane. In August, another Dane, Abu Omar Altunes, also was killed in Syria. At this time, police believe at least 65 Danish have left for the Syrian jihad, 6 have died. August 16, 2013, a jihadist, Abu Khattab, post a video where he calls the Danes to join djihad2. A few days later, another video shows Khattab and three other fighters shoot 6 pictures of people perceived as "enemies of Islam" (a police officer, ministers, a lawyer, a designer of cartoons, Imam Ahmed Akkari, who had been violently involved in the case of the Mohammed cartoons in 2006, before saying he regretted)3.


Abou Khattab.-Source : http://cphpost.dk/image/box/25351/1920/1080.jpg


In May, the Muhajireen brigade announces the death, two months earlier, of a Danish jihadist, Sørensen. He reportedly traveled to Egypt, Yemen, Lebanon and Libya before joining the armed group. He was imprisoned in Yemen and Lebanon and, according to him, tortured in the first country. He follows in Yemen the Imam University in Sana'a, with Imam al Zindani Abdulmajid linked to bin Laden. Sørensen then lived for three years in Egypt before going to war in Libya and Syria. He was killed in the province of Latakia4. In October 2013, Danish Salafists from Islam Kaldet til Islam intensify their propaganda effort in prisons after the death of their leader, Tariq Shiraz, in Syria. Tariq died on September 25 in the province of Latakia ; he too was part of the ash-Omar Shishani group linked to ISIS. Tariq probably commanded the Danish contingent in the group5. On November 17, 2013 occurs the announcement of the death of two more Danes, including a 17 year old, killed Aleppo6. On 13 January 2014, insurgents confirm that Abu Khattab, whose fate was pending for several months, has been killed in the fighting in November, while two other Danes were injured. Since the summer of 2012, it would be more than 80 Danish, according to authorities, who would have gone to Syria, which at least 7 have so far been killed7


Kenneth Sorensen.-Source : http://www.longwarjournal.org/images/Kenneth-S%C3%B8rensen-Muhajireen-Brigade.png

The motivations of Danish volunteers seem quite varied. Some go to help Sunni brothers, others to overthrow a dictatorship considered ignoble. Others leave to establish Sharia, or Islamic caliphate, or just suffer martyrdom. Finally, volunteers simply seeking adventure. Most are men between 16 and 25 years, mostly from Muslim immigration, but there is also Danish converts. The group is more diverse and younger than the previous djihads (Afghanistan, Somalia, Iraq). Among immigrants, some are related to criminal circles. The recruitment is done through awareness via videos and social networks. It seems, once again, that some criminals go for the "redemption of sins." The majority of volunteers joined al-Nosra or ISIS. Half of those already returned to Denmark, and several have made roundtrips8.

Big A is one of the leaders of the most famous gangs of Denmark in Copenhagen. His real name is Abderozzak Benarabe, he joined the jihad in Syria and was approached by a
Guardian journalist, who has followed his career in 2012. Big A crosses the border crawling under Turkish barbed wire, then a car pick him in Idlib province, in Sarjeh. With another Dane with whom he traveled, he joined a brigade of Ahrar al-Sham, which includes 25 men, including one Canadian of Iraqi origin and 4 Uzbeks ; others are Syrians. He is not engaged in the fighting near the city of Ariha, to the contrary, his brigade commander returns him to Denmark to raise funds, a task which he believes he will be more useful. Big A returned to Syria after collecting money and materials, then returns to Copenhagen, where the gang war is raging. After exile in Morocco as sought by the Danish authorities, he was arrested and imprisoned in Copenhague9.







End of June 2014, a study of Danish Terrorist Analysis Center estimates that more than 100 people left for Syria, at least 15 have been killed and more women also left to this country. Some Danes also fight with the Islamic State in Iraq. Most Danes do jihad in Syria from Islamic Copenhagen, Aarhus and Odense circles. Some are related to criminal circles. Recruitment is done mostly by the propaganda carried out by Islamists. Half of the persons concerned is back in Denmark, according to the center, most are trying to draw a line on their experience of fighting in Syria and resume their lives before jihad10.

Denmark is a Scandinavian country where radical Islamist circles are more established historically. Hizb-ut-Tahrir is well established and radical preachers operate in some mosques. Many candidates of Syrian jihad, however, are close to another organization,
Kaldet til Islam, modeled on Sharia4UK and is in contact with the founder thereof, Omar Bakri, a refugee in Lebanon. In 2012, supporters of Kaldet til Islam had gathered on Kongens Nytorv, Copenhagen's main square to listen to the slogans of Bakri on the phone from Lebanon. These events may seem against-productive but in reality, the voids in the Danish legislation allows the movement to raise awareness and recruit more easily11.

 

8Truslen mod Danmark fra personer udrejst til Syrien, PET, Center for Terroranalyse, 24 novembre 2013.

lundi 28 juillet 2014

Foreign Fighters, Rebel Side, in Syria. 15/Canadians

It was said, in September 2013, one hundred Canadians joined the Syrian jihad, much more than their American counterparts. Some media speak of 3 Canadians who have been killed in Syria, but the authorities have not confirmed the figure. An American filmmaker, Bilal Abdul Kareen, who lived in the midst of an Islamist group for a year, claims to have crossed 20-30 Canadians. According to him, one of them, Abu Muslim, took part in the fighting around Damascus airport in August 20131.

In December, the Canadian government spoke of "dozens" of people who left in Syria, without being more precise. Canada has put on its list of terrorist organizations al-Nosra front in November 2013, and since April 2014, the law was strengthened to prevent candidates to jihad from leaving Canadian soil. Ali Dirie, a member of the terrorist group Toronto 18 (which was dismantled in 2006 in the midst of planning attacks), nevertheless have left to Syria after serving a prison sentence : released in 2011, he died there in September 2013. From Somali origin, born in 1983, Dirie played a visible role in the radicalization of inmates in prison, highlighting the absence of Canadian structure to avoid this process2. Another Canadian, the famous Abu Muslim, appeared in a British documentary filmed in Syria amid an armed group composed mainly of foreign fighters3.


Ali Dirie, vu ici en 2000.-Source : http://www.thestar.com/content/dam/thestar/news/gta/2013/09/25/toronto_18_ali_mohamed_dirie_convicted_in_plot_dies_in_syria/dirie.jpg.size.xxlarge.promo.jpg




The first Canadian to die in Syria is probably Jamal Mohamed Abd al-Kader, born and raised in Canada, but from a family of Kurdish origin, who comes from the north-east of Syria4. Became a student, he chose to join the jihad and arrives in Turkey in July 2012. He crossed the border and rallied the brigade Asifat a-Shimal of the Free Syrian Army before joining Ahrar al-Sham. First he fought in Aleppo during the summer and fall of 2012, then joined Damascus in December until his death February 26, 2013. With a student normal course, he was however arrested by the police in December 2010 with two friends in possession of a weapon without a permis5. From July 2011 Thwiba Kanafani, had joined the Syrian rebels, and after several months, had returned to Canada to rally help for jihad.


Jamal Mohamed Abd al-Kader.-Source : http://4.bp.blogspot.com/-b6Nu8F5Mslc/UhFvrrkdzjI/AAAAAAAAFV4/0GoBTw1Rf9M/s1600/jamal+abd+qader.jpg



Recently, an American jihadist, Abu Turab Al-Muhajir, announced Abu Muslim died last year in the assault on the Minnagh airbase6. Abu Muslim, aka André Poulin, is used in a recruitment video of ISIS, well after his death in combat, in July 20147. According to him, he might be there 100 Canadians in Syria, which corresponds to high estimate of ISCR. Andre Poulin, that was his real name, was from Ontario, and had converted to Islam in 2009. He comes before justice for threatening his host, a Muslim, because he had an affair with latter's wife. Another Canadian, Damian Clairmont, alias Abu Talha al-Canadi, was also killed in Aleppo. He converted to Islam after a suicide attempt. In November 2012, he announced to his mother that he was going to Egypt to learn Arabic, but the Canadian security thought he joined Syria. He was monitored as it was part of an extremist group in Calgary : it would not have left to Cairo but to Istanbul. He called his mother from Syria in February 20138. He had several names and according to some sources, he joined al-Nosra front. Indeed it would have been injured and executed by FSA fighters9.




Damian Clairmont.-Source : http://i.cbc.ca/1.2497627.1389806171!/fileImage/httpImage/image.jpg_gen/derivatives/16x9_620/mustafa-al-gharib-damien-clairmont.jpg


In April 2014, another Canadian appear in a propaganda video of ISIS : Mohamed Farah Shirdon, aged 20, a native of Calgary in Alberta. He studied until 2012 at least at the Southern Alberta Institute of Technology. In the video, he burns his Canadian passport and threatens Canada and the United States. Shirdon comes from a Somali family quite easy : her father, Abdi Farah Shirdon, is a former Prime Minister of Somalia, which has survived several assassination trials from the Shabaab. Sister and mother of Shirdon live in Calgary and are very involved in religious affairs of their community10. Shirdon is one of the last Canadians identified as having left to fight in Syria, but it is not the only one. Umm Haritha, a young woman of 20 years, leaving Canada in December 2013 with a suitcase half empty and 1,500 dollars, against the advice of his parents, and went to Turkey. A week later, she is wife in Syria with Abu Ibrahim al-Suedi, a Swedish fighter of Palestinian origin who fight for ISIS. On May 5, the Swede died in a kamikaze attack by a fighter of the rival faction of ISIS, al-Nosra. Umm Haritha, on his Twitter account, claims to have joined Syria by conviction. His radicalization date just four months before his departure, when she begins to wear the niqab. Since she is a widow, she lives in Manbij, a town near the Turkish border controlled by ISIS. She published many pictures of everyday life of the city, and even baptize Raqqa, the bastion of ISIS, the "New York of Syria". She does not intend to return in Canada11.




Des femmes portant le niqab photographiées par Umm Haritha à Manjib, en Syrie.-Source : http://pbs.twimg.com/media/BmW-sDSIQAA3PB-.jpg:medium



Volontaires étrangers de l'insurrection syrienne. 21/Les Norvégiens


Dès le mois d'octobre 2012, le service anti-terroriste de la police norvégienne (PST) émet des inquiétudes à propos du nombre grandissant de nationaux partant combattre en Syrie. Le chef du renseignement militaire précise que 7 Norvégiens, déjà, sont partis se battre sur place au sein de groupes liés à al-Qaïda. La plupart sont alors liés au groupe Ummah du Prophète (Profetens Ummah, anciennement Ansar-al-Sunnah), qui opère en Norvège. Ce groupe structuré en 2013 prend la suite d'autres plus anciens qui apparaissent dès 2010. Un des membres importants du mouvement est alors Arfan Bhatti1. Ce dernier est parti faire le djihad en Syrie dès 20122. Ubaydullah Hussain, qui dirige le mouvement, avait conduit en septembre 2012 des manifestations contre le film « L'innocence des musulmans » devant l'ambassade américaine à Oslo. Il prétend qu'une douzaine de membres de son organisation sont partis faire le djihad en Syrie, dont un âgé de 21 ans a été récemment tué à Alep, ce qui est démenti ensuite par la famille, qui reçoit des preuves du maintien de la bonne santé du jeune homme3.

Un an plus tard, en novembre 2013, le PST porte officiellement à 40 le nombre de Norvégiens partis en Syrie, mais il est probablement plus élevé. Un journal norvégien en a répertorié 22. La plupart ont entamé une conversion radicale qui a complètement échappé à leurs familles. Certains étaient bien membres du groupe Ummah. D'autres, comme ce Norvégien converti, a menti à ses parents en prétextant un voyage en Arabie Saoudite. Deux Norvégiens d'origine algérienne ont péri en Syrie, l'un en 2012 et l'autre en 2013. Un Tunisien qui avait des liens avec la Norvège a également été tué sur place à l'automne 2012. Pour les spécialistes, ce djihad syrien pourrait être l'opportunité d'une radicalisation des factions islamistes qui opèrent en Norvège. D'autant que le nombre de vétérans revenus en Norvège se monterait déjà à deux chiffres4...

L'un des exemples les plus connus est celui de ce Norvégien d'origine érythréenne, parti faire le djihad en Syrie à 23 ans. Il était arrivé en Norvège en 2003, à l'âge de 13 ans. Puis il se radicalise subitement, en quelques mois, au contact de quelques personnes de même origine qui font partie d'Ummah. Son dernier emploi était gardien d'un parking à Oslo, jusqu'en septembre 2012, il était marié à une jeune femme elle aussi originaire d'Erythrée. En décembre, père d'un bébé de quelques semaines, il part en Syrie. Il opère au sein de Kataib al-Muhajereen et se trouve associé au front al-Nosra5.

En août 2013, la femme d'un Norvégien d'origine algérienne de 32 ans, Sirine, une Norvégienne d'origine turque de 27 ans, accompagne son époux pour faire le djihad en Syrie. Son mari est tué à peine deux mois après son arrivée, mais elle choisit de rester sur place. Sirine invoque l'idée du djihad défensif comme motivation principale de son départ en Syrie6.

En octobre 2013, l'opinion norvégienne s'émeut lorsqu'on apprend que deux jeunes filles ont gagné la Syrie, et la ville d'Alep. Les deux jeunes filles, âgées de 16 et 19 ans, ont rejoint le pays via la Turquie. Le père des deux jeunes filles, d'origine somalienne, se rend en Turquie pour tenter de les récupérer. La plus âgée a commencé à se radicaliser quelques mois plus tôt, notamment en portant le niqab, mais les premiers signes d'un départ pour la Syrie ne sont apparus qu'à peine une semaine avant le passage à l'acte7. La communauté somalienne de Norvège -environ 30 000 personnes- avait également fourni un des participants à l'attaque des Shebaab du mall de Nairobi, en septembre 20138. Le père des deux jeunes adolescentes arrive finalement à ramener ses filles en Norvège.


Dès février 2014, le service de renseignement norvégien tire la sonnette d'alarme : le nombre de vétérans du djihad de retour en Norvège s'accroît, et parmi eux des personnes liés aux groupes djihadistes, notamment l'EIIL. Une douzaine de femmes aurait également gagné la Syrie. Le 27 mai, la police arrête un Norvégien d'origine somalienne et deux autres d'origine kosovare, résidant à Oslo, soutenant l'EIIL. Les deux Kosovars sont frères, ont combattu en Syrie, tandis qu'un troisième frère y est mort. Egzon Avdyli aurait été tué dans les rangs de l'EIIL ; il était l'un des porte-parole d'Ummah en Norvège et avait rejoint la Syrie au début de l'année 20149. Il avait 25 ans10. Cette arrestation fait suite à celle d'un Norvégien d'origine pakistanaise, en février dernier, qui revenait de Syrie et avait combattu pour al-Nosra et l'EIIL. Agé de 22 ans, l'homme était revenu à Oslo se faire soigner après avoir été blessé en Syrie (une balle dans la jambe)11. On estime en mai 2014 que 10 Norvégiens ont peut-être péri en Syrie. Si la plupart des Norvégiens djihadistes viennent d'Oslo ou des alentours, un noyau provient également du comté de Trömso, près du cercle Arctique, au nord de la Norvège12.


A droite, Egzon Avdly, avec U. Hussayn, le chef du groupe Ummah.-Source : http://www.longwarjournal.org/threat-matrix/images/Egzon-Avdyli-ISIS.jpg


En juillet 2014, le PST lance une enquête contre Bastián Vásquez, alias Abu Safiyya, un Chilo-Norvégien qui apparaît dans des vidéos de propagande de l'Etat Islamique. Agé de 25 ans, le jeune homme aurait certaines responsabilités au sein de l'EI. En 2012, il avait pris part aux manifestations à Oslo contre le film « L'innocence des musulmans ». Vasquez appartient à une famille installée à Skien, en Norvège, pays qui compte une importante communauté chilienne exilée du temps de la dictature de Pinochet. L'intérêt est que sa double nationalité lui permet d'être doublement utile pour le recrutement de l'EI. Vasquez s'est converti à un islam radical depuis au moins 2008. Un de ses compagnons, d'origine somalienne, a été arrêté par le PST après avoir combattu en Syrie. Il est proche de Mohyeldeen Mohammad, un Norvégien d'origine irakienne qui est le pivot du djihadisme norvégien et qui a été l'un des premiers à partir en Syrie. Vasquez rejoint la Syrie peu de temps après les manifestations à Oslo au sein du groupe Oummah (il a été arrêté en 2012 après avoir posté une vidéo sur Youtube où il menaçait de mort le Premier Ministre et la famille royale) ; en 2013, il fait partie de l'EIIL dans la région d'Alep13. Vasquez est d'ailleurs désavoué par ses parents, qui précisent qu'il est bien norvégien, étant né après l'arrivée de ses parents dans ce pays. Son profil correspond à celui de nombreux djihadistes scandinaves, fils d'immigrés récents14. Fin juillet 2014, le PST (service de sécurité de la police) annonce qu'il est en état d'alerte en raison de la menace d'une action terroriste en Norvège perpétrée par des vétérans du djihad syrien15. Les informations font état d'un groupe de djihadistes ayant combattu en Syrie qui retournerait vers l'Europe, et peut-être vers la Norvège, pour y commettre des attentats. Le PST redoute en particulier l'action d'un Norvégien qui aurait été formé à l'utilisation des explosifs au Yémen. Le musée juif d'Oslo a été interdit aux visites de même que le palais royal16.


Bastian Vazquez.-Source : http://santiagotimes.cl/wp-content/uploads/2014/07/vasquez-new.jpg


Bastian Vazquez dans la vidéo de propagande pour l'EI, devant un Humvee capturé en Irak.-Source : http://santiagotimes.cl/wp-content/uploads/2014/07/bastian-vasquez.png





samedi 26 juillet 2014

Cachez ces djihadistes que je ne saurais voir... les volontaires français en Syrie

Article publié simultanément sur l'Alliance Géostratégique.

N.B. :  les derniers ajouts apparaissent désormais en gras, pour ceux qui suivent le billet et ses mises à jour régulières.

Merci à Timothy Holman et à Yves Trotignon pour leur aide dans la rédaction de cet article.


Le cas des Français partis se battre en Syrie pose un problème particulier. Il n'est devenu vraiment visible (grâce aux médias, en particulier) qu'en 2013, année où le nombre de volontaires croît de manière importante. A l'image d'autres contingents européens, le djihad en Syrie est le plus grand mouvement du genre depuis la guerre contre les Soviétiques en Afghanistan. Pour autant, rapporté à la population totale de la France ou même à la population musulmane de la tranche d'âge concernée, le mouvement n'a rien d'une lame de fond ou d'un exode massif1 ; on peut cependant noter qu'il s'accélère depuis l'été 2013, ce qui inquiète les autorités, et certains spécialistes, quant au retour des djihadistes. Mais il faut dire que jusqu'ici, les informations ont été très éparses. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a multiplié les déclarations, à partir de mai 2013, au sujet du chiffre des Français impliqués dans le djihad en Syrie, pour arriver, en janvier 2014, à un total de 700, en tout, impliqués à un titre ou à un autre, depuis 2011. Chiffre difficile à vérifier, mais qui semble pourtant crédible, en tout cas pas forcément très exagéré. La dernière étude de l'ICSR, un institut britannique spécialisé sur la problématique des djihadistes étrangers, datée du 17 décembre 2013, plaçait l'estimation maximum, pour la France, à 413 individus2. Les Israëliens pensent que le dernier chiffre donné par Manuel Valls et F. Hollande est exagéré3. Ce que l'on peut savoir des cas bien identifiés montre pourtant que l'exemple français ne se distingue pas fondamentalement des autres contingents de volontaires européens, à quelques différences près4. Le recrutement, plutôt large au niveau de l'âge et des motivations au début, semble depuis s'être resserré vers des hommes jeunes, de 20 à 35 ans, plus déterminés et plus radicaux dans leurs choix sur le terrain. Il implique à la fois des personnes connues pour leur engagement antérieur, et souvent surveillées, mais aussi beaucoup d'hommes ou d'adolescents qui ont succombé au message radical, notamment délivré sur le web, sans que le phénomène se limite à des gens marginalisés sur le plan social. Comme pour l'ensemble des autres contingents, la majorité des volontaires français rejoint les deux formations djihadistes, le front al-Nosra (branche officielle d'al-Qaïda en Syrie depuis novembre 2013) et l'EIIL, en butte depuis janvier 2014 aux assauts des autres formations rebelles, parmi lesquelles le front al-Nosra lui-même. Les zones de départ sont assez bien identifiées : des grandes villes, Paris, Toulouse, Nice, Strasbourg, Lille-Roubaix-Tourcoing (ce qui correspond là encore à d'autres pays), avec une majorité de départs spontanés ou organisés en solitaire, sans forcément qu'il y ait recours à des réseaux organisés, la seule exception semblant être le sud-est (ce qui est une différence notoire cette fois avec d'autres Etats, comme la Belgique, où des réseaux plus structurés interviennent dans l'acheminement des volontaires, voire leur radicalisation). Les djihadistes français sont également, une fois arrivés, assez présents sur les réseaux sociaux, à des fins de recrutement, de propagande ou pour garder le contact avec les familles, comme on le verra à la fin de cet article.

vendredi 25 juillet 2014

De la Syrie à l'Irak, de l'Irak à la Syrie. Liwa Assad Allah al-Ghaleb

Une des dernières milices pro-régime d'origine irakienne apparue en Syrie est Liwa Assad Allah al-Ghaleb (LAAG)1. LAAG naît officiellement en décembre 2013 lorsque son chef, Abou Fatima al-Mussawi, l'annonce dans une vidéo tournée à l'aéroport international de Damas. Abou Fatima al-Mussawi a servi dans Liwa Abu Fadl al-Abbas (LAFA), la plus ancienne et sans doute la plus importante milice chiite irakienne ayant combattu aux côtés du régime syrien, depuis la seconde moitié de 2012, et qui est ensuite progressivement alimentée par des milices irakiennes pro-iraniennes comme Asaib Ahl al-Haqq ou Kata'ib Hezbollah2. Revenu en Irak, où il trouve un soutien moral et financier, Abou Fatima al-Mussawi commence à recruter pour former sa propre milice.

Qassim al-Tai'i est le chef spirituel de LAAG mais aussi de la branche irakienne de LAFA, créée récemment, en janvier 2014. C'est un clerc chiite de Nadjaf qui fait partie des fondateurs du mouvement sadriste. Il a participé à plusieurs soulèvement ratés contre Saddam Hussein et a été emprisonné par le régime irakien. Il a également des liens avec l'Iran dont il adopté la règle de jurisprudence3. En proie à l'hostilité de Moqtada al-Sadr, il revient sur le devant de la scène avec la guerre en Syrie, militant très tôt pour encourager le départ de volontaires chiites à Damas. C'est ainsi qu'il parraine la formation de LAFA. Il fait d'ailleurs plusieurs fois le voyage en Syrie pour rencontrer les chefs de cette milice. Il ouvre le 23 décembre 2012 un bureau dans le quartier d'al-Sayyida Zaynab, au sud de Damas, où se trouve le fameux sanctuaire chiite dont la défense sert de prétexte à l'envoi des miliciens chiites irakiens. Ce bureau est dirigé par Ibrahim Dawa. Dawa, le secrétaire de al-Ta'i, fait le lien entre le chef religieux et les combattants. C'est lui qui distribue l'aide financière aux familles des combattants tués. Al-Tai'i a usé de son influence pour que les Irakiens chiites venant des milices pro-iraniennes prennent le contrôle de LAFA, qui au départ a été une création spontanée en Syrie, pas forcément organisée depuis l'extérieur. La mainmise étrangère a d'ailleurs créé des affrontements armés internes à LAFA à l'été 2013. La création d'une branche irakienne de LAFA en janvier dernier est la dernière phase de ce processus4.

Henri LANDEMER, Les Waffen SS, Paris, Balland, 1972, 407 p.

Qui est donc cet auteur, Henri Landemer, qui publie en 1972 cet ouvrage sur les Waffen-SS ? Nul autre qu'un des pseudonymes du fameux Jean Mabire, le fameux ténor de la Nouvelle Droite, défenseur du néo-paganisme, disparu en 2006 et auteur d'incalculables ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale et les divisions de la Waffen-SS en particulier. On est donc prévenu, dès le début : vu l'âge du livre et l'auteur, il ne faut pas s'attendre à quelque chose de transcendant, et au contraire à un propos plutôt biaisé.

Mabire, cependant, a suffisamment de talent littéraire pour raconter, comme un roman, la naissance des SA puis des SS. Il est intéressant sur l'idéologie de Himmler et de la SS, en particulier dans la dimension ésotérique, preuve qu'il s'intéresse au sujet -il écrira d'ailleurs plus tard un autre livre sur la question du paganisme et du mythe de Thulé... une des premières notes qui sonnent faux vient quand Mabire parle des Totenkopf, les gardiens des camps de concentration, qui selon lui, n'ont jamais touché aux prisonniers, déléguant la basse besogne à des "kapos" (sic).

Plus intéressante est l'idée selon laquelle, à partir de 1936, la future Waffen-SS (qui ne prend ce nom qu'en 1940) se construit quelque peu en miroir de la Reichswehr, en formant d'abord un noyau important de cadres qui serviront de base pour l'expansion, en prenant la tête de nouvelles unités. Le récit s'infléchit à nouveau dès la campagne de Pologne : Mabire consacre autant de lignes à parler des exactions commises par les Polonais contre la minorité allemande (sic) qu'à celles exécutées par les Allemands... rejoignant aussi la vieille idée teutonne selon laquelle la nécessité militaire justifie tout, surtout contre des Polonais. La Wehrmacht et la Waffen-SS s'en sortent cependant moins "proprement" qu'il ne le défend. Le massacre du Paradis commis par la Totenkopf durant la campagne de France est inséré, sans aucun commentaire ou presque, dans la description des combats (!). De même que la formation de la division Wiking rencontre en réalité bien plus de difficultés qu'il ne le laisse croire...

Brigitte AUBERT, Le miroir des ombres, Grands Détectives 4155, Paris, 10/18, 377 p.

1891. Louis Denfert, reporter au Petit Eclaireur, habitué des chroniques sportives, est envoyé enquêter à Dijon sur le meurtre d'une gouvernante anglaise, sauvagement assassinée dans le train de nuit Paris-Marseille. Sur place, il se lie d'amitié avec Emile Germain, un vétéran du génie qui lui sauve la vie lors d'une mauvaise rencontre. Denfert s'interroge bientôt sur la mort, un an plus tôt, dans le même train, de Louis Aimé Augustin Leprince, un inventeur franco-anglais d'un appareil de projection d'images révolutionnaire. Les deux meutres seraient-ils liés ?

Brigitte Aubert, qui écrit de nombreux romans policiers, signe ici le premier volume d'une série Grands Détectives qui se déroule dans la France et l'Europe de la toute fin du XIXème siècle, avec un focus particulier sur l'invention du cinéma, qui concerne de près cette première enquête. Très clairement, l'arrière-plan historique est privilégié sur l'enquête, qui reste assez classique, même si on ne découvre le coupable que dans les dernières pages... manifestement, l'auteur sort de son genre habituel et propose une histoire très ancrée dans la réalité du temps -elle cite d'ailleurs ses sources à la fin du livre, qui datent de l'époque, d'où la présence aussi de nombreux personnages tout à fait authentiques, comme Leprince, qui a bel et bien disparu après avoir pris le train sans que l'on retrouve jamais sa trace... par conséquent, comme Brigiette Aubert s'essaie au polar historique, il est probable que cela puisse dérouter ses lecteurs, habitués à autre chose. Pour ma part, ça me convient, même si j'ai trouvé la chute de l'histoire un peu décevante. Mais ça change d'autres séries Grands Détectives, comme celle de soeur Fidelma que je continue de lire (!).



Vidéo : 2ème Guerre Mondiale n°55-Opération Bagration

Comme de coutume, petite vidéo d'introduction à l'un de mes articles du n°55 de 2ème Guerre Mondiale, celui sur l'opération Bagration.



jeudi 24 juillet 2014

DSI n°105 (juillet-août 2014)

Petit tour d'horizon du dernier numéro de Défense et Sécurité Internationale (DSI). Faute de temps, je n'ai pas pu tout lire, aussi je ne commente évidemment que ce que j'ai lu en entier (il est rare que je fasse autrement...).

- un peu surpris par l'encadré p.11 sur l'EIIL, qui oublie que le mouvement naît d'abord de la scission avec al-Nosra, que l'Etat Islamique en Irak avait alimenté avant de vouloir récupérer, justement, en avril 2013... et qui affirme que l'EIIL était la principale force d'opposition au régime syrien (!). Or c'est seulement maintenant que le nouvel Etat Islamique, qui remplace désormais l'EIIL, se mesure véritablement au régime, ce qui était loin d'être la règle depuis l'an dernier... Et les remarques sur la rébellion syrienne oublient que d'autres coalitions, en particulier depuis septembre 2013, étaient bien plus puissantes que l'EIIL -on pense en particulier au Front Islamique, la plus imposante. L'EIIL était certes plus cohérent, c'est un fait, mais pas le plus nombreux et certainement pas le moins discrédité aux yeux d'une bonne partie de la population syrienne... quant aux entreprises au Liban, elles sont aussi le fait de groupes locaux qui se revendiquent de l'Etat Islamique et pas véritablement de "branches" locales, ce qui n'est pas tout à fait la même chose. Enfin, on voit mal comment le succès de l'Etat Islamique marque une nouvelle étape de l'affrontement entre puissances sunnites et chiites, puisque l'Arabie Saoudite et le Qatar ne sont pas derrière l'EIIL (sur le plan des Etats en tout cas ; les financements privés et acteurs privés, c'est autre chose...). Il y a là bien des raccourcis. L'encadré p.23 sur l'effondrement de l'armée irakienne est déjà bien meilleur, même s'il oublie de dire que les groupes spéciaux iraniens d'Irak qui ont également combattu en Syrie (et qui ont pour partie été intégrés, plus ou moins, dans la structure de l'armée irakienne) n'ont pour l'instant pas été massivement engagés contre l'EIIL (à l'exception de quelques groupes comme Asaib Ahl al-Haq) et qu'ils constitueront probablement un adversaire plus coriace pour l'Etat islamique. A suivre...

- Romain Mielcarek revient sur le problème de l'indépendance de l'Ecosse et des  conséquences de celle-ci pour la défense britannique.

- rapide présentation de la naissance du commandement des opérations spéciales aériennes aux Etats-Unis, en particulier via l'opération Farm Gate au Viêtnam, par un Marine, James Doyle.

- aperçu de l'état actuel de l'armée australienne par Benoist Bihan, avec un focus sur le Special Operations Command également.

- intéressant article d'Emmanuel Vivenot qui fait le point sur l'avenir des gunships, et l'émergence des minigunships.

- quelques matériels à la fin, comme de coutume : BMD-4, F-4E Phantom II, intéressant point de vue de J. Henrotin sur les sous-marins japonais avec la classe Soryu, et le FN FAL.

- la rubrique Le monde des publications me déroute un peu. En effet, sans doute faute de place, la première phrase indique que le "mois de juin présente une moisson d'ouvrages contrastés", mais pour autant, il n'y a pas véritablement d'avis, même minime, donné sur les livres listés, sauf pour préciser le contenu. On attend un peu plus... à l'image de ce qui est fait sur la page d'à côté pour seulement deux publications.

mardi 22 juillet 2014

Jean LOPEZ, Opération Bagration. La revanche de Staline (été 1944), Paris, Economica, 2014, 409 p.

En janvier 2012, alors que je rencontrais Jean Lopez au siège des éditions Mondadori à Paris, pour l'encadré « blog » du n°5 de Guerres et Histoire, j'avais posé une question à propos de l'écriture d'un possible ouvrage traitant de l'opération Bagration. Jean Lopez m'avait répondu que l'ouvrage était dans l'ordre des possibles, mais pas encore à l'ordre du jour. Or à peine deux ans plus tard, voici venu Opération Bagration. La revanche de Staline (qui emprunte son sous-titre à un ouvrage anglo-saxon), paru six mois après le Joukov de Jean Lopez.

Le Joukov, que j'avais commenté en détail ici, manifestait probablement l'ambition de Jean Lopez de sortir de son rôle réel : celui d'un vulgarisateur en français et d'un compilateur des meilleures sources anglo-saxonnes, allemandes, voire russes (avec l'aide précieuse de plusieurs traducteurs), de l'histoire militaire du front de l'est, ce qui se vérifie ici. Avec ce Bagration, Jean Lopez appuie sur la même ambition et poursuit sa série de volumes dans la collection Campagnes et Stratégies, chez Economica, quasiment au rythme d'un ouvrage par an, si l'on fait exception du Joukov, donc, et d'un autre ouvrage consacré à des témoignages soviétiques. J'avais commenté, avant le Joukov, certains ouvrages parus chez Economica, mais pas avec la distance critique nécessaire que j'ai maintenant. Pour le dire clairement, j'étais victime, moi aussi, d'une certaine « fascination » pour le travail de Jean Lopez, qui s'est dissipée depuis plus de deux ans et demi, à partir de mon propre travail, notamment pour les articles de magazines, de nombreuses lectures et d'un retour aux sources, pour ainsi dire, de la méthode historienne, le tout appliqué à l'histoire militaire. Cette fiche sera donc le premier ouvrage de la collection que je recense de manière critique, dans le bon sens du terme. Autant le dire tout de suite, Jean Lopez réalise encore, à nouveau, un bon travail de compilation/vulgarisation en français sur le sujet : rien de plus.

Publications : 2ème Guerre Mondiale n°55 (juillet-août 2014)

Le numéro 55 de 2ème Guerre Mondiale est disponible à la vente depuis maintenant quelques jours. J'y contribue avec deux articles et deux petites chroniques.

Dans la rubrique Ecrire l'histoire, je propose une interview de Stéphane François, spécialiste français du mythe de l'occultisme et de l'ésotérisme nazi, que j'avais abondamment utilisé pour écrire le dossier du n°53. Cette lecture permettra sans doute à certains de ne pas hurler "au gag" à la vue du dossier concerné. A noter une coquille dans ma biographie personnelle p.20 qui n'est pas la bonne mais celle de mon collègue B. Rondeau.

P.58, je continue la chronique cinéma avec le film L'Etoile (2002) de N. Lebedev, un grand classique du film de guerre russe à découvrir. Autre coquille, la date de début d'article qui mentionne 1941 au lieu de 1944.

En ce qui concerne les articles, j'en signe un premier sur l'opération Bagration, anniversaire oblige, que je résume rapidement, car il est impossible d'être exhaustif et complet en si peu de place. J'en profite pour signaler que la recension du livre sur l'opération Bagration de Jean Lopez (.5) n'est pas de moi. Ceux qui sont intéressés pourront en revanche lire la fiche détaillée que j'ai mise en ligne il y a quelques semaines (avec déjà 600 vues en moins de trois semaines...). En revanche la recension du livre Invasion ! est de mon fait, même si cela n'est pas mentionné, autre coquille.

Enfin, le dernier article que j'ai écrit traite du fameux comparatif StG 44-AK 47, en l'honneur de la mort de M. Kalachnikov en décembre dernier. Ce n'est pas un comparatif technique mais plutôt d'histoire militaire et des armes à feu, pour comprendre comment Allemands et Soviétiques se sont mutuellement influencés dans la quête du fusil d'assaut, initiée pendant la Grande Guerre.

Bonne lecture.

Volontaires étrangers de l'insurrection syrienne. 20/Les Pakistanais

De nombreux commandants du Tehrik-i-Taliban Pakistan (TTP) ont précisé avoir envoyé des militants en Syrie pour combattre le régime de Bachar el-Assad1. Mohammed Amin, le coordinateur du TTP pour la Syrie, a ainsi affirmé que son organisation avait établi une base en Syrie avec l'aide de vétérans de l'Afghanistan. Un commandant de rang intermédiaire du TTP justifie l'envoi de militants par le fait que des chiites seraient également recrutés par l'Iran au Pakistan pour aller combattre aux côtés du régime de Bachar el-Assad. Le réseau qui se charge d'acheminer les volontaires en Syrie est tenu conjointement par le TTP et par le Laschkar-i-Jangvi (LJ), deux groupes affiliés à al-Qaïda. Il aurait envoyé de 100 à 150 hommes. Abdul Rashid Abbasi, un proche du chef du TTP, Hakimullah Mehsud, a précisé que 120 combattants pakistanais se trouvaient en Syrie et qu'ils étaient sous les ordres du commandement local d'al-Qaïda. Le réseau est dirigé par Usman Ghani, un ancien commandant du LJ, et Alimullah Umry, un commandant du TTP de la province de Khyber Pakhtunkhwa. Selon al-Jazeera, les Pakistanais se trouvent dans la Katibat Mujahiroon, un groupe djihadiste composé de volontaires étrangers qui combat à Lattaquié et qui est commandé par un Libyen, Abu Jaafar il Libi. Le TTP, le LJ et un autre groupe sectaire, le Hafiz Gul Bahadur, ont envoyé des combattants. Le TTP a également demandé à ses commandants de Mohmand, Bajaur, Khyber, Orakzai et des agences tribales du Waziristan de procéder à des recrutements.

Une première vidéo, le 31 juillet 2013, confirme la présence de combattants du TTP en Syrie. Elle montre un groupe de 10 à 20 Pakistanais et a été mise en ligne par l'EIIL. En septembre, les médias annoncent que les corps de 30 Pakistanais ont déjà été rapatriés au pays, la plupart appartenant au LJ ou à la faction du Punjab du TTP. Cette participation du TTP à l'insurrection syrienne ne doit pas surprendre : elle fait partie de la stratégie d'internationalisation promue par Mehsud, qui veut participer aux djihads à l'étranger en lien avec al-Qaïda. Il y en a eu d'autres exemples : en juin 2012, le président du Niger affirmait que des Afghans et des Pakistanais entraînaient des hommes au nord du Mali. Au Yémen, des Pakistanais convoyés par al-Qaïda formeraient des militants aux explosifs, l'un d'entre eux, Ragaa Bin Ali, étant même tué par un drone américain en 2013. Faisal Shahzad, un jeune Pakistanais résidant aux Etats-Unis et qui avait tenté de placer une bombe à Times Square en mai 2010, était lié au TTP. L'envoi de combattants en Syrie a aussi eu pour effet de raviver les tensions sectaires au Pakistan entre sunnites et chiites.

En juillet 2014, Tehreek-e-Khilafat, un groupe responsable d'attentats à Karachi, a annoncé qu'il se ralliait sous la bannière de l'Etat Islamique. C'est le premier groupe hors du Moyen-Orient à prendre cette position, ce qui renforce l'idée de djihad global de l'Etat Islamique, non son influence régionale, encore limitée. Ce groupe pakistanais est lié aux talibans du même Etat2. Il faut rappeler que Zarqawi, qui a dirigé al-Qaïda en Irak, a séjourné au Pakistan, dans le cadre du djihad afghan, à Hayatabad (Peshawar), qui est vite devenue l'une des villes phares de l'organisation. C'est là qu'il s'est radicalisé et qu'il a dirigé un camp d'entraînement sous la frontière, grâce à l'aide logistique du mouvement Lashkar-e-Jhangvi (LeJ). Il s'est également rendu régulièrement à Karachi avant de quitter le Pakistan en 1999. Son attitude très dure à l'égard des chiites se retrouve d'ailleurs au sein des mouvements radicaux sunnites pakistanais qui s'en prennent particulièrement à cette communauté3.


1Zia Ur Rehman, « Pakistani Fighters Joining the War in Syria », CTC Sentinel, Volume 6 Issue 9, septembre 2013, p.9-11.

Volontaires étrangers de l'insurrection syrienne. 19/Les Turcs

Depuis trois décennies, des Turcs participent aux conflits extérieurs impliquant des combattants étrangers. Ils ont combattu en Afghanistan (contre les Soviétiques puis les Occidentaux), en Irak, en Bosnie, et dans le Nord-Caucase, certains ayant même occupé de hautes fonctions dans les groupes armés. Cevdet Doger, alias Emir Abdullah Kurd, était le commandant en second des combattants du Nord-Caucase avant sa mort en mai 2011. En août 2012, un journaliste turc rapportait la mort de 4 combattants turcs près d'Alep, où opérait alors au moins 50 hommes de même nationalité1.

Les djihadistes proposent un large éventail de données en ligne en langue turque, comme le font les pages Facebook d'al-Nosra ou de l'EIIL. Des vidéos de combattants turcs, justifiant leur action et appelant les volontaires au djihad, sont mises en ligne régulièrement. L'émir Seyfullah, un Tchétchéne qui a vécu en Turquie et qui dirige une fraction dissidente du groupe Jaysh al-Muhajirin wa Ansar, groupe désormais rallié à l'EIIL, s'est directement adressé aux Turcs dans une vidéo datée de juillet 2013. De nombreux combattants du Nord-Caucase vivaient encore en Turquie ces dernières années. Une vidéo postée également en juillet 2013 dresse la liste de 27 « martyrs » turcs tombés en Syrie, la plupart venant de l'est du pays : Gazianatep, Diyarbakir, Adana. L'âge des martyrs va de 17 ans à des personnes beaucoup plus âgées.



Ahmet Zorlu, 30 ans, alias Emir Ahmed Seyyaf, a été tué avec 4 autres Turcs lors d'une opération à Han el-Asel, près d'Alep. Arrivé en Syrie quelques mois plus tôt, Zorlu dirigeait vraisemblablement un groupe composé de combattants turcs. Abdurrahman Koc, originaire de la province d'Adiyaman, était un homme âgé chef d'une association religieuse. Il est arrivé en Syrie en janvier 2013 et a été tué par un sniper lors du siège de la base aérienne de Minagh, en juillet. Un de ses associés, Yakup Senatas, d'origine kurde, a également été tué le 25 juillet au même endroit. Metin Ekinci a été tué un an plus tôt, en juillet 2012, à Alep. Membre d'une organisation religieuse plutôt modérée, il est surtout le frère d'Azaz Ekinci, impliqué dans l'attentat contre l'immeuble d'HSBC à Istanbul le 20 novembre 2003, une des attaques organisées par al-Qaïda dans la ville qui ont coûté la vie à 57 personnes.

Ahmet Zorlu.-Source : http://3.bp.blogspot.com/-QDrR38zf8Ug/UUZQJfEJpqI/AAAAAAAAL-s/jNJk1PGb8KM/s1600/208698_323349947767433_583799344_n%5B1%5D.jpg


En septembre 2013, les services de renseignement turcs estiment que 500 citoyens de leurs pays se battent en Syrie du côté des insurgés. Des Kurdes turcs ont également rejoint la milice de l'YPG, qui a adopté jusqu'à la fin 2013 une prudente neutralité, combattant parfois les rebelles, en particulier des formations djihadistes. A côté des volontaires pour le djihad, il y a également des mercenaires qui seraient recrutés pour 1 500 dollars par mois pour protéger les biens de riches Syriens2. Selon l'enquête d'un quotidien turc, 200 Turcs au moins auraient été recrutés dans la ville d'Adiyaman, au sud-est du pays. Le père de jumeaux explique aux journalistes que le processus de radicalisation a duré environ un an avant que ses fils ne disparaissent le 2 septembre 2013. Le père part chercher ces deux fils à Alep, croise de nombreux autres Turcs dans les rangs des insurgés, finit par les trouver dans un camp d'entraînement mais ne peut les ramener. Le recrutement s'effectue discrètement en marge des mosquées, pour éviter la surveillance de la police, qui affirme qu'Urfa et Diyarbarkir sont d'autres plaques tournantes du djihad. Les Turcs qui partent pour la Syrie reçoivent une formation militaire accélérée de 45 jours, selon la police3. Abu Huseyin, un des recruteurs, se vante d'avoir fait partir des douzaines de Turcs pour le djihad en Syrie. D'après l'association islamiste Ozgur-Der, qui opère en Syrie, au moins 50 Turcs étaient morts en novembre 20134.





1North Caucasus Caucus, « Turkish Fighters in Syria, Online and Off », Jihadology.net, 20 août 2013.